FranceEconomie

Ni le marché, ni les aides ne sauveront l'agriculture

Nicolas-Jean Brehon, mis à jour le 27.10.2009 à 7 h 18

A quoi ont servi les 1 000 milliards d'euros versés à l'agriculture européenne depuis 20 ans?

En réponse aux agriculteurs qui manifestent pour défendre leurs revenus, le président de la République annonce un plan  d'urgence. Un plan de campagnes. La situation actuelle est en effet intenable et indigne. Les agriculteurs gardent une force de mobilisation intacte mais l'utilisent -ils à bon escient?

L'expérience de la crise laitière doit être analysée. Les éleveurs luttent pour des revenus décents et on peut les comprendre. Mais ce faisant, ils mènent un combat catégoriel alors que la question est par essence collective. La demande est financière mais la solution est politique. L'élevage laitier est emblématique d'un modèle agricole en crise. Quelle agriculture sera présente sur le marché, demain?

Le modèle champêtre et rassurant, avec des vaches dans les champs, ou des élevages en ateliers/usines hors sol, avec des vaches en batterie, aux cornes limées, comme il existe des poulets sans plume et sans bec, des porcs sans dent, formatés pour l'abattage. Le combat agricole d'aujourd'hui, c'est le choix de l'herbe ou du ciment, de la diversité des espèces ou de la vache unique, de l'agriculture qui a encore les pieds sur terre et d'une autre qui suit les cotations de la poudre de lait à Hanovre. Les deux modèles peuvent-ils coexister? En restant fixés sur des revenus, les agriculteurs renoncent aux appuis qu'ils trouveraient s'ils posaient les vraies questions.

Car la Politique agricole commune (PAC) ne sera sauvée que si l'opinion considère qu'elle est utile. Non seulement profitable aux agriculteurs, mais utile. A tous. Pour une sécurité alimentaire, pour la confiance qu'elle inspire, pour le modèle qu'elle transmet, pour le respect qu'on doit à ceux qui nous font vivre et manger. L'agriculture d'aujourd'hui traverse une crise de légitimité. La PAC n'est plus qu'un budget sans politique, une assistance sans direction. Les agriculteurs se passeraient volontiers des primes européennes s'ils pouvaient, si les prix étaient suffisants. Mais, désormais sous la pression internationale, ils ne le sont pas et chaque crise se traduit par des subventions supplémentaires. Le système est ainsi construit, de fuite en fuite, d'enveloppe en enveloppe. Jusqu'à quand?

Les manifestations agricoles visent à resserrer les rangs, distendus depuis la grève du lait. Alors qu'il faudrait plutôt ouvrir les bras, répondre aux interpellations de la société, tout aussi légitimes que la défense des revenus des producteurs, et imaginer d'autres modes de fonctionnement. Il  faut sans doute penser l'agriculture autrement. Il y a bien longtemps que l'agriculture a cessé d'être une question agricole. Si l'agriculture va de crise en crise, c'est que ni les dogmes libéraux ni le mythe d'une agriculture pastorale ne fonctionnent. Ou que quelque chose manque.

Manque d'argent? Mais à quoi ont servi les 1 000 milliards d'euros versés à l'agriculture européenne depuis 20 ans dont 200 milliards en France? Pour restructurer, pour être compétitif, mais avec quel résultat? Les restructurés sont encore trop nombreux et les compétitifs ne le sont jamais assez! Il y a quelque chose d'incompréhensible. Pour tout le monde. Y compris pour les principaux intéressés. Il manque une pédagogie de crise.

Et si, le manque c'était l'autre, le lecteur qui lit ces lignes, qui consomme des produits alimentaires et de l'autre le producteur qui produit. Tout se passe comme si les deux sphères étaient indépendantes. Le producteur se contente d'être un fournisseur de matières premières. Comment réguler des productions si personne ne parle jamais de la demande? La régulation de l'offre n'a de sens que si elle s'accompagne d'un plan de commercialisation, comme le font le Canada ou la Suisse. Bien des crises auraient pu être évitées si l'on avait procédé ainsi. C'est à la fois élémentaire et tellement révolutionnaire qu'il faudra sans doute encore plusieurs manifestations pour y penser vraiment.

Nicolas-Jean Brehon

Image de Une: Des tracteurs parqués à Metz lors d'une manifestation d'agriculteurs Vincent Kessler/Reuters

Nicolas-Jean Brehon
Nicolas-Jean Brehon (25 articles)
Enseignant en finances publiques
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte