Monde

Miliband soutient Tony Blair pour la présidence de l'Union Européenne

Temps de lecture : 2 min

David Miliband
David Miliband

Tony Blair a le soutien de David Miliband, l'actuel ministre des affaires étrangères britannique, pour le poste de premier président du Conseil Européen institué par le traité de Lisbonne. Gordon Brown avait déjà déclaré qu'il soutenait Blair, mais sans s'étendre, expliquant qu'il attendait une position claire de Tony Blair pour le faire.

Miliband a précisé à la BBC que la nomination de l'ancien premier Ministre britannique serait «une très bonne chose pour la Grande-Bretagne autant que pour l'Europe. Nous avons besoin de quelqu'un qui, lorsqu'il atterrit à Pékin, à Washington ou à Moscou, fasse s'arrêter le cours des choses et commencer les discussions sérieuses à un très très haut niveau.»

Suite à l'annonce, les spéculations sont allées bon train sur les motivations de la jeune étoile montante du parti travailliste. Certains ont notamment suggéré que Miliband pourrait lorgner vers le poste de haut représentant aux Affaires Etrangères, une intention que nie l'intéressé.

[Lire l'article complet sur le Guardian]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: David Miliband, site officiel du Foreign Office

Slate.fr

Newsletters

Le cannabis est légal au Canada, et ça ne fait même pas peur aux dealers

Le cannabis est légal au Canada, et ça ne fait même pas peur aux dealers

L'un des buts avoués de la légalisation est de couper l'herbe sous le pied du marché noir. Mais la tâche s'annonce plus compliquée qu'on pourrait le croire.

L’organisation État islamique a perdu son territoire, mais prépare déjà son retour en force

L’organisation État islamique a perdu son territoire, mais prépare déjà son retour en force

Malgré ses revers militaires, l'EI est parvenu à trouver de nouvelles sources de revenus, et l'Occident refuse de voir la réalité en face.

En Australie, une loi datant de 1984 autorise les écoles religieuses à virer ou refuser des employés ou des élèves LGBT

En Australie, une loi datant de 1984 autorise les écoles religieuses à virer ou refuser des employés ou des élèves LGBT

Un récent rapport du Gouvernement vise à remettre au goût du jour cet Acte sur la discrimination sexuelle, toujours en vigueur.

Newsletters