France

À quoi pourrait ressembler un test de radicalisation en milieu scolaire?

Temps de lecture : 2 min

La proposition de Geoffroy Didier, candidat à la primaire de la droite, de mettre en place «un test de radicalisation» en milieu scolaire a fait beaucoup parler d'elle. Un école primaire britannique avait déjà eu la même idée...

Questionnaire de radicalisation mis en place par une école britannique en 2015 Source : Capture d'écran
Questionnaire de radicalisation mis en place par une école britannique en 2015 Source : Capture d'écran

«Martine a échoué au test de radicalisation», «Quel type de ceinture préférez-vous, Gucci ou explosive?». Les internautes n'ont pas manqué d'imagination dans la journée de mardi pour répondre à la proposition de l'avocat et vice-président de la région Ile-de-France Geoffroy Didier de mettre en place «un test de radicalisation» dans l'enseignement secondaire afin de repérer les adolescents susceptibles de prendre la voie du terrorisme islamiste.

Alerté notamment par l'arrestation d'une jeune fille de 16 ans qui se disait prête à commettre un attentat terroriste via le réseau social Télégram, Geoffroy Didier contacté par RTL a défendu son test en affirmant que «la majorité des attentats récents ont été commis par des jeunes qui sont allés à l'école en France». Le test imaginé par le candidat se déroulerait sous forme d'entretien avec un psychologue qui soumettrait l'élève à une batterie de questions à la subtilité notoire: «Refusez-vous des activités sportives sous prétexte qu'elles sont mixtes?», «Que pensez-vous du djihad?»,«Comment qualifiez-vous les récents attentats en France?».

Un test similaire mis en place dans une école britannique

Des questions qui font écho à un test mis en place par l'école primaire londonienne de Buxton au printemps 2015. Les enfants étaient sommés de répondre à un questionnaire à choix multiples leur demandant par exemple d'estimer «s'il fallait croire mot pour mot ce qui est écrit dans les livres religieux», «si les femmes étaient aussi bonnes que les hommes au travail» ou choisir des adjectifs pour se définir parmi lesquels «musulman», «artiste» ou «jeune».

Relayé par plusieurs avocats sur les réseaux sociaux, le questionnaire avait suscité l'indignation de la communauté musulmane britannique, rapporte Thinkprogress.org. Le président de la Commission des Droits de l'Homme Islamique avait déclaré dans un communiqué:

«Ce test est délibérément raciste et islamophobe. À un âge aussi jeune, nous devrions penser au développement intellectuel de nos enfants, pas à les enfermer dans des cases [...] Ce test me rappelle les préludes de l'Allemagne nazie, quand les juifs étaient recensés et qu'on les forçait à porter l'étoile de David.»

L'école primaire Buxton avait alors tenté de se justifier en affirmant faire partie d'un programme pilote favorisant l'intégration et financé par l'Union européenne. Mais, comme l'indique The Telegraph, la page internet du projet a été modifiée, effaçant l'objectif premier du programme qui était «d'identifier les premiers signes de radicalisation chez les élèves en école primaire».

Face à la déferlante médiatique, l'école Buxton avait annoncé sur Facebook renoncer à poursuivre les tests et avait présenté ses excuses aux parents d'élèves et «à l'ensemble de la communauté qui a manifesté –à raison– son inquiétude face à ce questionnaire».

Slate.fr

Newsletters

Mort de Charles Aznavour: «Il avait des carrières différentes dans chaque langue»

Mort de Charles Aznavour: «Il avait des carrières différentes dans chaque langue»

Charles Aznavour est décédé dans la nuit de dimanche à lundi à l'âge de 94 ans. Après Edith Piaf, il était sûrement le chanteur français le plus connu à l’étranger. Pour Slate.fr, Bertrand Dicale, auteur de Tout Aznavour (First Editions) ...

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

*Et les supportrices.

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Newsletters