Sports

Dans les médias français, le sexisme est une discipline olympique

Temps de lecture : 2 min

Petit florilège des commentaires quotidiens pour le moins douteux sur les athlètes, françaises comme étrangères.

Montage Slate.fr
Montage Slate.fr

«Ah, elle a beaucoup de charme, Valentina, comme Monica Belluci, mais avec moins de poitrine» ou «Ce sont des jeunes filles extrêmement élancées, extrêmement jolies». Ces commentaires élégants, on les doit à la fine fleur des commentateurs sportifs français, Philippe Candeloro et Nelson Monfort, lors des Jeux olympiques d'hiver de Sotchi, en 2014.

Après s’être copieusement fait descendre par les téléspectateurs, les internautes et les professionnels pour leur sexisme à peine déguisé, les commentateurs hexagonaux étaient attendus au tournant pour les épreuves de Rio 2016. Le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est encore raté.

1.«Les deux plus grandes drama queens du circuit»

Roberto Schmidt/AFP.

Lors du deuxième tour du tournoi de tennis opposant la Française Alizé Cornet à la numéro 1 mondiale Serena Williams, les commentateurs se lâchent. Le journaliste de France Télévisions François Brabant compare les deux joueuses à des «drama queens»:

«On a les deux plus grandes drama queens du circuit: il va y avoir des grandes démonstrations, des cris, des larmes.»

2.
«Je ne suis pas chauvin, mais les Françaises sont plus mignonnes»

Philippe Lopez/AFP


Opposées aux États-Unis pour la cinquième place du tournoi de rugby à VII, les Françaises sont en difficulté, notamment dans la première mêlée. L'ancien demi de mêlée international Fabien Galthié lâche alors un «Je suis pas chauvin, mais les Françaises sont quand même beaucoup plus mignonnes, beaucoup plus féminines que les Américaines» (à 12min).

3.«Et puis, elle est jolie»

Pascal Guyot/AFP

Encore une fois en rugby à VII, cette fois-ci lors de la finale opposant l'Australie à la Nouvelle-Zélande. L'Australie écrase son adversaire et les commentateurs encensent la demi de mêlée australienne Charlotte Caslick, parlant d'une fille qui «pue le rugby» et qui fait ce qu'elle veut sur le terrain, quand, au moment de rendre l'antenne, on entend un timide mais beau «Et puis, elle est jolie». On ne sait pas franchement qui dit ça en fond, mais on vous laisse apprécier (à 1h51).

4.«Ah, ça pleure chez les gonzesses»

Jack Guez/AFP

En -57kg, la judokate brésilienne Rafaela Silva entre dans l'histoire en offrant sa première médaille d'or des JO au pays-hôte, en battant la tenante du titre Dorjsürengiin Sumiya, quand soudain:

«Ah, ça pleure chez les gonzesses.»

Merci Thierry Rey, en direct sur Canal+.

5.
«Automne Pavia, que l'on pourrait voir ailleurs que sur des tapis de combat»

Jack Guez/AFP

Cette fois, il ne s'agit pas d'un commentaire en direct sur une chaîne de télévision, mais d'un article de l'Équipe sur le même tournoi, consacré à la judokate française Automne Pavia. Un article qui commence par «Automne Pavia est une belle jeune femme», avant de vanter le physique «élancé, que l'on pourrait voir ailleurs que sur des tapis de combat» de la médaillée de bronze de 2012, son côté «fleur bleue», ou ses multiples sponsors parce qu'elle est vraiment «trop mignonne».

Newsletters

Une équipe de foot italienne voulait jouer en blackface pour condamner le racisme

Une équipe de foot italienne voulait jouer en blackface pour condamner le racisme

L'idée était notamment de soutenir Mario Balotelli, récemment victime de cris racistes lors d'un match à Vérone.

Christine Lagarde par ses anciennes coéquipières de natation synchronisée

Christine Lagarde par ses anciennes coéquipières de natation synchronisée

Bien avant le FMI, les ministères ou même les cabinets d'avocat, la nouvelle présidente de la Banque centrale européenne brillait dans les bassins.

Les athlètes britanniques devront savoir se laver les mains pour Tokyo 2020

Les athlètes britanniques devront savoir se laver les mains pour Tokyo 2020

Une mauvaise hygiène peut compromettre leurs chances aux Jeux olympiques.

Newsletters