Sports

La drôle d'histoire de la naissance du basket

Temps de lecture : 3 min

Ou comment le blizzard américain a fait naître un des sports les plus plébiscités de la planète.

James Naismith via wikimedia
James Naismith via wikimedia

C'est une histoire que la plupart des fans de basket connaissent. En 1891, dans le Massachusetts, une tempête de neige s'abat sur la ville de Springfield. Sans le savoir, c'est lors de cet hiver que James Naismith, un professeur de gymnastique, va inventer le basket-ball. En 1939, le professeur avait été interrogé par We The People, une émission de radio new-yorkaise. Il y a quelques années, l'université du Kansas a mis la main sur cet enregistrement (qui est à ce jour le seul connu de James Naismith), où l'on peut entendre sa version de l'invention du sport:

«C'était l'hiver 1891, quand j'étais instructeur d'éducation physique à Springfield, dans le Massachusetts. Nous avons eu droit à un vrai blizzard. Pendant des jours, les étudiants n'ont pas eu le droit de sortir. Donc ils ont commencé à courir partout dans les couloirs. Nous avons tout essayé pour qu'ils restent calmes. Nous avons essayé de les faire jouer à une version modifiée du football américain dans le gymnase, mais au bout d'un moment ils en ont eu marre. Il fallait faire quelque chose. Et puis un jour, j'ai eu une idée.»

James Naismith décide alors d'amener les garçons dans la salle de gym, les sépare en deux équipes de neuf joueurs (le basket se joue aujourd'hui à cinq) et leur donne un vieux ballon de football. Il pose ensuite deux paniers de pêches vides en hauteur de chaque côté de la salle, et leur explique que l'idée consiste à envoyer le ballon dans le panier de l'équipe adverse.

«J'ai sifflé et le premier match de basket-ball a débuté.»

Seul petit problème, explique-t-il dans l'enregistrement près de cinquante ans plus tard: il n'y avait pas assez de règles.

«C'était ma grosse erreur. Les garçons ont commencé à se plaquer, se taper dessus, et à s'empoigner.»

Premier match, premier KO

Une petite bagarre générale s'ensuit au milieu de la salle. Quand il réussit enfin à les séparer, un des garçons est KO, un autre s'est démis l'épaule plusieurs autres ont un œil au beurre noir.

«Après ce premier match, j'avais peur qu'ils s'entretuent. Mais ils n'ont pas arrêté de me demander de les laisser rejouer. Donc j'ai inventé un peu plus de règles. Et la plus importante était que l'on ne pouvait pas courir avec le ballon dans les mains. Cela a mis fin aux plaquages et aux coups. On a essayé de jouer avec ces règles et il n'y a pas eu un seul blessé.»

Ce match a d'ailleurs été décrit en longueur par James Naismith. Il y explique d'ailleurs comment il en était venu à imaginer l'entre-deux pour lancer un match, car il permettait «d'éliminer la brutalité et donner à chaque camp une chance égale».

Ces treize règles ont depuis acquis un statut quasi-mythique dans le monde du basket. Le site basket-infos rappelait d'ailleurs pour leur 123e anniversaire en 2015, que le document originel sur lequel James Naismith avait été adjugé aux enchères pour un peu plus de quatre millions de dollars, en 2010.

Le premier match public a eu lieu le 11 mars 1892 entre les professeurs et les étudiants, comme le racontait alors un quotidien local. Au final ce sont ces derniers qui se sont imposés sur le score de 5 à 1, devant un public «qui a suivi le match avec beaucoup d'intérêt et d'amusement». Depuis, le basket et ses règles ont largement évolué. La dernière version du règlement FIBA (la fédération internationale) compte 86 pages.

Pas les mêmes règles pour tout le monde

Le podcast Dunkumentaries (en collaboration avec 99% Invisible dans lequel j'ai entendu parler de l'enregistrement de James Naismith pour la première fois) racontait de son côté comment le championnat américain a autorisé le dunk, interdit le dunk, réintroduit le dunk, placé une ligne à trois points, pour faire évoluer le jeu.

D'ailleurs, les règles sont différentes entre le championnat nord-américain et le reste du monde qui suit les règles FIBA (même si l'on tend vers une certaine uniformisation ces dernières années –avec la découpe du match en quart-temps ou le recul de la ligne à trois points, par exemple). C'est ce qui explique que les joueurs américains ont parfois du mal à accepter les coups de sifflets des arbitres sur quelques actions lors des tournois internationaux (dont les Jeux olympiques), où s'appliquent les règles FIBA.

C'est d'ailleurs avec les JO que James Naismith finissait son interview, en 1939:

«En 1936, j'ai vu pour la première fois un match de basket au Jeux olympiques. Et tout a commencé avec deux paniers de pêches que j'avais placés dans une petite salle de gym, en 1891.»

Soixante-dix-sept ans après, le basket est présent cette année pour la 19e fois aux Jeux olympiques. Et si les États-Unis font figure d'épouvantail chez les hommes et les femmes, les Françaises et les Français peut rêver d'une médaille (même si dans les deux cas, ça risque d'être très compliqué). Les deux équipes vont d'ailleurs commencer leur tournoi ce samedi face à l'Australie pour les hommes à 19h15, et la Turquie pour les femmes (sans leur star Céline Dumerc, blessée), à 17 heures. Dans les deux cas, le score ne devrait cependant pas rester bloqué à 5-1, très longtemps.

Newsletters

Une équipe de foot italienne voulait jouer en blackface pour condamner le racisme

Une équipe de foot italienne voulait jouer en blackface pour condamner le racisme

L'idée était notamment de soutenir Mario Balotelli, récemment victime de cris racistes lors d'un match à Vérone.

Christine Lagarde par ses anciennes coéquipières de natation synchronisée

Christine Lagarde par ses anciennes coéquipières de natation synchronisée

Bien avant le FMI, les ministères ou même les cabinets d'avocat, la nouvelle présidente de la Banque centrale européenne brillait dans les bassins.

Les athlètes britanniques devront savoir se laver les mains pour Tokyo 2020

Les athlètes britanniques devront savoir se laver les mains pour Tokyo 2020

Une mauvaise hygiène peut compromettre leurs chances aux Jeux olympiques.

Newsletters