Sports

Des jumelles qui finissent le marathon main dans la main: une perversion de l'esprit olympique?

Temps de lecture : 2 min

L’attitude des deux marathoniennes Anna et Lisa Hahner irrite la Fédération allemande d’athlétisme.

Capture d'écran Twitter
Capture d'écran Twitter

Deux jeunes femmes courent en se tenant par la main, sourire aux lèvres et franchissent ensemble la ligne d’arrivée du marathon des Jeux olympiques de Rio, ce 14 août 2016. Bonus pour l’image: les deux athlètes sont jumelles, originaires d’Allemagne et s’appellent Lisa et Anna Hahner. Une énième belle image des Jeux olympiques, un grand moment de sport, de ceux qui tirent des exclamations larmoyantes aux commentateurs? L’avis est mitigé, car les officiels de l’athlétisme allemand n’apprécient pas franchement le comportement des sœurs Hahner, explique le New York Times.

La Fédération allemande d’athlétisme les accuse d’avoir traité le marathon olympique comme «une course amusante» et non comme un réel enjeu: les Hahner, qui d’ordinaire courent un marathon en environ 2h30, ont ici ajouté près de 15 minutes à leur compteur, preuve qu’elles n’avaient pas décidé de sérieusement concourir. La Fédération juge que leur arrivée main dans la main ne serait alors qu’un moyen d’attirer l’attention sur elles alors qu’elles n’étaient pas franchement au top de leur performance. Les deux sœurs se défendent de tout calcul et expliquent qu’elles ont fait de leur mieux, mais qu’elles ne pouvaient tout simplement pas gagner et n'ont pas réfléchi à leur geste.

Mais les réactions de la Fédération montre bien à quel point on attend chez les sportifs de haut-niveau une attitude bien définie, surtout pendant les Jeux, notamment pour coller au fameux «esprit olympique»:

«La victoire et les médailles ne sont pas le seul but aux Jeux, explique Thomas Kurschilgen, directeur des sports de la Fédération d’athlétisme allemande, mais, tous les athlètes devraient être motivés pour montrer le meilleur d’eux-mêmes et obtenir le meilleur résultat possible. C’est ce que les Hahners n’ont pas réussi à comprendre.»

Et cette conception ne se retrouve pas uniquement chez nos voisins germaniques. Côté français, le tennisman Benoit Paire a été expulsé pour «mauvais comportement» le 10 août après avoir notamment expliqué que les JO lui passaient complètement au-dessus de la tête. En huitième de finale des plus de 100kg, le judoka égyptien Islam El Shehaby a refusé de serrer la main de son adversaire israëlien Or Sasson et s'est vu exclure manu-militari de la compétition, suscitant des critiques générales.

Bon perdant

Pour d’autres, l’esprit olympique n'est pas dans la performance, mais dans les images de perdants courageux. Parfois, les athlètes savent très bien qu’ils ne vont rien gagner, et du coup, prennent une décision «pour tirer le meilleur parti de ce moment, mais d’une façon différente», explique Mary Wittenberg, ancienne directrice du marathon de New York. Mais pour être pleinement «esprit olympique», ces instants de grâce ne doivent pas être calculés, comme le 400m à cloche-pied de Derek Redmond, soutenu par son père en 1992, ou Nikki Hamblin et Abbey D’Agostino s’aidant à finir le 5.000m à Rio.

Toutefois, certaines voix s’élèvent contre l’engouement médiatique pour ces moments à part. Dans une tribune sur Slate.com, Justin Peters pose la question qui fâche: «Pourquoi un athlète qui tombe et se relève incarnerait plus l’esprit olympique qu’un athlète qui s’entraîne énormément, ne tombe pas et gagne?» Et conclut que ces instants ne sont que ça: des beaux moments.

En savoir plus:

Slate.fr

Newsletters

La mission de ces coureurs new-yorkais: s'incruster sur des photos de mariage

La mission de ces coureurs new-yorkais: s'incruster sur des photos de mariage

Bons joueurs, la plupart des couples acceptent de poser aux côtés des Wedding Hashers.

Christian Bordeleau, pionnier d'une discipline fermée aux hommes aux Jeux olympiques

Christian Bordeleau, pionnier d'une discipline fermée aux hommes aux Jeux olympiques

Autant un plaisir qu'un geste militant, pratiquer la natation synchronisée est l'occasion d'éclabousser les codes en luttant contre le sexisme et l'homophobie.

Boxer à mains nues, le défi qui attire les Français en Angleterre

Boxer à mains nues, le défi qui attire les Français en Angleterre

Pour la gloire ou le challenge, Sami, Sofiane et Emmanuel ont traversé la Manche afin de tester le bare knuckle, un sport extrême qui se développe au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Newsletters