Culture

J'ai capturé un Pikachu, et je suis le plus heureux des dresseurs

Temps de lecture : 3 min

Alors que j'avais laissé le jeu de côté, le petit personnage a surgi sur ma route, changeant à jamais le destin de ma pause déjeuner.

Un défilé de Pikachu, au Japon, le 2 août 2015. KAZUHIRO NOGI / AFP
Un défilé de Pikachu, au Japon, le 2 août 2015. KAZUHIRO NOGI / AFP

Depuis une dizaine de jours, je consacre une grande partie de mes déplacements pédestres au jeu Pokémon Go, dont vous avez forcément entendu parler. Son principe est aussi simple qu'addictif: il suffit de saisir votre téléphone et de repérer sur une carte de votre environnement où sont les Pokémons. Une fois rendu sur place, vous pouvez alors le capturer en cliquant dessus sur votre écran.

Mais en ce bouillant mardi 18 juillet, je laissais mon addiction et privilégiais un échange humain avec un collègue entre la boulangerie et mon bureau. C'est à ce moment-là que j'ai croisé une personne qui allait changer le cours de ma journée. Voici ce qu'il s'est passé, et qui vous permettra de comprendre à quoi ressemble la journée d'un joueur de Pokémon GO. Je l'ai raconté dans une tweetstory.

(J'explique plus loin mon orthographe désastreuse du mot «cannelé», merci de ne pas juger)

(Le Rattata représente vraiment le Figolu des Pokémon)

(Dans le jeu, on récupère des œufs qui, une fois une certaine distance parcourue, éclosent et nous donnent un Pokémon plus ou moins rare)

(Pikachu, c'est le Pokémon le plus connu de l'univers, les gens sont vraiment fous de lui, comprenez donc mon émoi.)

(Voilà)

(Ragequit)

PS: Je ne suis pas le premier à vivre ce genre de choses, et je ne serai pas le dernier...

Vincent Manilève Journaliste

Newsletters

Deux romans «la vie cette pute» qui ne donnent pas franchement envie de reprendre du pop-corn

Deux romans «la vie cette pute» qui ne donnent pas franchement envie de reprendre du pop-corn

RENTRÉE LITTÉRAIRE – Pessimisme de l'écrivain sans avenir et Jésus-Christ désabusé: les chemins de croix d'Olivier Adam et Amélie Nothomb montrent la difficulté à peindre une noirceur crédible.

Le Luberon de Willy Ronis

Le Luberon de Willy Ronis

«Willy Ronis a découvert le Luberon en 1947 et a fini par s'y installer définitivement, en 1972. Il y a mené de nombreux reportages et avait en permanence son appareil photo avec lui, avec l'envie, toujours, de montrer les gens au...

«Unbelievable», série palpitante et indispensable

«Unbelievable», série palpitante et indispensable

La nouvelle série Netflix n'est pas que le portrait d'une femme victime d'un prédateur puis d'un système sexiste et défaillant.

Newsletters