Monde

Angolagate: prison ferme pour Pasqua, Falcone et Gaydamak

Slate.fr, mis à jour le 27.10.2009 à 19 h 19

Un an de prison ferme pour Charles Pasqua, six années fermes pour Pierre Falcone et Arcadi Gaydamak: ce sont les condamnations dont ces trois acteurs de l'Angolagate ont écopé, des jugements «particulièrement sévères», selon Pascale Robert-Diard, chroniqueuse judiciaire du Monde.

L'Angolagate est une affaire de vente d'armes de guerre à l'Angola dans les années 1990, quand le pays se déchire dans une guerre civile opposant l'Union pour l'indépendance totale de l'Angola (Unita) de Jonas Savimbi au Mouvement populaire de libération de l'Angola (MPLA) dirigé par Eduardo Dos Santos. Ce dernier, qui a désespérément besoin d'aide contacte Paris, en pleine cohabitation entre François Mitterrand et Jacques Chirac. «On ne livre pas d’armes à un pays en guerre» (sous embargo de l'ONU) est la réponse officielle de la France. La réponse officieuse est différente: une diplomatie parallèle se met en place.

Vingt ans plus tard, les jugements de cette affaire sont rendus: Pasqua, sénateur et ancien président du conseil général des Hauts-de-Seine, âgé de 82 ans, écope donc aujourd'hui de trois ans de prison dont deux avec sursis et 100.000 euros d'amende pour «trafic d'influence». Le jugement va au-delà des réquisitions: le procureur n'avait requis que trois ans avec sursis.

Falcone, dont le nom a souvent été utilisé pour rebaptiser l'Angolagate en «Affaire Falcone», a été déclaré coupable de trafic d'armes illicite, d'abus de biens sociaux et de trafic d'influence sur le financement du loyer de Charles Pasqua pour son mouvement. Il a cependant été relaxé de l'accusation d'abus de confiance.

Il a été condamné, avec Arcadi Gaydamak, à six ans de prison ferme, assortis d'un mandat de dépôt à l'audience pour M. Falcone. Les deux hommes ont indiqué qu'ils feraient appel. Pour le tribunal: «Pierre Falcone et Arcadi Gaydamak se sont livrés à une activité de commerce de matériel de guerre pour un montant de 793 millions de dollars. Cette activité revêt un caractère illicite. La destruction méthodique et habituelle de preuves suffit à caractériser l'élément intentionnel».

L'ancien préfet du Var, et proche collaborateur de Pasqua, Jean-Charles Marchiani, a écopé de trois ans de prison dont 15 mois ferme, et l'écrivain Paul-Loup Sulitzer de 15 mois avec sursis et 100.000 euros d'amende.

Jean-Christophe Mitterrand, fils de l'ancien président de la République, à été condamné à deux années d'emprisonnement avec sursis, et 375.000 euros d'amende pour avoir touché des commissions dans l'affaire. Il a en revanche été relaxé des poursuites pour «complicité de commerce illicite d'armes».

Jacques Attali (1) ancien conseiller de François Mitterrand a été relaxé, conformément à ce qui avait été requis par le procureur.

[Lire l'article complet sur LeMonde.fr]

(1) Jacques Attali est l'un des fondateurs de Slate.fr

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Charles Pasqua, Wikipedia CC.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte