Tech & internet

Les menaces de Facebook ne font pas peur aux bloqueurs de pub

Grégor Brandy, mis à jour le 14.08.2016 à 9 h 28

Ils espèrent très vite contourner les nouvelles mesures prévues par le réseau social.

Message d'erreur Facebook, 2014. REUTERS/Thomas White

Message d'erreur Facebook, 2014. REUTERS/Thomas White

Après le clickbait, Facebook a dans son viseur les bloqueurs de publicité. Le réseau social américain a largement défendu la publicité bien faite et annoncé ce mardi 9 août qu'il allait permettre à ses utilisateurs de mieux contrôler la façon dont ils les voient sur son site, mais qu'il allait aussi s'en prendre aux bloqueurs, comme AdBlock, Adblock Plus ou encore uBlock.

Par ailleurs, Facebook a décidé de ne pas jouer le jeu d'Adblock Plus. Le bloqueur propose à de nombreux sites de les ajouter sur une liste blanche. En clair, les sites présents sur celle-ci ne sont pas sujets (par défaut) au bloquage de leurs publicités. Mais pour y accéder à cette liste, il faut accepter les termes de'Adblock Plus: pas de publicités trop intrusives, pas de pop-ups et surtout payer le bloqueur. Un chantage que Facebook entend dénoncer:

«Certaines bloqueurs acceptent de l'argent et en échange montrent des publicités jusque-là bloquées –une pratique qui est au mieux troublante, et qui réduit le financement nécessaire au soutien du journalisme et d'autres services gratuits que nous aimons sur le web. [...] Plutôt que de payer ces entreprises pour débloquer les publicités que nous montrons –comme nous ont invités à le faire certains par le passé–, nous remettons le contrôle dans les mains des gens.»

Reste que comme le souligne Le Monde, «ceux-ci n’auront plus la possibilité de purement et simplement s’en passer».

La «course aux armements» est lancée

Enfin, ça c'était l'idée de Facebook. Visiblement, les bloqueurs de publicité ne sont pas tout à fait d'accord avec ce concept. Sur Twitter, AdBlock parle de «course aux armements», et évoque une guerre entre le réseau social et les bloqueurs de publicité.

Adblock Plus qui était indirectement visé par les mots de Facebook a décidé de répondre sur son blog. Ben Williams, le directeur des opérations de Eyeo –l'entreprise derrière Adblock Plus– a annoncé que le jeu du chat et de la souris allait se poursuivre. Dans une interview accordée à Wired, il rappelle que «ces tactiques d'évitement sont en place depuis dix ans, et puisque les bloqueurs de publicité ont le soutien de la communauté open source, les solutions de rechange qu'ils développent doivent devenir encore meilleures que leurs précédents contournements».

Le site spécialisé fait remarquer que le créateur d'uBlock était déjà en train de chercher comment Facebook pourrait parvenir à contourner les bloqueurs de publicités.

Rendre les publicités indétectables

Pas sûr donc que les bloqueurs ne trouvent tout de suite la parade. La MIT Technology Review évoque une théorie qui permettrait à Facebook d'empêcher aux bloqueurs de ne pas afficher les publicités sur son site:

«Si Facebook sert les pubs et les contenus comme les photos de vos amis depuis les mêmes sources, alors les bloqueurs ne marcheront simplement pas.»

C'est d'ailleurs ce que laisse entendre le New York Times, qui explique que Facebook va chercher à rendre ses publicités indétectables par les bloqueurs. 

«Les changements dans la version bureau de Facebook vont rendre les publicités impossibles à distinguer du contenu qui n'est pas de la pub. Pour que les bloqueurs contournent ces changements, Facebook estime qu'ils devront analyser le contenu des publicités lui-même, ce qui pourrait être un processus laborieux et coûteux.»

Autant dire que les bloqueurs risquent de passer un moment à trouver la parade. Et comme l'explique à Wired, le fondateur de Famous, Steve Newcomb, d'ici à ce qu'ils trouvent une solution, les utilisateurs de Facebook qui s'appuient sur ces bloqueurs pourraient faire les frais de leurs expérimentations:

«Les premiers essais vont potentiellement bloquer de vrais contenus par erreur, et donc affecter l'expérience utilisateur accidentellement.»

Pas vraiment une bonne nouvelle pour le réseau social, qui cherche en permanence à satisfaire ses utilisateurs pour les faire rester sur son site, et revendre ensuite ce temps passé aux publicitaires. Si dans la guerre contre les bloqueurs de publicité, Facebook vient de prendre une longueur d'avance, tout cela pourrait bien finir par se retourner contre lui.

Grégor Brandy
Grégor Brandy (439 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte