Culture

VIDÉO. Les films qui ont influencé Wes Anderson

Temps de lecture : 2 min

Le travail du réalisateur va chercher aussi bien du côté des classiques français que des blockbusters américains.

Quand on parcourt les films réalisés par Wes Anderson, on est immédiatement frappés par trois choses: les acteurs récurrents (Bill Murray en tête), le cadrage parfaitement symétrique des objets et des décors, et les couleurs vives, avec un attrait particulier pour le jaune. Ce style si particulier nous fait pourtant oublier que ses longs-métrages sont bourrés de références et d’influences venant d’autres films.

C’est ce qui rend la vidéo du compte YouTube Beyond the Frame si intéressante. En quelques minutes, on s’aperçoit que le film Les Quatre cent coups (1959) a eu un impact sur la réalisation du court-métrage Bottle Rocket (1996), ou encore que Le Lauréat et Harold et Maude ont inspiré la réalisation de scènes de Rushmore, sorti en 1998. Citizen Kane, film culte de 1941, se retrouve aussi au cœur de ces influences.

Plus étonnant, les références populaires sont très nombreuses. On découvre ainsi la passion d’Anderson pour Charlie Brown, que l’on retrouve dans La Famille Tenenbaum en 2001, et pour la SF avec des références à Star Wars, Star Trek ou À la rencontre du troisième type dans des films comme La vie aquatique ou Moonrise Kingdom. Cette vidéo, par son sens détail, nous permet de prendre un peu plus conscience encore de la richesse de l’univers d’Anderson.

Slate.fr

Newsletters

Comment un joint avec une grande star d'Hollywood a ruiné la vie de Lila Leeds

Comment un joint avec une grande star d'Hollywood a ruiné la vie de Lila Leeds

Amie de Robert Mitchum avec qui elle aimait fumer de temps en temps, la jeune actrice a vu sa vie et sa carrière ruinées par un raid de la police visant l'acteur.

La Venise secrète de Jean-Paul Kauffmann

La Venise secrète de Jean-Paul Kauffmann

Pour connaître les coups de cœur de l'auteur.

Donald Crowhurst, le navigateur qui se noya dans ses mensonges

Donald Crowhurst, le navigateur qui se noya dans ses mensonges

Malgré son inexpérience, le Britannique se lance en 1968 dans la première course autour du globe sans escale. Refusant de perdre, il sombre peu à peu dans la folie.

Newsletters