Égalités

Pourquoi Kim Kardashian refuse-t-elle qu’on l’appelle «féministe»?

Temps de lecture : 2 min

La femme d’affaires semble mal à l’aise avec l’idée de prendre part au mouvement.

Kim Kardashian, le 5 août à la conférence BlogHer à Los Angeles. Matt Winkelmeyer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Kim Kardashian, le 5 août à la conférence BlogHer à Los Angeles. Matt Winkelmeyer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

La figure de Kim Kardashian, célébrité dominante du show-business depuis plusieurs années, a toujours crée des débats autour de l’image qu’elle renvoie des femmes et de sa position vis-à-vis du féminisme, à savoir qu’il est impératif qu’il y ait une égalité des genres en terme de droit et d’opportunités. Ce post Instagram la montrant nue début mars était le dernier épisode de ce débat sans fin. Car si elle décidait d’affirmer et d’assumer son corps, d’autres estimaient qu’elle l’utilisait trop comme un argument de réussite, propageant le mauvais exemple.

C’est pour cela que, lors de la conférence BlogHer qui s’est tenue début août à Los Angeles, Kim Kardashian n’a pas pu éviter le sujet, comme l’explique Buzzfeed.com.

«Tout le monde me demande: “Êtes-vous féministe?” Je ne pense pas l’être. Je n’aime pas les étiquettes. Je fais ce qui me rend heureuse et je veux que les femmes soient confiantes et je les soutiens vraiment… Mais je ne suis pas le type de fille “free-the-nipple”.»

Cette déclaration a provoqué là encore deux types de réactions dans les médias américains. La contributrice Dani Fleischer, également blogueuse, estime de son côté qu’il faut qu’on arrête tout simplement de considérer Kim Kardashian comme une féministe. Après avoir expliqué que le féminisme a pour but de «changer la perception des femmes» et de «redéfinir les termes avec lesquels nous parlons des femmes et ce que nous pensons d’elle», elle affirme que Kim Kardashian ne fait rien pour aider cela. «Ce qu’elle fait, tout ce qu’elle est en fait, renforce les stéréotypes négatifs sur les femmes: vaines, méchantes, sexualisées et vides. En temps que féministes nous devrions chercher à démanteler le système qui consiste à utiliser la nudité pour acheter et vendre des choses, pas le renforcer.»

Kim Kardashian oublie ce que le mouvement féministe a fait pour elle par le passé

Sans aller aussi loin que Dani Fleischer, d’autres médias estiment que la célébrité se trompe complètement dans son argumentaire. Mic.com, qui rappelle que l’actrice Jessica Parker a également refusé cette semaine d’être rattachée au mot «féminisme», regrette ici de voir Kim Kardashian réduire le débat au débat autour de la libération des seins chez la femme. «Si les gens les plus visibles dans notre culture refusent ouvertement de s’associer à des mouvements qui espèrent atteindre l’égalité des genres, c’est une mauvaise chose. Mais c’est encore pire si les mêmes gens qui rejettent cette étiquette s’alignent quand même avec le mouvement, sans avoir pris le temps de faire leurs devoirs correctement à la maison.» Enfin, conclut Buzzfeed tout en rappelant que la femme d’affaires n’a jamais revendiqué ce terme, il est dommageable qu’une femme comme elle, productrice de sa propre émission à succès, ait pu oublier que son succès a été justement été possible grâce au mouvement féministe.

Newsletters

Des fans de «Harry Potter» veulent effacer leurs tatouages

Des fans de «Harry Potter» veulent effacer leurs tatouages

Depuis les propos de J. K. Rowling sur les trans, des milliers de gens regrettent de s'être fait tatouer des dessins en lien avec la saga.

La lutte contre les violences sexuelles dans le sport fait un bond en avant

La lutte contre les violences sexuelles dans le sport fait un bond en avant

D'ordinaire, je ne suis pas fana des conférences de presse sur ces sujets, mais le 1er juillet les intervenant·es du ministère m'ont convaincue des avancées en la matière.

Où sont les femmes de la littérature? Pas dans les manuels scolaires

Où sont les femmes de la littérature? Pas dans les manuels scolaires

[TRIBUNE] Comment expliquer et accepter cette durable disproportion entre autrices et auteurs dans nos programmes éducatifs?

Newsletters