Boire & manger

Rangez vos CV, le premier critique bacon au monde vient d’être nommé

Temps de lecture : 2 min

Sa mission: dénicher le meilleur bacon des États-Unis.

bacon | anokarina via Flickr CC License by
bacon | anokarina via Flickr CC License by

Début juin, Extra Crispy, un nouveau média américain dédié à la culture du petit-déjeuner et du brunch, a publié une offre d’emploi de journaliste spécialisé dans le bacon. Comme le signalait Slate.fr, il fallait, pour être candidat à ce poste envié, envoyer un texte de 600 mots lié à un souvenir de bacon.

Deux mois plus tard, après réception de plus de 1.500 candidatures (le site a d'ailleurs publié les plus étranges), le seul «critique bacon» du monde vient d’être nommé, pour une mission en freelance, d’une durée de trois mois. L'heureux élu, Scott Gold, 39 ans, évoque son parcours, ses motivations carnivores et son fort appétit dans un papier publié sur Extra Crispy.

Natif de la Nouvelle-Orléans, il raconte que dès qu’il a pu manger des aliments solides, il s’est nourri de «haricots rouges, de riz avec du jarret de porc fumé et de l’andouille, de boudin Cajun, de rôti de bœuf “po’boys dripping with debris gravy” [une recette typique de la Nouvelle-Orléans], de hautes piles de muffulettas avec de la charcuterie, de salade au fromage et aux olives, de pâtes épicées avec du tasso [une spécialité charcutière de Louisiane], d’huîtres frites avec amour enveloppées dans du bacon».

«Meilleur job du monde»

Aujourd’hui journaliste gastronomique indépendant, spécialisé dans la viande, il écrit dans de nombreux médias américains et a signé l’ouvrage The Shameless Carnivor, a Manifesto for Meat Lovers (Le Carnivore sans vergogne, un Manifeste pour les amoureux de viande).

Dans l'équipe d'Extra Crispy, en plus d’écrire sur la culture du bacon, Scott Gold a désormais une mission bien précise: dénicher le meilleur bacon des États-Unis. Comme il l’affirme au New York Times, c’est une quête délicate, car même si «le bacon est rarement épouvantable. Qui renvoie du bacon?», le bacon spectaculaire est très difficile à trouver.

Le journaliste prend cet emploi très au sérieux. «Je jure avec chaque fibre de mon être que je ferai à ce poste tant vanté toute la justice qu’il mérite. Je prévois de faire quelques voyages centrés sur le bacon, de faire des rapports. Et ensuite, en novembre, après trois mois de tests appliqués, je vais couronner le meilleur bacon des États-Unis», écrit-il. C’est, selon son employeur, «le meilleur job du monde».

Pour mieux se préparer à sa mission, Scott Gold a d'ailleurs interviewé pour son premier article deux journalistes ultra spécialisés aux postes potentiellement très enviés, le «critique cannabis» du Denver Post, et le rédacteur barbecue de Texas Monthly.

Slate.fr

Newsletters

La demi-saison des kakis est arrivée

La demi-saison des kakis est arrivée

En gamelle sucrée ou marié à du gorgonzola, le kaki va égayer vos assiettes jusqu'au cœur de l'hiver.

Vendre des cafards sur eBay, une entreprise lucrative

Vendre des cafards sur eBay, une entreprise lucrative

Mettre fin à une invasion de cafards dans sa maison est une plaie. Mais certaines personnes en élèvent volontairement sous leur toit.

Les plateaux-repas des avions sont un énorme gâchis écologique

Les plateaux-repas des avions sont un énorme gâchis écologique

Une société de design britannique a trouvé la solution pour réduire la quantité de déchets que laissent les passager·es.

Newsletters