Culture / Société

Ce que la carte des noms les plus communs par pays nous apprend

Temps de lecture : 2 min

Le linguiste Jakub Marian s'est expliqué sur son travail et l'histoire de nos patronymes.

Jakub Marian est un linguiste tchèque de 27 ans, mais aussi un mathématicien et un artiste. On peut raisonnablement dire de lui que c’est un bon geek. Sur son riche site internet, il a publié une carte des noms de famille les plus communs par pays en Europe, qui a eu beaucoup de succès.

Le créateur a été interviewé par le quotidien espagnol El Pais, et en a proposé une traduction, en anglais, sur son site. Dans cet article, Jakub Marian explique qu’il a collecté les données auprès de sources diverses, comme des bureaux de statistiques ou des annuaires téléphoniques, en fonction de ce que les pays avaient mis à disposition.

Source: Jakub Marian

Il revient aussi sur ce que la carte nous apprend de l’onomastique. Certains pays ont adopté un système patronymique, c’est-à-dire que le nom de famille est formé à partir du prénom du père, comme en Espagne (où par exemple le prénom Fernando devient Fernandez). Ce n'est cependant pas le cas de Garcia, le nom le plus donné dans le pays.

La même tradition se repère en France (où des prénoms communs comme Robert, Bernard, sont devenus des noms de famille). Le système patronymique est encore en vigueur en Islande: les Islandais n’utilisent pas de nom de lignée, mais forment ce nom à partir du prénom du père (Prénom + «son», qui signifie «le fils de». Jónsson signifie littéralement «le fils de Jón»). Autre particularité, le système lituanien, dont les noms de famille des femmes dépendent de celui de leur parent ou de celui de leur mariage.

Dans d’autres pays, les noms évoquent la profession du premier qui l'a porté (c’est le cas notamment au Royaume-Uni avec Smith, qui signifie forgeron). Ou alors ils étaient associés à une caractéristique de la personne, Rossi par exemple, pour roux, en Italie.

Notons enfin que sur le site de l'auteur, vous pouvez vous procurer pour 32,80 euros un oreiller avec la carte d'Europe des noms les plus communs pour motif.

Newsletters

Les pénis censurés de la tapisserie de Bayeux

Les pénis censurés de la tapisserie de Bayeux

La «réplique exacte» de cette célèbre broderie ne l'est pas tout à fait: tous les pénis ont disparu (et ils étaient étonnamment nombreux).

En mémoire de l'horloge parlante

En mémoire de l'horloge parlante

Orange a annoncé qu'à partir du 1er juillet, ce service historique ne serait plus disponible. Il fallait bien lui rendre un dernier hommage.

Mon Europe à moi: «Il ne faudrait pas qu'une culture européenne vienne effacer les cultures locales»

Mon Europe à moi: «Il ne faudrait pas qu'une culture européenne vienne effacer les cultures locales»

Le travail de l'Union européenne sur la culture est méconnu. Pourtant, le budget mobilise des milliards d'euros.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio