Tech & internet

Snapchat, l'enfer pour les cœurs brisés

Temps de lecture : 2 min

Être sur ce réseau social de photos, parce qu'il livre la banalité de la vie, peut s'avérer encore plus difficile à vivre après une rupture.

Montage Slate.fr
Montage Slate.fr

Pendant longtemps, le moyen privilégié pour maintenir un lien avec un ou une ex consistait à suivre les moindres faits et gestes de la personne sur Facebook. Nouvelles photos, nouveaux amis, statuts énigmatiques… Chaque signe de vie numérique était bon à prendre, et peu importe si cela entraînait de la souffrance, en particulier lorsque son ancien(ne) petit(e) ami(e) affichait le fatidique «est en couple avec…».

Mais comme l’explique très bien le site Fusion, cette torture virtuelle a pris une nouvelle dimension car les réseaux sociaux ne sont plus seulement une vitrine de notre vie mais qu’ils la racontent de A à Z. Snapchat est, selon le site, un «paradis hédoniste pour les nouveaux amoureux pleins de désirs l’un pour l’autre». En effet, vous pouvez envoyer des photos ou des vidéos de vous nu en ayant l’assurance que les images en question auront disparu rapidement (du moins du téléphone de votre destinataire). De plus, via les «stories» publiques, Snapchat permet de documenter le quotidien d’un couple et de partager avec tous ses contacts les moments jugés «mignons».

Plonger dans le quotidien de nos ex sur Snapchat

Mais quand vient le moment de la rupture, si rupture il y a, Snapchat se retourne contre nous. L’auteure de l’article de Fusion raconte ainsi son expérience lorsqu’elle a visionné les snaps de son ex, le lendemain de la rupture: «J’ai vu qu’il allait bien, et même qu’il était excité», écrit-elle voyant son ancien petit ami rendre visite à sa famille.

«Snapchat intensifie cette sorte de douleur que vous avez en travers de la gorge en vous plongeant dans le présent de quelqu'un d’autre. Et puis, mimant la réalité, transforme ce moment que vous vivez en un souvenir.»

En faisant la promotion du contenu éphémère, Snapchat insiste sur la spontanéité et le fait d’être soi-même, ce qui rend d’autant plus important chaque contenu publié. La banalité de notre vie devient alors fascinante. C'est pour cela que les snaps d’un(e) ex, parce qu'ils sont réels, peuvent s'avérer d'autant plus horribles une fois la rupture consommée. Ils nous donnent l’impression d’être encore un peu dans la vie de son ancien amoureux ou amoureuse, et maintiennent un lien quotidien qu’il faudrait rompre.

«Quand vous perdez quelqu'un complètement, il y a une sorte de confort malsain dans le fait de connaître quelque chose de sa vie, même si cela fait mal comme jamais», écrit la journaliste avant d’expliquer que rester proche d'un ex n'est pas une option. Elle a fini par décider de bloquer son ex. Et quand Snapchat lui a demandé pourquoi elle bloquait ce contact, elle a répondu «autre». L'option «larguée» n’existait pas.

Slate.fr

Newsletters

Jet Li a refusé de jouer dans Matrix pour rester maître de ses mouvements

Jet Li a refusé de jouer dans Matrix pour rester maître de ses mouvements

L’acteur chinois redoutait de se faire déposséder de ses techniques d’arts martiaux si un studio américain les numérisait.

Suivez cette voiture (pour détecter une fraude sociale)

Suivez cette voiture (pour détecter une fraude sociale)

La technologie rend de plus en plus facile l’espionnage de citoyens et citoyennes ordinaires.

Faut-il croire à l'ordinateur quantique? Si oui, pour quand?

Faut-il croire à l'ordinateur quantique? Si oui, pour quand?

Dans cet épisode de DEMAIN. DÈS MAINTENANT, nous abordons une question assez vertigineuse, puisqu’il s’agit de l’ordinateur quantique. De quoi s’agit-il exactement? Faut-il y croire? Quel objectif peut justifier de relever un tel défi? Où en...

Newsletters