Monde

En Italie, laisser sa serviette sur la plage pour garder sa place peut coûter très cher

Temps de lecture : 2 min

200 euros pour un bout de place sur le sable...

Torre Clementina di Portonovo... | Antonio Castagna via Flickr CC License by
Torre Clementina di Portonovo... | Antonio Castagna via Flickr CC License by

Certaines plages italiennes sont bondées du matin au soir. À tel point que réussir à trouver un endroit où poser sa serviette peur parfois relever de l'exploit. Alors forcément, des petits malins ont eu l'idée de laisser leur serviette, parasol, ou chaise longue toute la journée sur le sable pour être sûr d'avoir une place quand ils veulent aller bronzer ou se baigner.

Et visiblement, raconte Atlas Obscura, ce phénomène est devenu un tel problème que les garde-côtes italiens ont décidé de sanctionner les tricheurs d'une amende de 200 euros, en plus de confisquer les serviettes, parasols et chaises. Rien que samedi dernier, une garde-côte de Livourne, dans le nord-ouest du pays, a saisi 37 chaises longues, 30 parasols, un lit, ainsi que quelques serviettes, et même des maillots de bain, détaille La Repubblica.

Comme l'indique le Guardian, d'autres opérations similaires ont eu lieu sur plusieurs plages, dans le cadre de la campagne «mer sûre», dont les responsables indiquent que l'utilisation de chaises longues et de parasols pour réserver les meilleures places est une pratique répandue, et injuste envers ceux qui suivent les règles.

«La ville de Cecina, en Toscane, a rendu criminel le fait de laisser des affaires sur la place sans les surveiller avant 8h30, heure à partir de laquelle la plage est ouverte aux baigneurs.»

La Repubblica souligne que c'est une vieille habitude prise après la Seconde Guerre mondiale par les vacanciers mais qui n'est depuis jamais passée de mode. Reste qu'il est compliqué de savoir qui agit ainsi. «Les responsables sont encore inconnus», explique-t-on à Livourne, et ils le resteront probablement, indique La Repubblica, qui ajoute que pour que le vacancier soit sanctionné, il doit venir réclamer ses affaires.

Mais cela arrive parfois. Les autorités italiennes avaient déjà agi de la sorte il y a quelques années, rappelle le Guardian. Les garde-côtes avaient alors sanctionné six touristes d'une amende de 1.000 euros dans la région de la Ligurie. Les malfaiteurs –tous âgés de plus de soixante ans– avaient déroulé leurs dix serviettes sur la plages un peu avant six heures du matin pour réserver leurs place sur la plage.

«Dans un autre cas, un conducteur de bus britannique avait été arrêté –mais n'avait pas été poursuivi ensuite– pour avoir brûlé des serviettes qui servaient à garder la place de touristes allemands.»

Alors comme l'indique Atlas Obscura, à tous les touristes présents en Italie, pensez bien à tout cela avant de poser votre serviette sur la plage. «Après tout ce n'est qu'une place sur un bout de sable.»

Slate.fr

Newsletters

La Nasa n’arrête pas de perdre des trésors inestimables

La Nasa n’arrête pas de perdre des trésors inestimables

Perdus, volés ou vendus, des équipements historiques ont échappé au fil du temps au contrôle de l’agence spatiale.

«Bolsonaro est une antiquité qui nous arrive du passé via WhatsApp»

«Bolsonaro est une antiquité qui nous arrive du passé via WhatsApp»

Comme les milieux religieux, la communauté tech est très divisée sur le phénomène Bolsonaro. Sur le point d'être élu grâce aux réseaux sociaux, il ne sera pas forcément pour autant un président favorable aux nouvelles technologies.

La Chine croule sous le poids de ses vélos flottants abandonnés

La Chine croule sous le poids de ses vélos flottants abandonnés

En Chine, l’industrie du vélo en libre-service est si florissante que des milliers de bicyclettes fanent aux quatre coins des villes.

Newsletters