Sports

Des sports antiques au PIB, sept classements alternatifs des JO

Temps de lecture : 7 min

Parce que c'est toujours plus drôle quand les États-Unis ne gagnent pas.

Usain Bolt, le 19 août 2016. Damien MEYER / AFP
Usain Bolt, le 19 août 2016. Damien MEYER / AFP

Les États-Unis sortent donc grands vainqueurs de ces JO 2016. Profitant en partie de l'absence d'une partie des sportifs russes, les Américains repartent de Rio avec 121 médailles (dont 46 en or), devant la Grande-Bretagne (67 médailles et 27 en or) et la Chine (70 médailles et 26 en or). La France termine de son côté à la septième place avec un nouveau record de 42 médailles (10 en or, 18 en argent et 14 en bronze).

Mais comme nous l'indiquions lors des Jeux de Londres, selon la façon dont on choisit les critères, les classements évoluent légèrement. La Chine finirait ainsi devant les Britanniques si le nombre total de médailles était la méthode retenue. D'autant que le Comité international olympique n’élaborant pas de classement officiel, chacun peut choisir le critère qui l’arrange le plus, voire en inventer de nouveaux. Alors, comme en 2012, voici une petite sélection de classements alternatifs.

Le classement des médailles par habitant

Du haut de leurs 319 millions d’habitants, les Etats-Unis dominent de la tête et les épaules le classement des médailles des JO de Rio. Plus surprenant, le «petit» Royaume-Uni arrive en deuxième position devant la Chine et son 1,35 milliard d’habitants, un véritable exploit.

Mais certains pays loin du podium ont encore plus de mérite que nos voisins britanniques. Si l’on rapporte chaque médaille d’or au nombre d’habitants, ce sont les Bahamas qui s’accaparent la première place avec une breloque en métal doré pour 392.916 habitants, comme le rapporte Slate.com. Juste derrière arrive la Jamaïque d’Usain Bolt avec 6 médailles d’or pour 2,8 millions d’habitants, soit une médaille d’or pour 466.000 Jamaïquains. La Croatie suit juste derrière. Le Royaume-Uni n’est pas très loin avec une médaille d’or pour 2,3 millions d’habitants. C’est beaucoup mieux que la France, qui affiche un ratio de 1 pour 6,7 millions d’habitants. Très loin, la Chine pointe au 50e rang. Dur pour l’orgueil du Parti communiste. Sinon, c’est Grenade qui affiche le plus grand nombre de médailles, tous métaux confondus, par habitant.

Classement des sports antiques

Au Brésil, 306 disciplines étaient au programme. C’est beaucoup plus qu’aux premiers JO de l’ère moderne, en 1896 à Athènes, où les athlètes s’affrontaient dans seulement 43 disciplines différentes. Et c’est encore moins qu’à l’époque antique, où les Jeux proposaient un choix de sports assez limité, avec au menu plusieurs épreuves de course à pied avec le stadion (environ 200m), le diaulos (environ 400m), et le dolichos (4.500m), le javelot, le lancer de disque, la lutte, la boxe et l’équitation pour les épreuves qui existent encore aujourd’hui.

Pour faire nos calculs, on a additionné les médailles d’or obtenues dans les disciplines pratiqués à l’époque en athlétisme (on a transformé le dolichos en 5.000m), ainsi que les titres obtenus en équitation, boxe et lutte, toutes catégories confondues. Notre seul regret parmi les sports disparus: le pancrace, qui mêlait de manière assez sauvage lutte et boxe. Une discipline dans laquelle on aurait bien vu un combat entre Tony Yoka et Teddy Riner.

Si les Etats-Unis n’existait pas en tant que nation à l’époque antique, ce sont bien les Américains qui arrivent tout en haut du classement avec six médailles d’or. Comme d’habitude, la team USA est la plus complète avec de l’or glané partout. Grosse surprise, en deuxième position, on retrouve à égalité Cuba et la Russie avec cinq titres chacun. Les compatriotes de Fidel Castro tirent leur épingle du jeu grâce à la lutte et la boxe, avec respectivement trois et deux médailles d’or dans ces sports. La fameuse école cubaine. Gros cocorico: la France rivalise avec le Royaume-Uni dans ce classement du sport olympique vrai, avec quatre breloques dorées grâce à l’équitation et la boxe. L’élégance française. La Croatie, le Kenya et la Jamaïque figurent en bonne place avec deux titres, tandis que la Chine est fanny: c’est aussi ça de tout miser sur le ping-pong ou le plongeon.

Le classement de tous les temps

Tout le monde a le nez collé sur le tableau des médailles de Rio. Mais ce qui compte vraiment, comme en football avec le palmarès de la Coupe du monde, c’est le nombre de médailles depuis la création des JO modernes. Les Jeux de Rio étaient les 28e depuis le retour en 1896 des Jeux modernes sous l’impulsion de Pierre de Coubertin –trois éditions ont sauté à cause de la guerre en 1916, 1940 et 1944.

Au tableau des médailles d’or des XIXe, XXe et XXIe siècles, c’est encore la bannière étoilée qui domine le monde avec 1.022 médailles d’or, dont 23 pour Michael Phelps, soit 2,25% des titres américains. Derrière, on retrouve le rival russe avec 542 médailles (si l’on additionne les médailles d’or de l’URSS et de la Russie) et le Royaume-Uni qui, avec sa dynamique actuelle, conserve sa courte avance sur la Chine (263 médailles d’or contre 227). La France est cinquième avec 212 titres. C’est donc le Conseil de sécurité permanent de l’ONU que l’on retrouve au grand complet aux cinq premières places du classement. Voilà qui justifie pleinement la volonté de ne pas l'ouvrir au reste du monde.

