Santé

Voici la position qui vous sauvera de l'étouffement

Temps de lecture : 2 min

Photo a Day Challenge, January, 7 - Upside down / Via Flickr CC License By

L'étouffement lors d'un repas à cause d'une bouchée restée coincée ou passée par le mauvais trou, plus scientifiquement «obstruction des voies respiratoires par un corps étranger» (OVRCE, «Foreign Body Airway Obstruction» –FBAO en anglais), est une cause de mortalité rare. Et la plupart du temps évitable.

L'état de l'art pour venir en aide au malheureux est la méthode dite de Heimlich, du nom de celui qui l'a théorisée en 1974: elle consiste en une pression sur les abdominaux de la victime pour déloger l'objet coincé dans la gorge. On conseille également souvent de taper dans le dos de la personne en voie d'étouffement.

La limite de ces conseils étant que dans 30 à 40% des cas, la victime d'étouffement est seule.

Un article publié en juin dans la revue Ressuscitation –oui, ça existe– met en avant une autre méthode, la position inversée, tête en bas qui, combinée aux autres méthodes, a fait ses preuves (on la conseille déjà lors de l'étouffement des bébés), dans la mesure où cette position permet de faire s'écouler la salive et les autres fluides lors d'une obstruction des voies respiratoires. En revanche, l'article signale que la position inversée est déconseillée quand l'objet est coincé sous les cordes vocales (cela concernerait un cas sur quatre) car elle pourrait agraver la situation...

Voici une illustration, tirée de l'article, de la position à adopter en cas d'étouffement estival.

En savoir plus:

Slate.fr

Newsletters

Les festivals devraient proposer aux gens d’analyser sur place les drogues qu'ils achètent

Les festivals devraient proposer aux gens d’analyser sur place les drogues qu'ils achètent

Lors d'un festival à Cambridgeshire, cette méthode a permis de réduire de 95% les hospitalisations liées à la consommation de drogues.

Gonfler votre nombre d'heures travaillées ne fait pas de vous quelqu'un de plus respectable

Gonfler votre nombre d'heures travaillées ne fait pas de vous quelqu'un de plus respectable

Arrêtez ça.

L'hôpital coule, et il entraîne ses internes avec lui

L'hôpital coule, et il entraîne ses internes avec lui

Chevilles ouvrières de l’hôpital, la plupart des internes en médecine travaillent plus de soixante heures par semaine. Anxiété, dépression, idées suicidaires: plusieurs enquêtes récentes pointent leur mal-être.

Newsletters