Tech & internet / Économie

VIDÉO. Quand Yahoo! était la start-up la plus cool du web

Temps de lecture : 2 min

C'est un temps qui remonte à la préhistoire d’internet.

Les années ont passé et l’économie d’internet a acquis son propre embryon d’histoire découpée en grandes épopées avec ses pionniers, ses grands hommes, ses grandes entreprises emblématiques. Avec le rachat des «activités opérationnelles» de Yahoo! par le groupe de telecom Verizon pour 4,8 milliards de dollars, c’est une page de l’internet des années 1990 qui se referme, et la fin d’un des mythes de la Silicon Valley.

En 1995, le magazine CNET interviewait deux étudiants de Stanford, Jerry Yang et David Filo, les confondateurs de Yahoo!, qui n’est alors encore qu’une petite start-up non profitable. C’est l’époque où «Yahoo! était encore le jeune le plus cool du web», rappelle le magazine. «S’amuser, découvrir des choses, trouver des informations, c’est ça Yahoo!», explique l’un des cofondateur, illustrant l’originalité du modèle du portail, à cheval sur plusieurs services, tout à la fois entreprise de technologie et de contenu.

Trois ans après ce reportage, en 1998, Jerry Yang et David Filo entraient dans le club de la première vague de milliardaires du web, ceux qui ont fait fortune avant l’explosion de la bulle internet de 2000. La suite est un lent déclin. Selon un article de Bloomberg, Yahoo! a payé l’absence de prise de risques de ses cofondateurs, qui auraient pu racheter Google en 2002 et Facebook en 2006. Peu inspirés, les dirigeants successifs sont restés à distance des évolutions rapides du paysage du web, ou ont racheté des entreprises comme le service de partage de photos Flickr ou la plateforme de blog Tumblr, qui ne lui ont pas permis de rattraper son retard.

Le portail aurait pu accepter l’offre de rachat faite par Microsoft en 2008, qui proposait pas moins de 45 milliards de dollars, mais est passé à côté… La firme en vaut aujourd’hui moins de 5.

Newsletters

De la Bretagne à la Savoie, Instagram est la terre promise des mèmes régionaux

De la Bretagne à la Savoie, Instagram est la terre promise des mèmes régionaux

Le meilleur repaire des blagues entre patelins n'est plus le PMU, mais Instagram. Les mèmes régionaux y fleurissent et donnent aux querelles de clochers un côté cool.

Le safari aux influenceurs à Webedia commence à les agacer

Le safari aux influenceurs à Webedia commence à les agacer

Attendus quotidiennement devant chez eux ou leurs studios par des fans toujours plus jeunes, les nouvelles stars de YouTube sortent du silence pour évoquer un phénomène largement amplifié par les réseaux sociaux.

Clubhouse va-t-il bouleverser les règles de l'influence?

Clubhouse va-t-il bouleverser les règles de l'influence?

Personnalités politiques, marques et médias tentent de s'installer sur ce réseau social, non sans difficultés. Exit l'image et les faux-semblants, ici tout se veut authentique.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters