Santé / Sports / Monde

Fumer un joint à la salle de sport sera bientôt possible aux États-Unis

Temps de lecture : 2 min

Sport et marijuana ne sont pas forcément incompatibles.

Un Américain va bientôt ouvrir le premier centre de cannabis-fitness | Jason Connolly/AFP
Un Américain va bientôt ouvrir le premier centre de cannabis-fitness | Jason Connolly/AFP

Ses parents le prenaient pour un lycéen modèle, féru de sport. À vrai dire, ils n’avaient pas vraiment tort, à un détail près: le bang de marijuana qui traînait dans sa chambre. Aujourd’hui, le désormais adulte Jim McAlpine a décidé de réunir ses deux passions, rapporte Priceconomics.

L’Américain inaugurera fin 2016 le premier centre de fitness au sein duquel les clients pourront consommer de la weed entre une série d’abdominaux et un cours de yoga. «La tout première salle de cannabis et de fitness est né dans la maison de mes parents», s’amuse-t-il dans Quartz, fier d’être à la base d’«une sorte de philosophie globale du corps et de l’esprit». Seuls les clients dôtés d’une prescription médicale seront acceptés dans ce centre, situé dans la baie de San Francisco.

Basé en Californie, où l’accès au cannabis thérapeutique est relativement aisé, Jim McAlpine surfe sur un marché en plein essor. Alors que 7,2 milliards de recettes légales ont été générés en 2015 aux États-Unis, une étude réalisée par Arcview Market Research estime que celles-ci pourraient atteindre 22 milliards en 2020. L’entrepreneur –déjà à l’origine en 2014 de 420 Games, une association sportive luttant contre l’image du fumeur «fainéant, sans motivation et défoncé»– en est convaincu: le concept de cette salle est taillé pour devenir un nouveau style de vie urbain, à l’instar du SoulCycle ou du CrossFit.

Testé, et finalement approuvé

La raison est simple: sport et cannabis peuvent former un couple idéal, si le dosage est le bon. Son associé n’est autre que le célèbre joueur de football américain Ricky Williams, dont la carrière fut brisée après une suspension pour consommation de drogue. Plusieurs sportifs de haut niveau assurent que fumer, manger ou vapoter du cannabis optimisent leurs performances. «Peut-être la moitié» des joueurs de la Ligue professionnelle football américain (NFL) en consomment selon le retraité Nate Jackson interrogé par l’émission «Real Sports with Bryant Gumbel».

Cette drogue est utilisée principalement comme antidouleurs, et cela de manière plus saine que la morphine ou d’autres opiacés. Elle est «plus efficace» et «moins addictive» que les médicaments, ajoute le docteur Raphael Mechoulam. Le cannabis aiderait par ailleurs à se concentrer et à combattre l’anxiété. Certains ont confié en avoir consommé pour réussir une série de lancers-francs au basket ou une coursee de ski-freestyle. Jim McAlpine va encore plus loin. Il estime que cette consommation l’aide à être un meilleur père et un meilleur époux...

Devant tous ces bénéfices, le journaliste Alex Mayyasi, de Priceonomics, a voulu tester par lui-même. La première expérience fut terrible. Une heure après son footing, il a senti monter la défonce et s’est évanoui tête la première dans son couloir. La seconde fois, ce fut l’extase. Entre temps, une sorte de «professeur de cannabis» l’a initié à des exercices de respiration et de méditation avant de lui conseiller de vapoter de petites doses avec un stylet. Résultat: une sensation de plénitude et de meilleures performance. Bref, «le meilleur footing de sa vie».

Newsletters

La pandémie a changé notre façon de rêver

La pandémie a changé notre façon de rêver

Depuis l'apparition du Covid-19, nos songes ont été chamboulés.

Mise à jour

Mise à jour

Mes partenaires n'arrivent plus à me pénétrer et ça me gâche la vie

Mes partenaires n'arrivent plus à me pénétrer et ça me gâche la vie

Salma a un problème: ses partenaires n'arrivent plus à la pénétrer. Ça lui gâche la vie, et elle comprend pas pourquoi. Pour l'aider à y voir plus clair, nous avons rencontré le Dr Patrick Aristizabal, gynécologue. Voici ses...

Newsletters