Sports

Agassi avoue s'être drogué et avoir menti à l'ATP

Slate.fr, mis à jour le 28.10.2009 à 11 h 16

statue d'Agassi au musée de Mme Tussaud, par cliff1066TM via Flickr

statue d'Agassi au musée de Mme Tussaud, par cliff1066TM via Flickr

Le joueur de tennis a confié au quotidienTimes des extraits de son autobiographie à paraître qui pourraient faire sensation. Il y avoue avoir consommé une drogue hautement addictive, la méthamphétamine crystal et avoir ensuite, après un contrôle positif, berné l'Association de Tennis Professionnel en prétendant qu'il l'avait prise par accident.

Dans cet ouvrage introspectif, celui qui a remporté 8 tournois du Grand Chelem explique en outre qu'il a toujours secrètement détesté joué au tennis. Il aurait pris pour la première fois la drogue crystal en 1997, quand sa forme baissait et son mariage avec l'actrice Brooke Shields battait de l'aile.

Il décrit son sentiment au moment de sa prise de drogue, proposée par son assistant Slim:"J'ai réalisé que j'avais franchi le Rubicond. Ca a été un grand moment de regret, suivi d'une immense tristesse. Mais la vague d'euphorie [due à la drogue] a vite balayé toutes les pensées négatives dans ma tête. Je ne me suis jamais senti si vivant et plein d'énergie, plein d'espoir."

Si les résultats positifs de son test pratiqué peu après avaient été rendus publics, les conséquences auraient été catastrophiques pour Agassi. Quand il reçoit un coup de fil de l'ATP lui expliquant les conséquences possibles de ses résultats (3 mois de suspension pour avoir pris des drogues «à usage récréatif»), le sportif est effondré.

«Mon nom, ma carrière, tout était menacé. Tout ce que j'ai accompli, ce pour quoi j'ai travaillé, serait réduit à néant. Quelques jours après je me suis assis sur une chaise pour écrire une lettre à l'ATP. Elle était remplie de mensonges entrelacés de quelques parcelles de vérité», raconte André Agassi. "J'ai dit que Slim, que j'ai congédié depuis, était un consommateur de drogue avéré et avait l'habitude de couper ses sodas avec des métamphétamines, ce qui était vrai. Puis je suis passé au vrai mensonge de la lettre. J'ai dit que j'avais bu par inadvertance dans le soda trafiqué de Slim, ingérant sans le savoir des substances illicites. J'ai signé à la hâte: 'Sincèrement vôtre'..." L'ATP a classé l'affaire.

Le joueur exprime ses regrets: "J'ai eu honte bien sûr, je me suis dit que ce mensonge serait le dernier. Ses aveux vont peut-être réconforté Richard Gasquet, suspendu pour deux mois et demi cet été après avoir été contrôlé positif à la cocaïne.

[Lire l'article complet sur le Times online]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

A LIRE AUSSI SUR SLATE:

"Gasquet, coke, set et match","Vous reprendrez bien un peu de stéroïdes", "Serena Williams: quand les sportifs craquent"

Image de une: statue d'Agassi au musée de Mme Tussaud, par cliff1066TM via Flickr

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte