Économie

La bonne carte bancaire pour des vacances sereines

Temps de lecture : 3 min

CONTENU SPONSORISÉ. Partir l’esprit tranquille et savoir que l’on est protégé sont des éléments importants pour des vacances réussies. Il est essentiel d’adapter les plafonds de paiement et de retrait de sa carte bancaire pour ne pas se trouver coincé à l’autre bout du monde. D’autant que certaines permettent d’accéder à des services particuliers, très pratiques pour ceux qui ont des exigences de dernier moment.

Islande Lac Creative Commons Pexels
Islande Lac Creative Commons Pexels

Où partir cet été ? J’ai longtemps hésité parmi le top 10 des destinations en vogue cette année: la Nouvelle-Zélande, les Seychelles ou l’Islande… Finalement, ça y est, je me suis décidé pour l’île du Nord, ses sources chaudes et ses aurores boréales, le bon mix entre le côté design de la capitale Reykjavik et les grandes étendues, parfaites pour des balades à cheval. Bref, je sens que ces quelques jours vont être super! J’ai acheté mes billets d’avion en ligne et réservé les nuits d’hôtel avec ma carte bancaire, ma valise est presque bouclée, tout va bien.

Un dernier coup de fil à mon conseiller BforBank pour vérifier que les plafonds de paiement et de retrait de ma carte Visa sont adaptés et je pourrai filer. Evidemment, comme pour beaucoup de choses, je m’y prends au dernier moment, mais l’avantage avec ma banque en ligne, c’est que les conseillers sont toujours à votre écoute, même à des heures indues. C’est donc un samedi soir à 20h30, juste avant de partir dîner chez des amis, que je me décide à l’appeler. Et comme toujours, il sait prendre le temps d’écouter mes demandes, d’anticiper mes besoins et de m’apporter les bonnes solutions. Pas étonnant que ma banque ait été élue «Service client de l'année» trois ans de suite !

Comme j’ai organisé mon voyage, payé les vols et l’hébergement avec ma carte bancaire Visa Premier, je voyage l’esprit d’autant plus libre. En cas de retard de l’avion ou de perte de ma précieuse valise, je sais que je serais protégé et indemnisé jusqu’à 450 euros par retard d’avion et 850 euros par bagage, même si mon bagage arrive abimé. Et si jamais je devais annuler mes vacances –je ne vois pas pourquoi, mais le volcan Eyjafjöll est toujours susceptible d’entrer à nouveau en éruption comme en 2010-, je suis couvert jusqu’à 5 000 euros.

Partir tranquille en Islande

En même temps, me précise mon conseiller, si j’avais une carte Visa Infinite – ce qu’autorisent mes revenus et mon épargne -, les plafonds seraient bien supérieurs que ce soit pour les dédommagements en cas de problème de voyage ou pour l’assurance en responsabilité civile, qui inclut une assistance juridique si jamais j’avais un souci avec les autorités locales… ce qui n’est absolument pas au programme!

Après avoir hésité quelques minutes, j’ai finalement opté pour la carte Visa Infinite. L’Islande est un pays cher, surtout depuis la baisse de la couronne après la crise financière de 2008, et les plafonds élevés de paiement et de retrait me permettront de profiter du pays sans trop me poser de questions. D’autant que le pays est en train devenir quasi «cashless»: on peut tout payer avec sa carte bancaire ou presque, même son café et sa bière dans un bar. Avec 6 000 euros par mois pour les paiements et 2 000 euros par semaine pour les retraits, je peux partir tranquille. D’autant que ces montants s’ajoutent aux plafonds utilisables en France. Même au cas où je me laisserais tenter par les créations des jeunes designers islandais, je pourrais toujours me servir de ma carte Visa Infinite à mon retour.

Et puis surtout, mon conseiller m’a parlé du service de conciergerie associé à la carte Visa Infinite qui m’a bien plu. Je vous l’ai déjà dit, je me décide souvent au dernier moment et là, une fois encore, un assistant personnel –ou plutôt un concierge privé, un peu comme dans un bon hôtel– sera à mon écoute 24 h/24, 7 jours/7. Quelle que soit ma demande –un dossard en dernière minute pour le marathon en août, une table chez Kolabrautin, le restaurant gastronomique de l’opéra de Reykjavik ou un tour des volcans en hélicoptère-, ma demande sera prise en compte et mes souhaits exaucés. Le rêve non?

L’appli qui vous suit dans vos pérégrinations

Mon conseiller m’a aussi rappelé que je dispose de l’appli BforBank sur mon smartphone. Sans un être un geek, j’aime bien ce style de services pratiques qui facilitent la vie, partout dans le monde. Avec elle, pas besoin de chercher désespérément un distributeur de billets: où que je sois, l’appli m’indique de façon précise où se trouve le plus proche. L'assurance de ne pas être à court de cash pendant mes pérégrinations même si l’on m’a dit que l’on trouvait très facilement des distributeurs partout dans le pays.

En prime, je peux piloter l’ensemble de mes comptes et adapter le plafond de mes dépenses hebdomadaires pour pouvoir faire quelques dernières folies au duty-free de l’aéroport – j’adore le galuchat et c’est justement une spécialité artisanale islandaise. Surtout, j’attends un virement important de la part d’un client. Avec l’appli, je pourrai vérifier qu’il est bien arrivé depuis mon smartphone, confortablement installé à mon hôtel de Reykjavik ou même sur le petit port de Flökalundur, avant de partir observer le ballet amoureux des baleines en mer. Vivement l'heure du départ!

Slate.fr

Newsletters

Les restaurants interdits aux enfants, un juteux business qui fait polémique

Les restaurants interdits aux enfants, un juteux business qui fait polémique

Conscients des désagréments causés par la présence d’enfants au sein de leur établissement, de plus en plus de restaurateurs envisageraient d’interdire l’entrée aux marmots.

La Chine parie sur la fonte des glaces arctiques pour ouvrir de nouvelles routes commerciales

La Chine parie sur la fonte des glaces arctiques pour ouvrir de nouvelles routes commerciales

Loin des conséquences écologiques est en train de se jouer une redistribution générale des cartes dans laquelle Pékin entend bien jouer un rôle de premier plan.

Rapport OXFAM: si les entreprises du CAC 40 versent autant de dividendes à leurs actionnaires, c'est normal

Rapport OXFAM: si les entreprises du CAC 40 versent autant de dividendes à leurs actionnaires, c'est normal

La lutte contre les inégalités est de celles qui doivent être menées sans relâche et avec détermination. Mais il est très facile sur ce sujet de tomber dans la dénonciation des riches.

Newsletters