Allemagne

Des réfugiés développent une appli pour survivre à la bureaucratie allemande

Temps de lecture : 2 min

Bureaucrazy doit apporter un soutien aux demandeurs d'asile dans leurs démarches.

TOBIAS SCHWARZ / AFP
TOBIAS SCHWARZ / AFP

Si vous avez en horreur l'administration française, vous n'imaginez pas à quel point vous êtes chanceux de ne pas vivre de l'autre côté du Rhin. La complexité de la bureaucratie allemande, sa lenteur, et surtout son jargon ont de quoi décourager même les personnes les plus optimistes: «Si quelqu'un qui vit en Allemagne depuis quelques mois arrive à prononcer des mots tels que “Mietschuldenfreiheitsbescheinigung” sans problème, c'est que quelque chose ne tourne pas rond», écrit l'hebdomadaire Die Zeit.

Car c'est un parcours du combattant dans les méandres de l'administration qui attend les migrants à leur arrivée en Allemagne, que la barrière de la langue rend plus accablant encore:

«De nombreuses administrations n'ont pas de traducteurs pour l'arabe, le farsi ou le pachto. Et il est rare que les employés sachent parler anglais. Il arrive donc souvent que les réfugiés signent des documents sans avoir aucune idée de leur contenu.»

Pour la petite histoire, c'est d'ailleurs ce qui est arrivé cet été à un touriste chinois qui a été pris à tort pour un migrant par l'administration allemande: il voulait porter plainte pour vol et s'est retrouvé à signer sans comprendre un formulaire de demande d'asile! Le pauvre homme a passé deux semaines contre son gré dans un foyer pour réfugiés. Le quotidien Süddeutsche Zeitung racontait récemment sa mésaventure ici.

Traductions, explications…

Afin de faciliter les démarches des demandeurs d'asile à leur arrivée en Allemagne, six réfugiés syriens basés à Berlin sont actuellement en train de développer un site internet et une application baptisés Bureaucrazy. Ces élèves de la ReDi-School, une start-up berlinoise qui apprend aux réfugiés à programmer, viennent de lancer une campagne de crowdfunding pour financer leur projet, qui devrait voir le jour d'ici début 2017:

«Bureaucrazy proposera des traductions, des explications et des plans de ville sur lesquels sont répertoriés les sièges des administrations les plus importantes. Les données qui seront renseignées [par les utilisateurs] seront enregistrées de manière à qu'elles puissent être automatiquement reportées dans d'autres formulaires.»

À ce jour, 25% de la somme de 20.000 euros nécessaire pour finaliser le projet ont déjà été rassemblés. La page Facebook de Bureaucrazy connaît déjà un certain succès: «Chaque like que nous recevons est l'expression d'une haine de la bureaucratie. Chaque personne sur Terre en souffre», s'amuse Munzer, un des jeunes Syriens qui ont conçu l'application.

Reste à voir si la bureaucratie allemande acceptera de collaborer avec l'équipe de Bureaucrazy, en transmettant par exemple automatiquement les modifications apportées régulièrement aux formulaires, de manière à ce que le site et l'appli restent à jour. Et quelles démarches attendent désormais l'équipe pour monter sa start-up...

Slate.fr

Newsletters

Sylvin Rubinstein, le danseur de flamenco qui se déguisait en femme pour tuer des nazis

Sylvin Rubinstein, le danseur de flamenco qui se déguisait en femme pour tuer des nazis

Après avoir perdu sa sœur jumelle dans le camp d'extermination de Treblinka, il n'eut de cesse de se venger. Il participa à diverses actions de sabotage, fomenta des attentats et commit plusieurs assassinats.

Le sidérant fan-club d'Hitler

Le sidérant fan-club d'Hitler

Le dictateur nazi faisait l'objet d'un véritable culte de la personnalité de son vivant. Un historien allemand a retrouvé des dizaines de milliers de lettres envoyées par ses concitoyens: déclarations d'admiration, poèmes à sa gloire, cadeaux à gogo... et courrier du coeur.

Clap de fin pour Martin Schulz

Clap de fin pour Martin Schulz

Martin Schulz a démissionné mardi soir de la présidence du SPD. Ses adversaires comme les membres de son parti l'ont fermement poussé vers la sortie.

Newsletters