Monde / Culture

Barack Obama officialise sa passion secrète pour Manu Chao

Temps de lecture : 2 min

Le président américain a mis «Me gustas tú» dans sa playlist estivale. Ce, même si le chanteur français a toujours tenu des propos très mesurés à son egard.

Photo Obama: SAUL LOEB / AFP
Photo Obama: SAUL LOEB / AFP

On ne pensait pas voir Manu Chao dans une playlist présidentielle un jour. Encore moins dans celle de Barack Obama. Mais le président américain (ou ses conseilleurs en communication) a publié une double playlist d'été dans laquelle le chanteur français se retrouve au milieu de Courtney Barnett, Nina Simone, Nas, et les Beach Boys.

Une playlist assez joyeuse dans l'ambiance, un peu similaire à l'optimisme qu'il essaie d'afficher en sa fin de mandat et au milieu de cette élection.

Malgré nos recherches, il semble néanmoins que le président américain ne se soit jamais exprimé sur Manu Chao, ou sur la Mano Negra. À l'inverse, Manu Chao s'est exprimé à quelques reprises sur Obama. En novembre 2008, quelques jours après la première élection du candidat démocrate, il était revenu sur cet événement dans un entretien au Monde:

«J'ai trouvé magnifique ce qui s'est passé. Mais si j'ai été ému par l'événement, je ne suis pas sûr que le changement puisse venir d'en haut. Quelques jours après l'élection, j'étais à Londres, un chauffeur de taxi antillais m'a dit: “Obama, c'est Tony Blair peint en black.” Ça m'a fait rire.»

Un peu moins d'un an plus tard, il se demandait jusqu'à quel point Obama n'était pas une opération marketing.

Depuis, pas grand chose. Véronique Mortaigne expliquait dans son livre, Manu Chao, un nomade contemporain paru en 2012, qu'après «le remplacement en 2008 de George Bush, dont Manu avait fait un épouvantail, par Barack Obama, la parole de l'artiste se fait moins guerrière. Manu Chao abandonne les invectives et les slogans, la musique et la fête occupent toute la place». Au plus grand bonheur du président américain?

Slate.fr

Newsletters

Privé de «Davos du désert»

Privé de «Davos du désert»

La Hongrie gère la crise du logement en envoyant ses SDF en prison

La Hongrie gère la crise du logement en envoyant ses SDF en prison

Vivre dans la rue est désormais un délit passible de prison ferme dans l’ensemble du pays.

Trump dit avoir un «instinct naturel pour la science»

Trump dit avoir un «instinct naturel pour la science»

Et son instinct lui dit que la menace du réchauffement climatique est exagérée.

Newsletters