Monde

Le monde a-t-il accéléré?

Temps de lecture : 2 min

Le Guardian a publié une vidéo montrant la violence de ces 30 derniers jours.

Rassemblement le 5 juillet de proches des victimes d’un des attentats-suicides du 3 juillet à Bagdad, en Irak | SABAH ARAR/AFP
Rassemblement le 5 juillet de proches des victimes d’un des attentats-suicides du 3 juillet à Bagdad, en Irak | SABAH ARAR/AFP

Quelques heures avant la tuerie de Munich, le Guardian mettait en ligne une vidéo qui répond sans doute au sentiment de millions de gens dans le monde: que s'est-il passé pour que l'actualité s'accélère à ce point? A quel moment les étés ont-ils cessés d'être les heures creuses où la seule actualité était celle des animaux échappés des zoos?

Ces derniers mois de juin et juillet ont vu l'Angleterre voter en faveur du Brexit, ou encore la nomination de Donald Trump; et beaucoup de terreur et beaucoup de morts: l'attentat de l'aéroport d'Istanbul qui a fait 45 morts, l'attentat de Bagdad en Irak qui a fait plus de 200 morts, l'assassinat de Philando Castile aux Etats-Unis, le meurtre de cinq policiers à Dallas, l'attentat de Nice qui a fait 84 morts, le coup d'Etat raté en Turquie qui a fait plus de 250 morts...

Alors que la vidéo du Guardian venait d'être publiée, la fusillade de Munich faisait 10 morts (en comptant le tueur) le 22 juillet. Le lendemain, l'Etat Islamique revendiquait un attentat ayant provoqué la mort d'au moins 80 personnes à Kaboul, en Afghanistan.

Newsletters

Migration: quand le stigmate change de camp

Migration: quand le stigmate change de camp

Le cas des Européen·nes bloqué·es ou expulsé·es de pays étrangers nous invite à réfléchir au sens profond de la liberté de circulation.

Dans les camps de réfugiés rohingyas, on redoute l'arrivée du Covid-19

Dans les camps de réfugiés rohingyas, on redoute l'arrivée du Covid-19

Avec près de 40.000 personnes par kilomètre carré, la propagation du virus serait un désastre.

Comment la NASA prévoit-elle une présence humaine prolongée sur la Lune?

Comment la NASA prévoit-elle une présence humaine prolongée sur la Lune?

Les États-Unis ambitionnent de revenir sur la Lune en 2024, mais des questions techniques et budgétaires pourraient compromettre la suite des opérations.

Newsletters