LGBTQSports

Gros malaise quand un journaliste sort du placard des athlètes aux JO

Camille Malnory, mis à jour le 12.08.2016 à 17 h 03

L'Américain Nico Hines du Daily Beast a publié un article sur les athlètes utilisateurs de Grindr provoquant l’ire des médias et des membres de la communauté LGBT.

Capture d'écran de l'article du Dailybeast, retiré par la suite

Capture d'écran de l'article du Dailybeast, retiré par la suite

«J’imagine que vous avez entendu parlé de la légende des athlètes du Village olympique; des histoires révélant que les Jeux olympiques sont le foyer d’athlètes fêtards, de rencontres et de sexe, sexe, sexe.» Voilà le ton donné dès l’accroche de l’article I got three Grindr dates in an hour in the Olympic villages (J’ai eu trois rendez-vous Grindr en une heure au Village olympique), écrit par le journaliste du DailyBeast, Nico Hines au matin du jeudi 11 août 2016.

Hines est au départ envoyé par sa rédaction pour écrire un article sur l’utilisation des applications de rencontre dans l’enceinte du Village olympique. Son article ne va finalement porter que sur Grindr –qui s’adresse aux homo et bisexuels–, parce qu’il n’est «pas compliqué de deviner que cette application a été plus riche en proposition». Si l’intérêt du sujet peut déjà être remis en cause, le journaliste, sans révéler le nom des athlètes qu’il a rencontré via l’appli, donne des informations assez précises sur leurs mensurations, leur discipline, mais aussi leur pays d’origine. L’un d’entre eux vient même d’un pays où l’homosexualité est pénalement condamnée.

Quelques heures après publication, le Dailybeast en sort une version retitrée The Other olympic sport in Rio: swipping (L’autre sport olympique à Rio: matcher) qui ne contient plus de détails mais mentionne simplement la discipline des athlètes et le fait que l’un d’eux vient d’un pays «notoirement homophobe».

Déontologie

Mais Nico Hines est déjà violemment attaqué sur sa déontologie, notamment par ses propres confrères. Mark Joseph Stern, journaliste chez Slate.com, explique à quel point il est facile de découvrir qui sont les athlètes cités –lui-même est parvenu à en identifier cinq. Et c’est là tout le problème, puisque, si au moins un d’entre eux peut désormais être en danger, d’autres n’avaient pas fait de coming-out public. On parle donc bien ici de violation de la vie privée

«Certains des athlètes vont peut-être être mis de côté par leurs équipes; leur famille pourrait les rejeter; ils pourraient être emprisonnés, et tout ça pour quoi? Pour un article homophobe où un hétéro escroque des athlètes homo qui ont matché avec lui sur Grindr», écrit Stern.

Car Hines a utilisé des manières plutôt retorses pour obtenir ses sources. Il n’a jamais précisé sur son profil Grindr que les «matchs» qu’il ferait seraient l’objet d’un article pour le Dailybeast. Malgré tout, il se défend de tout mensonge:

«Pour information, je n’ai menti à personne ou prétendu être quelqu’un que je n’étais pas –à part si vous comptez le fait d’être sur Grindr– puisque je suis hétéro, marié et père de famille. J’ai utilisé ma propre photo (avec seulement mon visage…) et expliqué que j’étais journaliste si quelqu’un me posait la question.»

Pour le politique écossais Stewart McDonald, vice-président du groupe parlementaire de défense des droits LGBT, reprit par Pink News, l’attitude d’Hines est extrêmement grave, non professionnelle et «dangereuse pour au moins une des personnes de cet article»

Le papier est finalement retiré du site, accompagné d’un message d’excuse de la part des éditeurs de Dailybeast:

«Nous avons initialement pensé qu’enlever les détails et apporter des clarifications sur nos intentions était la conduite adéquate à avoir. Nous avons eu tord. Nous sommes désolés. Et nous nous excusons auprès des athlètes qui ont pu être compromis par inadvertance par notre article. Il n’a jamais été dans notre intention de faire du mal aux personnes de la communauté LGBT (...).»

«Article de merde»

Plusieurs athlètes ont par ailleurs réagi via les réseaux sociaux pour exprimer leur dégoût envers le journaliste, parlant «d’article de merde», de «honte pour Dailybeast», notamment le skieur, ouvertement homosexuel, Gus Kenworthy:


Amini Fonua, nageur originaire du Tonga, s’est également exprimé dans une série de tweets, rappelant que si lui assume son homosexualité dans «un pays encore homophobe», ce n’est pas le cas de tous:

Camille Malnory
Camille Malnory (28 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte