Histoire / Monde

Les États-Unis auront bientôt leur premier mémorial aux victimes du lynchage

Temps de lecture : 2 min

Un monument citant les noms des près de quatre mille personnes lynchées aux Etats-Unis ouvrira au printemps 2017 en Alabama.

Entre 1877 et 1950 aux États-Unis, près de quatre mille Afro-Américains ont été lynchés, et personne n'a été condamné pour ces meurtres racistes. Beaucoup de noirs ont été lynchés pour ne pas avoir respecté les règles de la ségrégation raciale en vigueur: porter un uniforme de l'armée ou bousculer un blanc pouvait déclencher la folie meurtrière des foules.

Pourtant, les noms de ces victimes sont peu connus et aucun monument national américain ne commémore leur histoire. Bryan Stevenson, le fondateur de l'organisation Equal Justice Initiative, dont la mission principale est d'offrir une représentation juridique aux détenus et personnes sans ressources, se bat depuis plusieurs années pour que ce passé devienne plus visible.

Financé en grande partie par des dons privés, son projet de mémorial aux victimes du lynchage sera inauguré en 2017 à Montgomery en Alabama, rapporte le New York Times.

Une histoire violente

Le monument sera composé d'une gallerie de 801 colonnes représentant tous les comtés dans lesquels un lynchage a eu lieu, avec les noms des victimes gravés dessus. Des copies des colonnes seront placées dans un champ adjacent afin que des représentants des comtés en question puissent les prendre et les exposer là où les tueries ont eu lieu.

Actuellement, le plus grand monument aux victimes de lynchages commémore la mort de trois Afro-Américains tués dans le Minnesota après de fausses accusations de viol, mais aucun lieu ne rassemble tous les noms des victimes.

Les lynchages étaient bien souvent des événements publics, avec des milliers de spectateurs enthousiastes qui pouvaient ensuite acheter des cartes postales avec des photos des pendus. Bryan Stevenson explique la démarche à CBS:

«Nous voulons nommer les victimes du lynchage. Nous voulons parler de gens comme Elizabeth Lawrence, qui a été lynchée parce qu'elle a grondé des enfants qui lui jetaient des pierres. Nous voulons parler des gens qui ont été lynchés parce qu'ils ont accidentellement bousculé des blancs sur le chemin de la gare.»

Il a également expliqué que l'idée était tout simplement de contraindre les gens à voir cette histoire violente, en citant notamment l'exemple de l'Allemagne où les marqueurs de la Shoah sont présents dans l'espace public

En 2013, l'Equal Justice Initiative avait aussi fait placer des panneaux indiquant la présence de l'ancien marché d'esclaves à Montgomery, malgré la réticence des autorités locales.

Slate.fr

Newsletters

Le bidet (enfin) à la conquête des États-Unis

Le bidet (enfin) à la conquête des États-Unis

L'invention française longtemps délaissée outre-Atlantique est en bonne voie pour séduire les Américains.

L'élégance de «ballerine légère» que Jackie Kennedy doit à Hubert de Givenchy

L'élégance de «ballerine légère» que Jackie Kennedy doit à Hubert de Givenchy

Décédé le 10 mars à l’âge de 91 ans, le couturier français était sans conteste le préféré de la Première dame la plus emblématique des États-Unis.

L'histoire rocambolesque de l'acteur qui s'est fait passer pour un général durant la Seconde Guerre mondiale

L'histoire rocambolesque de l'acteur qui s'est fait passer pour un général durant la Seconde Guerre mondiale

Les services secrets britanniques ont brouillé les pistes en 1944 en utilisant l’acteur Clifton James, pour interpréter le rôle de sosie du général Montgomery.

Newsletters