Sciences

La région d'origine de vos lointains ancêtres peut jouer sur votre santé

Temps de lecture : 2 min

Vous avez de (très) lointaines racines dans des régions africaines infestées par la mouche tsé-tsé? Il se pourrait bien que vos gènes vous aient «vacciné» contre l'ostéoporose.

Une femme et sa fille dans le village de Barago au Niger, le 14 juillet 2016 | BOUREIMA HAMA / AFP
Une femme et sa fille dans le village de Barago au Niger, le 14 juillet 2016 | BOUREIMA HAMA / AFP

Les noirs d'Afrique font partie des populations où le risque de souffrir d'ostéoporose est l'un des plus bas au monde. Jusqu'à présent, les scientifiques attribuaient ce phénomène à trois principaux facteurs: une espérance de vie moins élevée –la perte pathologique de densité osseuse intervenant le plus souvent vers 65 ans–, un mode de vie plus actif –faire marcher ses muscles protège ses os– et un taux de diagnostic moins élevé –ce n'est pas que ces individus souffrent moins d'ostéoporose, mais qu'ils n'ont pas assez de médecins pour le détecter.

Une étude menée par Constance Hilliard, historienne de l'Université de North Texas, soutient une autre hypothèse: beaucoup d'Africains, et d'individus d'origine africaine, sont génétiquement adaptés à un régime alimentaire pauvre en calcium, via une intolérance au lactose.

«L'ostéoporose a visiblement fait son apparition dans le génome humain voici à peu près 10.000 ans, avec l'essor de l'élevage laitier», explique Hillard. «Dans un compromis génétique, ces humains qui avaient obtenu des avantages évolutionnaires avec l'augmentation des ressources alimentaires grâce aux protéines des produits laitiers ont peut-être adapté leur propre homéostasie calcique d'une manière désavantageuse pour leur densité osseuse».

De fait, les données analysées par Hilliard montrent que dans les régions d'Afrique de l'Ouest infestées par la mouche tsé-tsé, ce qui rend l'élevage laitier quasiment impossible, les femmes ont un taux de fractures de fragilité (causées par l'ostéoporose) significativement moins élevé que leurs homologues d'Afrique de l'Est. Et si les femmes d'Afrique de l'Ouest sont, selon Hilliard, «quasiment immunisées» contre l'ostéoporose, reste que les fractures de fragilité chez les femmes d'Afrique de l'Est sont aussi bien moins fréquentes que chez les femmes d'autres pays, notamment occidentaux.

L'influence du mode de vie

Leur point commun? Elles sont très majoritairement d'ascendance nigéro-kordofanienne, un bassin ethnique qui a comme particularité d'être dénué de l’allèle permettant à l'organisme de métaboliser le lactose alimentaire. En compensation, leurs os retiennent beaucoup mieux le calcium que ceux des populations d'ascendance européenne, où cet allèle est présent chez 85% des individus.

Interrogée par Mother Jones, Connie Weaver, chercheuse en nutrition à l'Université Purdue et spécialiste de l'ostéoporose, juge l'article de l'historienne «très intéressant. Nous savons que la génétique détermine entre 60 et 80% de la densité osseuse, et que le mode de vie se charge du reste. Cet article souligne une différence génétique qui est probablement plus décisive sur la masse osseuse que le régime alimentaire ou d'autres éléments d'ordre culturel».

Selon Hillard, les médecins devraient faire «plus attention à l'hérédité lointaine des individus, car les races sont bien plus diverses que les quelques catégories dans lesquelles on a l'habitude de les ranger».

La scientifique travaille désormais sur un type de cancer de la prostate particulièrement fréquent et mortel chez les hommes d'ascendance africaine et qui pourrait relever du même phénomène. «La littérature montre une très forte corrélation entre le cancer de la prostate et une consommation élevée de produits laitiers, sauf que les Afro-américains sont très touchés par ce cancer et consomment relativement peu de produits laitiers», précise-t-elle.

Slate.fr

Newsletters

Le monde est petit et ce n'est pas qu'une impression

Le monde est petit et ce n'est pas qu'une impression

Une scientifique revient sur les théories du réseau adaptées à l'heure d'internet.

Abdus Salam, premier prix Nobel musulman, renié par le Pakistan

Abdus Salam, premier prix Nobel musulman, renié par le Pakistan

Le scientifique pakistanais a contribué à la découverte majeure du boson de Higgs. Mais dans son pays d'origine, rares sont les personnes qui lui rendent hommage.

Il est possible d'hériter de plus d'ADN d'un parent que de l'autre

Il est possible d'hériter de plus d'ADN d'un parent que de l'autre

En étudiant l'ADN de plus de quatre millions d'individus, des scientifiques découvrent que de nombreuses personnes vivent avec des anomalies chromosomiques non détectées.

Newsletters