Monde

WikiLeaks va trop loin et rend publics les noms de victimes de viol

Temps de lecture : 2 min

Une enquête de l'Associated Press montre que le site a mis en ligne, entre autres, les dossiers médicaux de personnes hospitalisées et l'identité de personnes homosexuelles en Arabie Saoudite.

Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange lors d'une conférence organisée d'une commission des Nations Unies à Genève, le 23 mars 2015 | FABRICE COFFRINI / AFP
Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange lors d'une conférence organisée d'une commission des Nations Unies à Genève, le 23 mars 2015 | FABRICE COFFRINI / AFP

En juin 2015, l'organisation WikiLeaks a mis en ligne des dizaines de milliers de câbles secrets du ministère des Affaires étrangères saoudien. Certaines révélations avaient une valeur journalistique, mais il s'avère que de nombreuses informations sensibles sur des personnes privées sans liens avec le pouvoir ont aussi été publiées, rapporte The Associated Press.

Par exemple, WikiLeaks a révélé le nom d'adolescents victimes de viol, ainsi que le nom d'un citoyen saoudien gay qui a été arrêté en raison de son orientation sexuelle, une révélation potentiellement très dangereuse dans la mesure où l'homosexualité est passible de mort en Arabie Saoudite.

Plus de cent dossiers médicaux

Des journalistes de l'Associated Press ont interviewé vingt-trois personnes, la plupart en Arabie Saoudite, dont les informations privées avaient été mises en ligne. Beaucoup n'étaient pas au courant, et certaines ont été horrifiées de cette violation de leur vie privée. Plus de cent dossiers médicaux ont été publiés, ainsi que des informations sur des procédures de divorce et les dettes bancaires de citoyens. On peut notamment y apprendre que certaines personnes ne sont pas fertiles ou souffrent de maladies sexuellement transmissibles.

De même, lorsque le groupe a publié les emails de leaders du parti démocrate en juillet, des informations personnelles sans intérêt journalistique ont aussi été mises en ligne. Des numéros de sécurité sociale et de cartes bancaires se sont retrouvés sur le site, et deux personnes ont dit à l'Associated Press qu'elles avaient été victimes de tentatives d'usurpation d'identité après la fuite en question.

WikiLeaks ne contrôle plus grand chose

De plus, selon un chercheur spécialisé dans les virus informatiques, WikiLeaks ne prend aucune mesure pour protéger ses lecteurs dans la mesure où le site est plein de virus.

En 2010, le fondateur de WikiLeaks Julian Assange déclarait que son organisation avait «une politique de minimisation des dégâts» et que les dossiers médicaux étaient des «secrets légitimes». Mais depuis, Assange a durcit sa position sur le sujet. En 2013, WikiLeaks avait abandonné sa politique de censurer certaines informations sensibles.

Dans un tweet, l'organisation avait expliqué que protéger des données était une façon de «légitimiser la fausse propagande selon laquelle "informer est dangereux"». En juillet, le lanceur d'alerte Edward Snowden avait critiqué la tendance de WikiLeaks à refuser toute curation de leurs données en ligne.

Newsletters

Un tuto pour apprendre à sauver les moutons allongés sur le dos est viral

Un tuto pour apprendre à sauver les moutons allongés sur le dos est viral

La vidéo d'un vétérinaire flamand rencontre un succès inattendu, avec plus d'un million de vues.

L'Université polytechnique de Hong Kong, bastion de résistance des manifestants

L'Université polytechnique de Hong Kong, bastion de résistance des manifestants

Près de six mois après le début du mouvement de contestation pro-démocratie à Hong Kong, la confrontation la plus longue et l'une des plus violentes a lieu au sein du campus de l'Université polytechnique de Hong Kong (PolyU), où des...

Au Texas, un ancien agent de l'immigration découvre qu'il est mexicain et risque l'expulsion

Au Texas, un ancien agent de l'immigration découvre qu'il est mexicain et risque l'expulsion

Son certificat de naissance avait été falsifié.

Newsletters