France

Une prise d’otages terroriste fait un mort près de Rouen, dans une église

Temps de lecture : 2 min

Les preneurs d’otages ont été abattus et le parquet antiterroriste saisi. François Hollande dénonce un «ignoble attentat terroriste» commis par «deux terroristes se réclamant de Daech».

Des policiers et des pompiers arrivent sur les lieux de la prise d'otage, à Saint-Etienne-du-Rouvray | CHARLY TRIBALLEAU/AFP
Des policiers et des pompiers arrivent sur les lieux de la prise d'otage, à Saint-Etienne-du-Rouvray | CHARLY TRIBALLEAU/AFP

Mardi 26 juillet vers 10 heures, un homme a été tué lors d’une prise d’otages qui a eu lieu dans l’église Saint-Étienne de Saint-Étienne-du-Rouvray, près de Rouen, en Seine-Maritime, selon un bilan provisoire. La victime est le prêtre de l’église, égorgé par les assaillants. Une autre personne serait grièvement blessée.

Les deux preneurs d’otage, qui sont entrés dans l’église aux alentours de 9h45 pendant la messe avec des armes blanches, précise France 3 Normandie, ont été abattus par la Brigade de recherche et d’intervention vers 10h45 lorsqu’ils sont ressortis sur le parvis de l’église. Un journaliste de RTL sur place dit avoir entendu de nombreux tirs.

François Hollande dans un point presse vers 13h30 a affirmé qu’il s’agissait d’un attentat terroriste et que les deux assaillants se réclamaient de Daech.

Le Figaro soulignait dans un premier temps que l’église attaquée faisait partie des cibles potentielles identifiées par Sid Ahmed Ghlam, arrêté en avril 2015 à Paris car soupçonné d’avoir projeté d’attaquer des églises à Villejuif. Il semble s’agir d’une confusion.

Slate.fr

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters