Monde

La chirurgie esthétique dans les centres commerciaux argentins

Temps de lecture : 2 min

Injection de Botox
Injection de Botox

Entre deux séances de shopping, les Argentins peuvent s'offrir une petite séance de Botox: les «cliniques express» sont installées au coeur des centres commerciaux. On y pratique l'épilation permanente, le blanchiment des dents, mais aussi des traitements anti-cellulite, des injections de Botox, ou encore des implants capillaires.

Pour ses défenseurs, cette implantation est avant tout un avantage pour les clients: «C'est une opportunité pour les patients. Les centres commerciaux ont des parkings, sont ouverts jusqu'à 22h et leur permettent de s'y rendre avec leurs amis et leurs familles. Pendant qu'ils font leurs courses, le patient est traité dans la clinique, qui emploie des professionnels de la médecine dans tous les domaines.»

Mais certains critiquent cette marchandisation de la santé. Pedro Ferraina, chef de chirurgie à l'Hôpital Clinicas de Buenos Aires considère que «ce n'est pas éthique, c'est faire de la médecine quelque chose de très superficiel». Selon lui «les traitements multidisciplinaires peuvent être faits dans les centres commerciaux, mais se rendre à une consultation médicale ce n'est pas aller acheter un T-shirt ou quelque chose dans un bazar.»

La tendance vient des Etats-Unis, où il y aurait 2.500 «spas médicaux» dans les malls, les centres commerciaux.

[Lire l'article complet sur Clarin]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Botox Injections par Vancouver Laser and Skin Care Center via Flickr

Slate.fr

Newsletters

L'anglais est vraiment une langue étrange

L'anglais est vraiment une langue étrange

Des linguistes ont comparé 239 langues de différentes régions du monde. L’anglais apparaît parmi les plus curieuses.

Un procureur texan va arrêter d'inculper les gens qui volent des produits de nécessité

Un procureur texan va arrêter d'inculper les gens qui volent des produits de nécessité

Si les articles volés coûtent moins de 750 dollars et que les coupables en avaient besoin pour vivre, le nouveau procureur du comté de Dallas évitera d'engager des poursuites.

Nicolas Diat, le très secret éditeur des réacs

Nicolas Diat, le très secret éditeur des réacs

Newsletters