Le classement pondéré

Le classement actuel favorise énormément la médaille d'or. Un pays qui compte un champion olympique va être mieux classé qu'une nation n'ayant aucune médaille, mais cinquante médailles de bronze. Pour remédier à problème, et sans dénigrer la valeur d'un titre olympique, nous avons imaginé qu'une médaille d'or compte pour trois de bronze et qu'une médaille d'argent vaut deux troisièmes places.

Pas beaucoup de changements en tête de classement, où les États-Unis accentuent leur avance, mais la France (désormais 6e) échange sa place avec le Japon (7e). La Corée du Sud recule elle de trois rangs et passe de la huitième à la onzième place. En revanche, certains pays en profitent pour remonter au classement. L'Azerbaïdjan (et son unique médaille d'or, mais sept médailles de bronze) profite largement de cette nouvelle règle pour gagner vingt places et intégrer le Top 20 (19e).

Le classement économique

En se basant sur les données de la Banque mondiale et de la CIA, (comme l'avait fait Slate.com au milieu des Jeux), on découvre que la Jamaïque est en tête pour les médailles d'or rapportées au PIB (avec un ratio de 2 milliards de dollars de PIB pour un titre), devant les Fidji et le Kosovo. Dans ce classement, le France recule à la 48e place, mais se retrouve devant les États-Unis (54e) et la Chine (55e), mais derrière l'Italie (44e), l'Allemagne (42e) ou encore la Grande-Bretagne (32e).

Si l'on se concentre sur toutes les médailles (peu importe le métal), la Grenade prend la première place grâce à la médaille d'argent de Kirani James sur 400 mètres. La Jamaïque et la Géorgie complètent le podium, et la Corée du nord fait une pointe à la septième place. La France recule à la 49e place mais passe devant l'Allemagne (58e) et reste toujours devant les géants américain et chinois (73e et 74e).

Classement du nombre de sports médaillés

La performance sportive d’un pays se mesure également à la diversité des sports où ses athlètes se mêlent au podium. Et l’éventail américain est très large en la matière: les Etats-Unis comptent au moins une médaille dans 25 sports, dont en BMX, en water-polo ou en haltérophilie. Mais c’est la natation qui rapporte le plus de breloques aux compatriotes de Michael Phelps, avec 33 podiums.

Derrière, on retrouve les Britanniques avec 22 sports médaillés, dont 11 médailles en cyclisme sur piste. La Chine, où le plongeon est roi, est troisième d’une courte tête, devant la Russie et l’Allemagne à égalité (20 sports contre 19). Le Japon est concentré sur un nombre beaucoup plus de restreints de sports (11), mais effectue une razzia dans son sport roi, le judo (12 médailles). La France affiche 17 sports médaillés, avec pour la première fois la boxe en tête de rayon.

Le classement des unions économiques

À plusieurs reprises lors des JO, on a pu voir revenir ce classement qui pourrait redonner le sourire à l'Union européenne: celui du nombre de médailles en additionnant celles ramenées par les 28 pays membres. Le Parlement européen s'est lui aussi lâché, oubliant au passage que si les États-Unis et la Chine n'ont que 121 et 70 médailles chacun, c'est parce qu'ils ne pouvaient envoyer qu'un certain nombre d'athlètes et une seule équipe dans les sports collectifs. En combinant les 28 États membres de l'UE, il est donc logique que les athlètes européens s'en sortent mieux.


Pour autant, on peut calculer les résultats des différentes alliances économiques ou des zones de libre échange:

1. UE (Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République Tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie, Suède): 328 médailles dont 107 en or. L'Union européenne sort facilement vainqueur de ce match. Bien plus «nombreuse» que les autres nations, elle profite également de la bonne quinzaine britannique, mais devra peut-être faire sans dans quatre ans avec le Brexit...

2. ALENA (États-Unis, Canada et Mexique): 148 médailles dont 50 d'or. Le Mexique ne participe pas vraiment à la fête, ne ramenant que cinq médailles et aucun titre olympique.

3. ASEAN (Indonésie, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande, Brunei, Vietnam, Laos, Birmanie, Cambodge): 18 médailles dont six en or. Mention spéciale à la Thaïlande qui ramène un tiers des médailles de l'alliance (six médailles, dont deux en or).

4. MERCOSUR (Argentine, Bolivie, Brésil, Paraguay, Uruguay, Venezuela): 26 médailles dont dix en or. Le Brésil visait trente médailles, il n'en ramène que 19 (nouveau record). Pour le reste, la Bolivie, le Paraguay et l'Uruguay reviennent tous de Rio sans le moindre podium.

5. CEDEAO (Bénin, Burkina Faso ,Cap-Vert, Côte d'Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone et Togo): quatre médailles dont une en or. L'Ivoirien Cheick Cissé est le seul athlète à ramener un titre olympique, en taekwondo.

En savoir plus:

Camille Belsoeur Journaliste

Grégor Brandy Journaliste

Newsletters

Guerre et paix

Guerre et paix

La mission de ces coureurs new-yorkais: s'incruster sur des photos de mariage

La mission de ces coureurs new-yorkais: s'incruster sur des photos de mariage

Bons joueurs, la plupart des couples acceptent de poser aux côtés des Wedding Hashers.

Christian Bordeleau, pionnier d'une discipline fermée aux hommes aux Jeux olympiques

Christian Bordeleau, pionnier d'une discipline fermée aux hommes aux Jeux olympiques

Autant un plaisir qu'un geste militant, pratiquer la natation synchronisée est l'occasion d'éclabousser les codes en luttant contre le sexisme et l'homophobie.

Newsletters