Culture

Un nouveau Star Wars participatif

Temps de lecture : 2 min

Image de Une : un remake de la fin de «Star wars: episode IV»/DR / Star wars uncut /Simon Guyomard
Image de Une : un remake de la fin de «Star wars: episode IV»/DR / Star wars uncut /Simon Guyomard

La magie du web, c'est aussi de refaire en version amateur des choses qui avaient été faites par des professionnels. Par exemple: Star Wars, épisode IV. Film professionnel s'il en est. Les fondateurs du site Star Wars Uncut ont lancé une vaste entreprise participative: retourner par bout de 15 secondes l'intégralité du film. Tous les internautes peuvent participer en envoyant leur version de bout de scènes. Pour l'instant 472 personnes ont participé, recréant 72% du film. Mais 72% d'une qualité assez variable, et surtout faits à la maison. Le charme de l'entreprise, ambitieuse, apparait dans sa bande-annonce. Une explosion de pop culture où se mélangent sans se ressembler des séquences dessinées, animées, des caricatures, des tentatives de réalisme - chacun ayant exploité ses compétences propres pour contribuer au grand œuvre.

[Lire l'intégralité de l'article sur 20minutes.fr]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr
Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Image de Une : un remake de la fin de «Star wars: episode IV»/DR / Star wars uncut /Simon Guyomard

Newsletters

Deux documentaires pour comprendre l'importance des salles de shoot

Deux documentaires pour comprendre l'importance des salles de shoot

Loin des débats stériles et idéologiques, «Chasser les dragons» et «Ici, je vais pas mourir» reviennent sur ces espaces nécessaires pour une population abîmée par la vie.

Ce qui menace l'université, ce n'est pas le wokisme, c'est l'État

Ce qui menace l'université, ce n'est pas le wokisme, c'est l'État

Les assauts réactionnaires contre l'université et la liberté académique ont tout à voir avec la politique.

Des tubes métalliques datant d'il y a 5.500 ans pourraient être les plus anciennes pailles à boire

Des tubes métalliques datant d'il y a 5.500 ans pourraient être les plus anciennes pailles à boire

En or et en argent, elles auraient servi à siroter de la bière.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio