Monde

Benjamin Netanyahou «corrompu et menteur»

Temps de lecture : 2 min

Image de Une: Benjamin Netanyahou, wikipedia CC
Image de Une: Benjamin Netanyahou, wikipedia CC

Leah Rabin, veuve du premier ministre assassiné Yitzhak Rabin, avait utilisé les qualificatifs de «cauchemar», «monstre» «corrompu» et «menteur» pour décrire le premier ministre actuel, Benjamin Netanyahu dans des lettres qu'elle avait écrites il y a une dizaine d'années et qui ont récemment été récupérées par Haaretz.

Lors d'élections tenues le printemps qui suivit la meurtre de Rabin, en novembre 1995, Netanyahou l'emporta de justesse sur Shimon Peres, remplaçant du défunt, et demeura premier ministre de 1996 à 1999. Les lettres de Leah Rabin, envoyées à un vieil ami, furent écrites dans les derniers mois du mandat de Netanyahou, de l'automne 1998 au printemps 1999. Haaretz les publie pour la première fois, peu avant la commémoration de l'assasinat de Rabin, qui aura lieu jeudi. Leah Rabin est morte en 2000.

«J'espère, je prie pour que les jours de ce gouvernement soient comptés. Benjamin Netanyahou est un individu corrompu, un menteur belliqueux qui ruine tout ce qu'il y a de bien dans notre société. Il le réduit à néant, et à l'avenir, il faudra tout reconstruire à nouveau».

Elle écrivait ces mots en Novembre 1998, environ deux semaines après le troisième anniversaire de la mort de son mari.

[Lire l'article complet sur Haaretz]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Benjamin Netanyahou, wikipedia CC

Newsletters

Internet ne tient qu'à 420 câbles: l'Europe est-elle prête à les protéger?

Internet ne tient qu'à 420 câbles: l'Europe est-elle prête à les protéger?

Les grandes puissances se livrent une bataille sans merci pour le contrôle des autoroutes de l'information sous-marines.

Communiqués

Communiqués

Remplacer le mot «femme» par «personne qui a ses règles» est-il vraiment inclusif?

Remplacer le mot «femme» par «personne qui a ses règles» est-il vraiment inclusif?

Aux États-Unis, l'emploi du mot «femme» est de plus en plus controversé. Mais suivre la logique de certains activistes s'avère périlleux.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio