Monde

Fusillade de Munich: pas de lien avec Daech selon la police

Slate.fr, mis à jour le 23.07.2016 à 12 h 29

Une fusillade qui a fait au moins dix morts a eu lieu dans un centre commercial de Munich. Le seul tireur s'est donné la mort.

Un policier dans le centre commercial Munich Olympia, le 22 juillet 2016. STR/AFP

Un policier dans le centre commercial Munich Olympia, le 22 juillet 2016. STR/AFP

Une fusillade dans un centre commercial de Munich, vendredi 22 juillet vers 18 heures, a fait dix victimes, dont l'auteur.

Le tireur, un étudiant germano-iranien de 18 ans, s'est suicidé.

Aucun lien n'est établi par la police avec Daech.

Mise à jour samedi 23 juillet à 12h15.

Selon les derniers éléments de l'enquête, rendus publics lors d'une conférence de presse de la police de Munich samedi 23 juillet en fin de matinée, le jeune tueur n'était pas en lien avec une organisation terroriste. Une perquisition menée à son domicile a en revanche révélé qu'il s'intéressait à la thématique des «forcenés», piste désormais privilégiée par la police. Il suivait un traitement psychiatrique et souffrait de dépression. La personnalité et le mobile de l'attaquant seraient «sans aucun rapport avec la question des réfugiés», a précisé le responsable de la police.

Lors de la conférence de presse qui s'est déroulée le 23 juillet vers 2h30 du matin, la police allemande a annoncé un bilan de dix morts, dont le tueur, qui s'est donné la mort. La fusillade a commencé dans un fast food. La police pense que le tueur a agi seul. C'est un homme qui n'était pas connu des services de police, décrit comme un «Iranien de Munich», âgé de 18 ans. 

Terrorisme islamiste ou d'extrême-droite

Des sources policères, relayées notamment par Reuters ont rapidement affirmé «soupçonner qu'il s'agit d'une attaque terroriste». Vers 21h, l'agence allemande DPA, citant la police, évoquait, une «situation terroriste en cours».

Terrorisme ne signifie pas terrorisme islamiste. En France par exemple, comme nous le rappellions en 2015 sur Slate, selon le code pénal, plusieurs catégories d’infractions peuvent être qualifiées de terroristes: «Les atteintes volontaires à la vie, les atteintes volontaires à l'intégrité de la personne, l'enlèvement et la séquestration ainsi que le détournement d'aéronef, de navire ou de tout autre moyen de transport […]» mais aussi des vols, extorsions, dégradations et détériorations ou même des «infractions en matière informatique».

La condition est que ces actes soient commis «intentionnellement en relation avec une entreprise individuelle ou collective ayant pour but de troubler gravement l'ordre public par l'intimidation ou la terreur».

Un peu plus tard dans la soirée, le ministre des affaires étrangères allemand, Frank-Walter Steinmeier, déclarait que le mobile de la fusillade de Munich n'était toujours pas clair:

«Le mobile de cet acte odieux n'a pas été complètement éclairci, nous disposons encore d'indices contradictoires.»

Dans le live du Monde.fr, la journaliste postée en Allemagne a tweeté: 

Prudence

Lors de la conférence de presse de 2h du matin, le chef de la police allemande a précisé qu'une enquête d'ampleur était en cours, et qu'il refusait de spéculer sur quoi que ce soit. 

Le responsable de la police munichoise avait déjà tenu un point presse un peu après 21h, (traduit en direct par iTélé) et dans lequel il était resté extrêmement prudent, insistant sur le fait que les citoyens devaient faire attention à eux, se méfier des rumeurs et «laisser [les forces de l'ordre] faire [leur] travail»:

«Nous sommes à la recherche de jusqu'à trois tireurs présumés. Tout ceci s'est passé près d'un restaurant. Il y a eu des échanges de coups de feu» a-t-il précisé.

En disant «jusqu'à trois tireurs», il précisait qu'il pouvait y en avoir moins, quand on apprend finalement qu'il n'y en avait qu'un seul. Sur le live du Monde.fr, un lecteur interroge: «De trois tireurs potentiels, il n'y aurait plus qu'un seul tireur?!?». Le site d'information répond: 

«Effectivement, l'hypothèse actuelle défendue par la police allemande est celle d'un tireur solitaire. Ce type de confusion après une fusillade n'est pas inédit.Très récemment, à Dallas, les témoignages laissaient également penser, dans un premier temps, que plusieurs tireurs étaient à l'oeuvre. Au final, il n'y en avait qu'un. La confusion et la panique lors de tels événements expliquent ces contradictions.»

Munich ville vide

La police de la ville a très vite après 18h annoncé une «intervention policière importante» dans un message posté sur Twitter et demandé aux gens d'«éviter la zone autour du centre commercial», de rester chez eux et à de ne pas se rendre dans le secteur, indique Libération. Dans la conférence de presse nocturne, le chef de la police allemande s'est félicité de la coopération nationale, expliquant que des forces de tous les landers s'étaient réunies pour constituer une équipe de 2300 policiers.

La ville a été bouclée et la police française avait immédiatement réagi de manière solidaire avec la police allemande et invité à ne pas publier de photos pendant les opérations en cours.

Dans la nuit, les transports publics reprenaient leur service.

Lundi 18 juillet, soit il y a quatre jours, une agression dans un train en Allemagne qui avait fait quatre blessés graves avait déjà été revendiquée par l'Etat Islamique. L'auteur de l'attaque, un demandeur d’asile afghan de 17 ans présenté par l’EI sous le nom de Muhammad Riyad, avait été abattu par la police. Il vivait à Ochsenfurt, entre Francfort et Nuremberg.

Ironiquement, un sondage avait été publié quelques heures avant la fusillade du centre commercial: «plus des trois-quarts des Allemands» pensaient que leur pays devait être très bientôt la cible  du terrorisme. «77% s'attendent à ce qu'une attaque se déroule très bientôt, ils étaient 69% deux semaines plus tôt selon une étude réalisée par l'institut de sondage Forschungsgruppe Wahlen pour la chaîne ZDF», rapportait Reuters le 22 juillet au matin.

Cet article est mis à jour et modifié régulièrement.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte