Monde

Un leader républicain cite Mon Petit Poney pour défendre le plagiat de Melania Trump

Temps de lecture : 2 min

L'équipe de Trump a passé la journée de mardi à chercher des excuses pour expliquer pourquoi un paragraphe entier du discours de Melania était quasiment identique à un passage d'un discours de Michelle Obama.

Twilight Sparkle Figurine pae rjrgmc28  via Flicrk License CC
Twilight Sparkle Figurine pae rjrgmc28 via Flicrk License CC

Le premier jour de la Convention républicaine à Cleveland, où Donald Trump vient d'être officiellement investi candidat à la présidentielle, la femme du milliardaire a fait un discours sur ses valeurs avec plusieurs phrases ressemblant mot pour mot à celles d'un discours de Michelle Obama à la Convention démocrate en 2008.

«Travaillez dur pour ce que vous voulez dans la vie. Vos mots sont votre engagement. Vous devez faire ce que vous dites».

Ces mêmes mots ont été prononcés par Michelle Obama et par Melania Trump (ainsi que plusieurs autres phrases quasiment identiques). Deux conseillers avaient été chargés d'écrire un discours pour l'ancienne mannequin d'origine slovène, mais comme l'a révélé le New York Times, il s'est avéré que Melania n'aimait pas beaucoup leur version et qu'elle a donc décidé de le réécrire, en s'inspirant de l'actuelle première dame.

Twitter s'est beaucoup moqué de Melania/Michelle avec le hashtag #les CitationsCelebresdeMelaniaTrump:

«C'était pas facile de grandir en tant que femme noire dans les quartiers sud de Chicago.»

Au lendemain du discours, l'équipe de Trump a tout fait pour minimiser le scandale, parfois de façon grotesque. Le premier à prendre la défense de Melania a été Paul Manafort, le manager de la campagne de Trump, qui a expliqué qu'il s'agissait de «mots communs» et «valeurs communes» comme si c'était donc par hasard que les phrases étaient les mêmes.

Quant au gouverneur du New Jersey Chris Christie, il l'a défendue en disant que la partie plagiée ne représentait après tout «que 7% du discours».

La porte-parole de la campagne de Trump, Katrina Pierson, a fait très fort dans une interview dans laquelle elle a rétorqué:

«Cette notion que Michelle Obama a inventé la langue anglaise est absurde.»

Plus tard, Pierson a ajouté:

«L'anglais n'est pas sa langue maternelle et elle a voulu communiquer aux Américains dans des phrases qu'ils ont déjà entendues.»

Et puis, il y a eu le moment étrange où Sean Spicer, le directeur de communications de la Convention républicaine a cité John Legend, Kid Rock et un personnage de Mon Petit Poney pour montrer que parfois, des phrases sur les valeurs et le travail se ressemblent.

«Melania Trump a dit, "il faut travailler dur pour ce qu'on obtient dans la vie". John Legend a dit, "travaille dur pour réussir à devenir qui tu veux". Kid Rock a dit: "travaille dur pour être qui tu veux".»

Afin d'être sûr de convaincre, Spicer a été jusqu'à citer Twilight Sparkle, une licorne violette de l'univers de Mon Petit Poney:

«Melania Trump a dit, "la force de tes rêves repose sur ta volonté de travailler pour les réaliser". Twilight Sparkle de Mon Petit Poney a dit, "C'est ton rêve. Tout ce que tu peux faire dans tes rêves, tu peux le faire maintenant."»

Le problème de cette argumentation est qu'exprimer une idée similaire avec des mots proches n'est pas la même chose que répéter des phrases entières mot pour mot. Il s'agissait probablement de la première fois que Mon Petit Poney était utilisé dans une campagne présidentielle:

«Ce moment historique quand Mon Petit Poney est cité pour défendre une campagne présidentielle.»

Newsletters

Mais à quoi joue Macron sur la scène internationale?

Mais à quoi joue Macron sur la scène internationale?

Le président français entend rebattre les cartes de l'OTAN et de l'Union européenne. Plus vite le reste de l'Europe y verra une aubaine, mieux ce sera.

Haute mer, le Far West des océans

Haute mer, le Far West des océans

Entre pêche illégale et traite d'êtres humains, les eaux internationales constituent un espace de non-droit que les institutions ont toutes les peines à réguler.

Il y a trente ans, un pasteur hongrois précipitait la chute de Ceaușescu

Il y a trente ans, un pasteur hongrois précipitait la chute de Ceaușescu

Le 16 décembre 1989, les autorités exfiltraient le religieux anticommuniste László Tőkés de son église de Timișoara: l'étincelle qui allait déclencher la révolution roumaine.

Newsletters