Santé

Vous êtes assis toute la journée? Voici comment compenser ce fléau des temps modernes

Temps de lecture : 2 min

Pour renverser les dommages de la position assise, il faut par exemple marcher une heure par jour.

Un bureau d'entreprise | Joergelman via Pixabay CC License by
Un bureau d'entreprise | Joergelman via Pixabay CC License by

C’est désormais bien connu: rester assis au bureau toute la journée est très mauvais pour la santé, à tel point que le geste a été qualifié de «cigarette de notre génération». La position assise favorise de nombreuses maladies, comme les cancers, les maladies cardiovasculaires, ou le diabète. On sait aussi que l’espérance de vie augmente avec le temps passé debout, bien qu’aucune chaise ne porte un écriteau «rester assis peut être mortel».

Si vous partagez le sort des millions de Français obligés de rester assis toute la journée, pas la peine de changer de job, il existe une solution, certes chronophage, mais une solution quand même pour compenser ces mauvais effets: marcher une heure par jour, ou pratiquer une activité d’«intensité modérée» pendant 60 à 75 minutes quotidiennes.

Le canapé plus meurtrier encore

C’est le résultat d’une méta-analyse de 16 études, publiée dans la revue The Lancet. Un exercice d’intensité modérée signifie par exemple faire de la marche à une vitesse de 5,6 km/h ou du vélo à 16 km/h. En moyenne, les individus qui n’avaient pas d’activité du tout et restaient assis huit heures par jour avaient 59% de chances en plus de mourir dans les dix prochaines années que les autres, selon l’étude repérée par Stanews.

Mais attention, cela ne marche pas si en plus de votre journée à rester assis au bureau, vous regardez aussi la télévision pendant cinq heures par jour. La chaise est meurtrière, mais le canapé l’est encore plus...

Newsletters

Oxymores du Covid

Oxymores du Covid

Deux documentaires pour comprendre l'importance des salles de shoot

Deux documentaires pour comprendre l'importance des salles de shoot

Loin des débats stériles et idéologiques, «Chasser les dragons» et «Ici, je vais pas mourir» reviennent sur ces espaces nécessaires pour une population abîmée par la vie.

«Agitation politique», «lecture de romans»… Au XIXe siècle, on internait les femmes un peu trop émancipées

«Agitation politique», «lecture de romans»… Au XIXe siècle, on internait les femmes un peu trop émancipées

Dans son livre «Le Bal des folles», adapté en film, Victoria Mas évoque l'histoire des femmes placées de force à la Salpêtrière. Si les conditions d'internement en hôpital psychiatrique ne sont plus les mêmes aujourd’hui, des problèmes subsistent.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio