Monde

Et maintenant, un conseiller de Donald Trump accusé d'antisémitisme

Repéré par Grégor Brandy, mis à jour le 19.08.2016 à 12 h 43

Repéré sur McClatchy, The Hill

Selon un témoin, il aurait notamment déclaré: «les fours étaient trop petits pour tuer six millions de juifs».

Donald Trump, à Charlotte, le 18 août 2016. Brian Blanco / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Donald Trump, à Charlotte, le 18 août 2016. Brian Blanco / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

C'est une nouvelle accusation dont l'équipe de campagne de Donald Trump se serait bien passée. Alors qu'Hillary Clinton est largement en tête dans les sondages (même si elle est encore loin d'avoir course gagnée) et que son équipe semble avoir du mal à le vivre, le site McClatchy indique que l'un des conseillers aux affaires étrangères de cette campagne est accusé d'avoir tenu des propos antisémites par le passé.

«Joseph Schmitz, l'un des cinq conseillers nommés en mars par l'équipe de campagne de Trump, est accusé de s'être vanté d'avoir poussé vers la sortie des employés juifs alors qu'il était inspecteur général du département de la Défense [entre 2002 et 2005].»

Les accusations viennent de Daniel Meyer, un ancien responsable du renseignement américain, qui avait rempli une plainte à destination du Merit Systems Protection Board, à la fin du mois de juillet. Le sujet était loin d'être la campagne de Trump, mais McClatchy qui y a eu accès a découvert ces quelques passages déroutants.

«Le résumé de ses succès à son poste était “J'ai viré des juifs”», écrit Meyer. Un peu plus effrayant encore, les déclarations de Joseph Schmitz devant un ancien assistant à l'inspecteur général du département de la Défense, John Crane:

«Lors de ses derniers jours, il aurait donné des leçons à M. Crane sur les détails des camps et concentration et comment les fours étaient trop petits pour tuer six millions de juifs.»

La polémique de l'étoile

Joseph Schmitz a évidemment nié tout propos de la sorte. Il a assuré au passage être «fier de l'héritage juif de sa femme de 38 ans», précisant néanmoins que celle-ci n'est pas pratiquante, mais qu'elle est techniquement juive, sa grande-mère maternelle ayant été juive. L'équipe de campagne de Donald Trump n'a pas souhaité s'exprimer sur ces accusations.

C'est loin d'être la première fois que des accusations d'antisémitisme sont lancées contre la campagne Trump. Au début du mois de juillet, le magnat de l'immobilier était accusé d'avoir relayé sur son compte Twitter un montage accusant sa rivale démocrate Hillary Clinton d'être corrompue. Mais si l'image a fait tant scandale c'est parce que l'étoile posée des dizaines de billets, et sur laquelle était écrite les mots «candidate la plus corrompue de l'histoire» contenait six branches, comme l'étoile de David.

Comme nous l'expliquions alors, le candidat républicain à la présidentielle s'était alors défendu en attaquant les médias qui ne comprenaient pas son tweet et que ce n'était pas une étoile de David mais une de shérif, puis en se cachant derrière La Reine des Neiges. Pas sûr que cela marche cette fois-ci.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte