Science & santé

Le jour où une éruption solaire a failli déclencher une guerre nucléaire

Repéré par Agathe Charnet, mis à jour le 12.08.2016 à 9 h 32

Repéré sur popularmechanics, onlinelibrary, news.agu.org

En 1967, les États-Unis ont cru à une attaque nucléaire soviétique. Il s'agissait en réalité de dégâts commis par une éruption solaire. Un phénomène qui pourrait mettre en péril nos systèmes de communication satellite.

Éruption solaire | Thomas Besson via Flickr CC License by

Éruption solaire | Thomas Besson via Flickr CC License by

Mai 1967, des deux côtés du rideau de fer, les États-Unis et l'Union soviétique sont sur le pied de guerre. Chacun a préparé son camp à riposter à la «première frappe» qui déclencherait une guerre nucléaire entre les deux puissances qui s'affrontent pour le moment par le biais de conflits interposés. Le 23 mai 1967, Johnson, dont la présidence est gravement entachée par l'interminable guerre du Vietnam, croit bel et bien voir sonner l'heure d'un inéluctable conflit nucléaire.

Les radars du Ballistic Missile Early Warning System (BMEWS), situés dans le cercle polaire, ne répondent plus. Ce système avait été mis en place par les États-Unis en 1959 afin de prévenir le lancement d'un missile nucléaire par l'URSS. Les Américains voulaient se donner les moyens de riposter avant que celui-ci n'atteigne leur sol. L'armée croit immédiatement que l'URSS est responsable de la soudaine défaillance de ses radars et les avions de la Air Force se préparent à décoller, chargés de leurs fatales cargaisons.

Mais l'ordre de départ ne leur sera jamais donné, puisque les scientifiques du Centre de prévision solaire américain réalisent qu'une considérable éruption solaire a coupé les radars du BMEWS.  S'ils avaient attendu quelques minutes de plus pour donner l'alerte, le monde aurait peut-être connu les affres d'une guerre nucléaire... 

La menace des éruptions solaires

C'est cette histoire quasi-hollywoodienne mais pourtant bien réelle que rapporte une étude publiée par la revue Space Weather, de l'American Geophysical Union. Et comme le souligne un article publié par Popularmechanics.com, les éruptions solaires n'ont rien d'un mystère. Andreï Klochko, docteur en Physique des plasmas à l’École Polytechnique, confie à Slate.fr: 

«Les éruptions solaires donnent parfois lieu à des éjections de masse coronale en provenance du soleil que l'on pourrait comparer à un nuage de particules très dense et très énergétique qui se déplacerait à très grande vitesse.»

Si cette masse se dirige vers la Terre, elle est susceptible d'engendrer des orages géo-magnétiques pouvant empêcher le fonctionnement des satellites en haute orbite.

«Il suffit de quelques particules tombant sur des composants électroniques sensibles pour dérégler des satellites, décrit Andreï Klochko. Si plusieurs satellites sont ainsi mis hors d'usage, cela peut avoir un impact redoutable sur les communications terrestres: les communications radio et télévision, les GPS ou même les systèmes de communication des avions.» 

De plus, ces tempêtes solaires peuvent également agir directement sur Terre: les masses coronales sont, en effet, repoussées par le champ magnétique terrestre. Ce mouvement de protection généré par le champ magnétique peut alors entraîner un dérèglement des lignes de haute tension comme ce fut le cas au Québec en mars 1989 où des milliers de foyers furent privés d'électricité. Doit-on alors craindre de se retrouver un jour privés d'électricités suite à ces éruptions solaires?

«Il faudrait une éruption d'une intensité exceptionnelle pour que nous soyions gravement impactés sur Terre, tempère Andreï Klochko. Depuis une trentaine d'année, les satellites que nous envoyons aujourd'hui dans l'espace sont de plus en plus protégés contre les radiations causées par ces phénomènes solaires.»

En juillet 2012, une super-tempête solaire avait manqué de frapper la Terre. À neuf jours près, elle aurait occasionné dans le pire des cas «mille milliard de dollars de dégâts», selon Le Nouvel Observateur.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte