Monde

Comment les Républicains américains sont devenus le parti de la stupidité

Temps de lecture : 2 min

À force de mépriser les élites intellectuelles, le discours des républicains a abouti à la promotion d'un candidat stupide, regrette un éditorialiste conservateur.

Donald Trump lors de la convention nationale des Répubicains, le 21 juillet 2016 à Cleveland, Ohio I Brendan Smialowski / AFP
Donald Trump lors de la convention nationale des Répubicains, le 21 juillet 2016 à Cleveland, Ohio I Brendan Smialowski / AFP

Dans le New York Times, l’auteur conservateur Max Boot, qui a conseillé John McCain, Mitt Romney et Marco Rubio, explique que la nomination de Donald Trump comme candidat républicain à l’élection présidentielle est le signe que ce parti est devenu celui de la stupidité. L’anti-intellectualisme a toujours fait partie de la gamme des discours politiques républicains, et les candidats affectionnent les tirades contre les intellos et les crânes d’œuf d’Harvard. Mais cet anti-intellectualisme était jusqu’ici largement exagéré pour des raisons électorales.

Les conservateurs américains ont toujours eu des intellectuels, des groupes de réflexions, des revues et des journaux pour porter leurs idées et définir leur doctrine. Même le président le plus porté sur l’anti-intellectualisme, Nixon, s’est entouré de professeurs d’Harvard pour le conseiller sur sa politique étrangère et intérieure, notamment Henry Kissinger.

Le problème, poursuit l’auteur, est qu’avec la nomination de Trump, les conservateurs n’ont pas choisi un candidat qui prétend ne rien savoir sur le monde comme ses prédécesseurs, mais qui est véritablement ignorant et fier de l’être. Il valorise son «bon sens» et sa «compétence dans les affaires» comme seuls bagages, et a même expliqué qu’il tirait ses connaissances militaires des émissions qu’il regardait à la télévision.

Les soutiens de Trump conscients du problème affirment qu'il embauchera des experts pour le conseiller. Sauf que la décision lui reviendrait en dernière instance et que, selon l'auteur, il n'en serait pas capable dans la mesure où il lui manque les connaissances les plus basiques. Pour Max Boot, même si Trump ne parvient pas à être élu, le parti devra se pencher sur «le biais anti-intellectuel croissant et son aversion intuitive des élites».

Newsletters

Chroniques trumpiennes: semaine du 29 juin au 5 juillet

Chroniques trumpiennes: semaine du 29 juin au 5 juillet

Aperçu hebdomadaire de la vie tweeto-mentale du président américain.

De Phyllis Schlafly aux électrices de Trump, les contradictions des antiféministes américaines

De Phyllis Schlafly aux électrices de Trump, les contradictions des antiféministes américaines

Phillys Schlafly valorisait la femme au foyer alors que sa carrière professionnelle était bien remplie. Pourtant, si elle avait été un homme, elle serait allée très loin dans son parti.

Black Lives Matter pourrait bien être le plus grand mouvement de l'histoire des États-Unis

Black Lives Matter pourrait bien être le plus grand mouvement de l'histoire des États-Unis

On estime entre 15 à 26 millions le nombre d'Américain·es ayant participé à des manifestations contre les violences policières et le racisme systémique à travers tout le pays.

Newsletters