Culture

Au-delà des clichés, immersion à 360° au cœur des favelas de Rio

Repéré par Agathe Charnet, mis à jour le 02.08.2016 à 12 h 51

Repéré sur Google, Curbed, Le Monde, Amnesty International

Google Art & Culture propose une immersion inédite au sein des favelas de Rio de Janeiro. L'occasion de donner une autre vision de ces quartiers malmenés par le gouvernement brésilien à l'approche des Jeux olympiques.

Beyond The Map, plongée inédite au coeur des favelas de Rio

Beyond The Map, plongée inédite au coeur des favelas de Rio

Écouter un concert de rap depuis le toit d’un immeuble désaffecté, sillonner à dos de scooter les ruelles grimpantes de Rio de Janeiro ou interviewer les habitants des favelas et découvrir leurs initiatives en matière de culture ou de technologie, telles sont quelques unes des expériences virtuelles proposées par Google Art & Culture dans son programme Rio Beyond the Map.

Cette expérience immersive alterne plongées à 360° au cœur des favelas et vues spectaculaires de Rio de Janeiro captées par des drones. Le programme interactif permet ainsi une visite inédite des favelas, à contre courant des clichés qui perdurent sur ces quartiers marginalisés qui abritent 1,5 million d’habitants.

Le projet culturel est le reflet d’une politique de cartographie des favelas initiée par Google Maps depuis 2015 comme le rapporte le site Curbed. Des quartiers entiers étaient absents du service de géolocalisation du plus célèbre des moteurs de recherche. Google a ainsi répertorié près de 26 favelas dont les photos et points d’intérêts sont désormais accessibles sur Google Street View.

Et la tâche n’a pas été des plus aisées: pour déambuler parmi les escaliers tortueux et les ruelles étroites de certaines favelas, les caméramens de Google se sont équipés de sacs à dos munis d’appareils photos. Déterminer le nom précis de certaines rues a également déclenché des discussions animées entre les habitants.

Les favelas, quartiers sacrifiés des JO

À l’approche des Jeux olympiques, les favelas de Rio sont pourtant loin d’être placées sous le feu des projecteurs. Depuis 2015, le gouvernement brésilien a mené une politique de «nettoyage», allant jusqu’à raser les quartiers situés trop près des sites olympiques comme le décrit un article du Monde. Plus récemment, le 27 juillet dernier, Amnesty International a dénoncé la mort de 40 personnes «victimes d’homicides imputables à des policiers, une hausse de 135 % par rapport à la même période en 2015» dont les habitants des favelas comptent parmi les premières victimes.

«Il est inquiétant de constater que les homicides commis par la police continuent d’être quotidiens à Rio et dans d’autres villes brésiliennes, et la réponse des autorités demeure très insuffisante. Les habitants des favelas et autres zones défavorisées payent le plus lourd tribut, en particulier les jeunes hommes noirs», avait pourtant mis en garde en avril dernier Atila Roque, directeur exécutif d’Amnesty International Brésil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte