France

Le Monde enquête sur la Seine-Saint-Denis

Temps de lecture : 2 min

graffitis par Gaël Chardon via Flickr
graffitis par Gaël Chardon via Flickr

Le Monde a envoyé ses journalistes en Seine-Saint-Denis; ils sont revenus avec un état des lieux en six points de ce département miné par le chômage et les difficultés sociales, où s'installent pourtant des multinationales.

Le département est toujours une plaque tournante pour l'immigration, en particulier illégale. Le Monde souligne qu'entre 1999 et 2006, malgré les politiques restrictives de l'Etat, le nombre d'étranger dans le département a progressé de 22,4%, tandis que le nombre de Français augmentait de 3,7%. Il faut y ajouter 100 000 à 300 000 sans-papiers. Les travailleurs sans papier, main d'oeuvre nombreuse et bon marché, viennent ici chercher un boulot à la journée, dans des lieux de rendez-vous connus de tous au bord de la Nationale 3.

Non loin de là, formidable contraste, le quartier autour du stade de France voit de plus en plus de bâtiments vitrés au luxe discret s'installer: les entreprises attirées par des prix de l'immobilier beaucoup plus bas que dans les banlieues huppées et des transports efficaces installent ici des services entiers, comme Generali, EDF ou la Société Générale. Ces déménagements ont représenté 27 000 emplois privés de plus en dix ans sur le secteur de Saint-Denis. Les élus locaux essaient maintenant de les orienter vers un recrutement local.

L'Etat investit massivement pour tenter de développer de manière homogène ce territoire, notamment en lançant d'immenses projet de construction, mais peine à gérer un chantier toujours en friche, celui de l'éducation: manque de moyen, Zones d'Education Prioritaire où arrivent des enseignants débutants... Enfin l'insécurité reste un problème: les vols avec violence et les agressions physiques sont deux fois plus fréquents que dans les Hauts-de-Seine.

[Lire l'article complet sur le Monde]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: graffitis par Gaël Chardon via Flickr

Slate.fr

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters