Culture

Pixar a une technique infaillible pour vous tirer quelques larmes

Temps de lecture : 2 min

Le secret réside dans la musique.

«Là-haut» de Pixar via Allociné
«Là-haut» de Pixar via Allociné

Pixar, c’est un peu la machine à super-films d’animation qui croûle sous les Oscars, les succès au box-offiche et les critiques élogieuses. C’est aussi le studio qui fait couler les larmes des spectateurs presque à chaque fois. En plus de ses images léchées et de ses histoires originales et tendres, Pixar a surtout développé un sens hors du commun en matière de bande originale. Le studio maîtrise parfaitement les silences, les piano forte et les suites de rondes pour faire se tordre les entrailles de ses spectateurs.

Basiquement, on pourrait se dire que faire pleurer au cinéma, c’est tout bête: il suffit de coller une musique bien tire-larmes sur une scène bien triste, et le tour est joué. Que nenni! Comme l’explique le youTubeur Sideways, repris dans Slate.com, c’est un poil plus compliqué.

D’ailleurs, il semblerait même que mettre cette façon de procéder soit l’exact opposé de ce que fait Pixar. Pour Sideways, justement, c’est l’opposition entre ce qu’on voit et ce qu’on entend qui amène l’émotion. D’un autre côté, Pixar est devenu très fort également dans l’utilisation de thème, ce morceau musical lié à un personnage ou à une scène. Mélangez l’opposition vue-ouïe et thème super bon, secouez, et vous obtenez la recette de Pixar: un thème que le spectateur identifie à une émotion, placé à plusieurs endroits clés du film pour titiller sa corde sensible.

Parfait exemple, Là-haut et son thème d’Ellie, associé à l’esprit d’aventure et au décès du personnage et qu’on retrouve un peu partout dans le film, même quand tout le monde est content. Émotion garantie. Idem pour Toy Story 3, qui a fait pleurer des dizaines de milliers de spectateurs avec son émouvante scène de fin jouée sur une musique associée à la joie. Trop fort, Pixar.

En savoir plus:

Slate.fr

Newsletters

En finir avec les Bisounours: les écoterroristes squattent la rentrée littéraire

En finir avec les Bisounours: les écoterroristes squattent la rentrée littéraire

Tueur de braconniers, maquisard du Front de libération des animaux ou Jeanne d’Arc de la défense de l’environnement: des écolos énervés surgissent dans les romans.

Le Moyen Âge aussi avait son Jeff Bezos

Le Moyen Âge aussi avait son Jeff Bezos

Pratiques commerciales douteuses, exploitation de salariés précaires... Déjà au XIIIe siècle, les grands patrons profiteurs étaient sans scrupules.

Le twerk qui a immobilisé la Russie

Le twerk qui a immobilisé la Russie

«Scène à reproduire seulement chez vous.»

Newsletters