Monde

Wagner, l'entreprise russe qui envoie des mercenaires en Syrie

Temps de lecture : 2 min

La chaîne Sky News a interviewé d'anciens mercenaires de cette société aux activités secrètes.

Capture d'écran du reportage de Sky News.
Capture d'écran du reportage de Sky News.

La chaîne Sky News a réalisé une enquête sur les mercenaires russes qui se battent en Syrie aux côtés des forces du président Bachar el-Assad, ce que la Russie a jusqu’à présent démenti –admettant à tout le moins, en octobre 2015, l'envoi de «volontaires».

Au centre de l’article de la chaîne britannique se trouve Wagner, une entreprise qui recrute et envoie ces hommes en Syrie, nommée ainsi en raison du nom de guerre de son fondateur. Ce dernier, un ancien soldat des forces spéciales russes, aurait choisi ce nom en hommage à l’amour bien connu des nazis et d’Hitler pour le compositeur allemand.

Wagner cherche des hommes en bonne forme physique et prêts à prendre de gros risques pour l'équivalent de 3.500 euros par mois. Ils sont entraînés dans un village russe, Molkino, où s’entraînent par ailleurs des forces spéciales de l’armée. Selon un de ces mercenaires interviewé par Sky News, les soldats ensuite envoyés en Syrie forment de véritables armées avec unités de reconnaissance, de défense aérienne et d'assaut, le tout équipé d'artillerie lourde et de tanks. Sur place, un des anciens mercenaires interviewé par la chaîne explique qu'ils ont servi de «chair à canon», notamment à Palmyre, passant avant les troupes syriennes de l’armée d’Assad. Des centaines de mercenaires recrutés par Wagner seraient morts en Syrie, affirme-t-il encore, soit beaucoup plus que la poignée du décompte officiel.

L’existence de Wagner a auparavant été mentionnée en mars par un média indépendant russe, Fontanka. Officiellement, cette société n'existe pas puisque la loi russe interdit les entreprises militaires privées. «L’externalisation des missions de combats à des contractants privés» est une politique que la Russie a suivi également en Ukraine, comme le soulignait en avril dernier sur le site War on the Rocks Mark Galeotti, professeur à la New York University et auteur d’un ouvrage sur les Spetsnaz, les forces spéciales russes.

En Syrie, ces unités avaient initialement pour rôle de protéger des installations stratégiques du gouvernement et d’assister l’armée dans la sécurité de ses bases militaires.

Avec le passage d’une loi qui devrait rendre légales ces sociétés, poursuit le chercheur, on peut s’attendre à voir d’ici peu se multiplier les opérations de guerre «hybride» comme celles menées par Wagner.

Newsletters

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

La politique étrangère de Donald Trump est une politique nationaliste, en repli face aux affaires du monde et opposée à l'idée de coopération internationale. Cette attitude résonne particulièrement bien avec l'épidémie de Covid-19. De fait, l'une...

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Le dirigeant hongrois se sert de la pandémie pour asseoir son pouvoir sur la Hongrie et parie sur sa gestion de crise comme tremplin vers une réélection en 2022.

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En suscitant la polémique, le président américain se place en position de critiquer les personnes qui préfèrent parler de terminologie plutôt que de faire la guerre au coronavirus.

Newsletters