Partager cet article

«Il m’a écrit qu’il regrettait ces onze mois d’égarement avec moi»

Détail du tableau «My Next-Door Neighbour» (1894) d’Edmund Blair Leighton
 | via Wikimedia Commons (domaine public)

Détail du tableau «My Next-Door Neighbour» (1894) d’Edmund Blair Leighton | via Wikimedia Commons (domaine public)

Cette semaine, Lucile conseille Laure, qui fait tout pour ne pas croiser son voisin de palier, avec qui elle a vécu une histoire pendant onze mois et qui l’a quittée du jour au lendemain, sans explications.

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes.

Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Pour retrouver les chroniques précédentes, c’est ici.

Ma vie est compliquée depuis trois ans, je n’arrive pas à passer à autre chose, le temps s’est arrêté en janvier 2013.

En voici les raisons: en février 2012, je fais la connaissance du nouveau propriétaire de l’appartement juste à côté du mien; il n’y habite pas encore à cause des travaux à réaliser mais passe régulièrement et en profite pour venir me voir tous les jours. Une relation se noue, très tendre, sentimentale. Il me précise qu’il vit en ce moment dans un grand appartement avec sa compagne et qu’il a un fils de 28 ans. Juillet 2012, il me dit qu’il compte quitter sa compagne (trente ans de vie commune) et venir habiter l’appartement à côté du mien. Il semble tellement amoureux, il me fait un double de ses clefs pour me faire comprendre que son nouveau «chez lui» ce sera aussi chez moi.

En août et septembre, les travaux de son nouvel appartement commencent, nous choisissons ensemble la décoration, le mobilier. Je suis heureuse, et pourtant je sens que quelque chose cloche, il est amoureux mais distant en même temps; un jour je lui prends la main, il la retire violemment, je lui demande des explications (je rappelle qu’il est censé avoir quitté sa compagne), il ne m’en donne pas.

Novembre: il vient enfin s’installer dans son nouvel appartement, je reprends espoir, me disant que les choses sont clarifiées, qu’il a réellement quitté sa compagne. Nous passons beaucoup de temps ensemble, partageons repas et lit comme un couple, mais pas de projets, rien! Je lui prends la main à nouveau, il la retire une fois de plus; là je ne comprends plus rien.

J’aurais aimé couper les ponts, l’oublier, tourner la page. Mais impossible le sachant à quelques mètres de chez moi

Décembre, je lui pose un ultimatum: si pas d’explications, je coupe court à cette relation; il me prend au mot, me fait deux bises sur la joue et disparaît. Je ne veux pas y croire, je suis anéantie. Je suis dans le déni: je me dis qu’il boude et qu’il va revenir. En son absence, je n’ose pas aller chez lui. Deux mois passent, aucune nouvelle.

Février 2013, j’entends enfin du bruit à côté de chez moi, une porte qui se ferme, des pas, une voix de femme, j’ouvre ma porte pour vérifier, il était main dans la main avec une femme. J’ai appris plus tard que cette femme était sa compagne. Depuis, les deux vivent à côté de chez moi, il a changé sa serrure, mis au courant sa compagne de notre relation, elle lui a pardonné ses onze mois de trahison et d’infidélité. Lui ne m’a jamais donné aucune explication ni fait d’excuse. Il m’a seulement écrit qu’il ne voulait pas d’histoire, que sa compagne avait été mise au courant et qu’il regrettait ces onze mois d’égarement avec moi!

J’aurais aimé couper les ponts, l’oublier, tourner la page. Mais impossible le sachant à quelques mètres de chez moi. J’ai pensé déménager mais j’aime trop mon appartement, que j’ai acheté il y a six ans. Du coup, je m’ostracise, je fais tout pour ne pas les croiser, lui et sa compagne.

Laure

Chère Laure,

Je compatis à votre peine d’autant plus que ce monsieur a totalement profité de vous et s’est offert le charme de la nouveauté, des conseils en décoration d’intérieur sans facturer un professionnel et l’illusion d’une nouvelle relation en technicolor sans passer par la case remise en question et divorce avec séparation des biens communs. Bref, c’est trop facile. Et c’est vous la principale victime (que sa femme décide de lui pardonner, c’est son affaire).

Il n’est donc pas étonnant que cette histoire vous hante depuis des années, à plus forte raison que le monsieur en question peine à se faire oublier et se pavane devant votre porte. Et refuser d’admettre qu’il a commis une faute grave et s’est joué de vous pendant onze mois est d’une muflerie sans précédent.

Vous êtes innocente et vous avez purgé une peine injuste pendant bien trop longtemps, il est temps de reprendre votre liberté. Comment?

Est-ce que vous avez été naïve? Peut-être. Est-ce que tout cela est de votre faute? Pas du tout

Vous l’avez dit vous-même, vous ne pouvez pas rester là (ou c’est à eux de partir mais je ne saurais vous conseiller d’en arriver à des extrémités pour les faire fuir). Votre appartement vous plaît certainement, vous y avez beaucoup investi avec les années. Mais la vérité c’est que, sur ces six ans à y habiter, vous avez passé trois ans à vous morfondre. Et ces murs ont absorbé votre souffrance et votre douleur.

Vous avez besoin de respirer ailleurs. De reprendre possession de votre vie. Et plutôt que de regarder ce passé chaque fois que vous passez le seuil de votre porte, trouvez le courage d’écrire un nouvel avenir dans un autre quartier.

Vous êtes enfermée dans ce carcan qui vous étouffe et vous ne vous en rendez plus compte.

Dans la vie, il arrive que l’on se punisse soi-même de choses que l’on n’a pas toujours maîtrisées. C’est parfois une relation toxique qui ne mène qu’à de la souffrance, de mauvais choix de vie qui abîment le corps et l’esprit. Cela fait trois ans que vous vous punissez de cette mauvaise rencontre, de ces onze mois où vous avez essayé de construire quelque chose avec quelqu’un qui n’en avait pas réellement l’intention.

Est-ce que vous avez été naïve? Peut-être. Est-ce que tout cela est de votre faute? Pas du tout. Il va falloir commencer à l’accepter, entrer dans une phase de colère nécessaire au deuil puis vous battre pour cette reconstruction. C’est certainement injuste et ça ne sera pas facile mais votre survie en dépend. Que ferez-vous s’ils restent des années? Êtes-vous prête à regarder dans leur bonheur le fantôme de vos espoirs déçus, jour après jour?

Vous n’avez rien de plus à sacrifier à cet homme qui n’en vaut pas la peine. Partez la tête haute avec la certitude que vous n’avez rien à vous reprocher. Vous avez été honnête et sincère. Vous avez tout donné pour lui.

Ne vous laissez surtout pas dépérir pour une mauvaise rencontre. Ce serait un vaste gâchis, une victoire pour cet homme détestable de lâcheté. À tous les niveaux, sauvez-vous, chère Laure.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte