Tech & internetLGBTQ

Les femmes bottent les fesses aux harceleurs des sites de rencontre

Repéré par Camille Malnory, mis à jour le 03.08.2016 à 14 h 09

Repéré sur Fast Company

Dénonciation, développement de nouveaux outils… Les femmes tentent par divers moyens de se réapproprier internet.

Capture d'écran du site Bye Felipe par Slate.fr

Capture d'écran du site Bye Felipe par Slate.fr

Aaaaah, les relous des sites de rencontre. Ces mecs qui harcèlent de messages dès qu’une fille ne répond pas, qui insultent celles qui refusent de leur parler, ou qui, dans un registre beaucoup plus élégant, décident de montrer leur pénis sans que la fille n’ait rien demandé ou lui demandent carrément de coucher sans franchement prendre la peine de dire bonjour. En plus d’être lourds, ces phénomènes sociologiques ambulants sont plutôt glauques voire franchement flippants. Mais des femmes ont décidé de jeter un pavé dans la mare et de se réapproprier ces réseaux de la séduction en ligne, comme en témoigne Fast Company.

Pour pallier aux attaques malveillantes, des femmes ont créé des sites permettant aux utilisatrices de publier les messages qu’elles reçoivent et ainsi, de mettre en lumière les comportements machistes subis sur les applis. Pour Alexandra Tweten, fondatrice d’un de ces sites, Bye Felipe, «il s’agit de reprendre le pouvoir sur ces personnes horribles qui insultent les femmes et de retourner ces outils contre eux».

Humiliation

En les affichant publiquement sur internet, les sites comme Bye Felipe cherchent clairement à humilier ceux qui se sont crus protégés par les écrans et surtout à les mettre en face de leur responsabilité. «L’humiliation publique est un puissant outil. Je pense que ceux qui se permettent de faire ça doivent faire face aux conséquences. Avant internet, ces mecs-là se seraient juste sauvés et auraient continué», explique Tweten.

D’autres le font de façon plus discrète: en janvier 2016, la mannequin Emily Sears –qui en avait ras-le-bol d’être harcelée de photos de pénis sur Instagram– a décidé d’envoyer tout ce qu’elle recevait aux copines, femmes voire même mamans des gougeats afin de les prévenir de leur comportement. Dans pas mal de cas, elle a même eu droit à des «excuses» de la part des «photographes».

Toutefois, l’humiliation publique n’est pas à prendre à la légère. D’ailleurs, pour Penelope Gazin, artiste et instagrameuse sur TindrWeirdo, «c’est une chasse aux sorcières que je n’aime pas. (...) J’ai parfois l’impression d’être cette personne qui aurait dû porter plainte à la police au lieu de poster sur internet. Parfois, les gens deviennent fous et mentent». Alexandra Tweten est sensible à ça. Elle-même fait attention à ce genre de cas et retire parfois certaines des publications de Bye Felipe.

Meilleur contrôle

En parallèle, des femmes ont également décidé de se lancer dans la création d’applis de rencontre pensées pour les femmes. Bumble, fondée par Whitney Wolfe, une ancienne de l’équipe de Tinder, est une des premières en la matière: ce sont les femmes qui lancent la conversation et toutes les photos envoyées et reçues sont marquées du nom de l’utilisateur. De quoi empêcher l’envoi de photos bien glauques.

Et d’autres suivent: The Grade, Coffee Meet Bagels, et autres Siren ont aussi pour but de réinstaurer une ambiance conviviale sur les sites de rencontre et surtout de permettre aux femmes de contrôler ce qu’elles voient sur l’appli. De son côté, Alexandra Tweten s’est lancé dans les podcasts pour dénoncer le harcèlement sexuel sur internet, a ouvert une pétition en ligne et a même mis en place un spectacle.

En France, l'heure est aussi à l'anti-Tinder. En 2015, Jean Meyer fonde Once, l'appli qui ne fait qu'un match par jour et qui, en plus de faire une sélection par algorithme comme les autres, a aussi une équipe –bien humaine– de matchmakers. Un concept qui marche, et qui surtout remet l'humain au centre. Et il y a encore du travail. Alors que les sites de rencontre sont désormais rentrés dans les mœurs, d’après une étude américaine, 53% des femmes continuent de penser qu'ils sont dangereux pour elles.

dateTinder
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte