Monde

L'étonnante théorie de Michael Moore sur la candidature de Donald Trump

Temps de lecture : 2 min

Et si tout cela n'était qu'une provocation qui a très mal tourné? Le réalisateur a sa petite idée.

Scott Legato / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Scott Legato / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Donald Trump n'a jamais vraiment songé à devenir Président. Les meetings, les shows-télévisés et les provocations à répétition, c'était de l'esbrouffe, un leurre généralisé. Non, ce que Donald souhaitait avant tout, c'était renégocier à la hausse son contrat de présentateur de l'émission de téléréalité «The Apprentice» à laquelle il prit part entre 2004 et 2015. Celle-ci fit fureur aux États-Unis au point d'être déclinée en «The Celebrity Apprentice» et bientôt «The New Celebrity Apprentice».


C'est du moins la théorie farfelue qu'avance Michael Moore, le documentarisite engagé ouvertement anti-Trump. Le réalisateur de Bowling for Columbine ou Fahrenheit 9/11 avait déjà posté des tribunes à l'ironie acerbe sur son site où il donnait, par exemple, Cinq raisons pour lesquelles Trump va gagner en qualifiant le candidat républicain de «dangereux clown à mi-temps et sociopathe à plein temps».

Dans sa nouvelle lettre initulée Donald Trump sabote-t-il délibérement sa propre campagne?, Michael Moore s'en donne à cœur joie:

«Trump était mécontent de son contrat en tant que présentateur et star du programme de NBC “The Apprentice” (et “The Celebrity Apprentice”). En un mot, il voulait plus d'argent. Il avait déjà laissé entendre qu'il pourrait se présenter à la présidentielle avec l'idée que ça le rendrait plus fort pour négocier, mais, en bon magnat autoproclamé des affaires, il sait que parler ne sert à rien –AGIR est la seule chose qui accaparerait l'attention de ces petits bâtards.»

Pour Michael Moore, Trump a tout simplement été dépassé par la mascarade mise en place pour attirer l'attention des producteurs de son jeu télévisé. Sa stratégie s'est révélée tellement efficace qu'il était pris à son propre piège. Ce qui expliquerait, s'amuse le réalisateur, «treize mois de commentaires racistes, sexistes et stupides [...] ou ce sous-entendu concernant la possibilité d'un assassinat d'Hillary Clinton par les pro-armes».

«Mais, poursuit Michael Moore, la semaine dernière, l'expression de son visage disait tout haut ce que Trump pense tout bas: “je déteste tout cela! Je veux juste revenir dans mon émission”, sauf qu'il est trop tard.»

Alors, conclut Michael Moore, qui met en avant dans sa lettre le fait qu'il a lui-même déjà côtoyé le personnage, Trump a trouvé une autre solution pour sortir de ce pétrin sans passer pour un loser: se faire passer pour fou. Avant de peut-être passer la main avant le 8 novembre?

«Peut-être que l'effondrement de ces dernières semaines n'est pas un accident. Peut-être que ça fait partie de sa nouvelle stratégie pour fuir une campagne qu'il n'a, de toute façon, jamais eu envie de mener jusqu'au bout.»

Dernier problème pour Donald Trump, NBC a tenu à couper tout contact avec le candidat à l'été 2015 après ses propos jugés offensants sur les immigrants mexicains. Si la théorie de Michael Moore était juste, le millionnaire devra donc trouver à rebondir ailleurs.

Slate.fr

Newsletters

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

La tension est montée d’un cran entre Ankara et Paris, à l’ombre du déploiement de forces spéciales françaises dans le Rojava et de l’appui diplomatique peu équivoque au projet d’autonomie territoriale kurde en Syrie.

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Vingt-cinq textes vieux de plusieurs siècles ont été transportés depuis le Mali, après avoir été cachés durant l'occupation djihadiste de Tombouctou, entre 2012 et 2013.

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

Depuis le début de l'année, le pays n'est plus approvisionné en Septrin, un traitement antirétroviral administré notamment aux personnes atteintes du Sida.

Newsletters