France

EN DIRECT. Ambiguïté autour de la revendication de Daech

Slate.fr, mis à jour le 16.07.2016 à 19 h 20

Un camion a attaqué la foule juste après le feu d'artifice du 14-Juillet, faisant au moins 84 morts. Les enquêteurs tentent désormais de comprendre les motivations de l'auteur de l'attaque.

Alors que l'enquête se poursuit, l'heure est aussi au recueillement dans les rues de Nice. Un mémorial s'est improvisé près du lieu de l'attaque. Crédit: Boris Horvat / FP

Alors que l'enquête se poursuit, l'heure est aussi au recueillement dans les rues de Nice. Un mémorial s'est improvisé près du lieu de l'attaque. Crédit: Boris Horvat / FP

Ce que l'on sait de l'attentat à Nice le 14-Juillet:
– Un camion a foncé sur la foule sur deux kilomètres sur la Promenade des Anglais après le feu d'artifice, le conducteur a été abattu 
– Le bilan encore provisoire s'élève ce vendredi matin à 84 morts, selon le ministère de l'Intérieur, et 52 blessés en état d'«urgence absolue»
– François Hollande a évoqué dans une intervention télévision dans la nuit une «attaque dont le caractère terroriste ne peut être nié»
– Le suspect a été identifié. L'homme de 31 ans s'appelait Mohamed Lahouaiej Bouhlel
– L'état d'urgence qui devait prendre fin le 26 juillet sera prolongé de trois mois, a annoncé François Hollande
– Trois jours de deuil national auront lieu les 16, 17 et 18 juillet
– Si Manuel Valls a estimé sur France 2 que l'homme était «sans doute lié à l'islamisme radical», son ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve estimait le contraire sur le plateau du JT de TF1. 

19h15: Lors d'une conférence de presse, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a fait appel à la «la réserve opérationnelle de la police et la gendarmerie, qui permettra aux préfets de puiser dans une ressource de 12000 volontaires. Ils pourront le faire selon les événements.» Les forces de la mission Sentinelle seront maintenus à 10.000. Quelques instants plus tard, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a ensuite précisé que cette mission se poursuivra jusqu'à la fin de l'été. 

18h45: Le communiqué est court. Comme nous vous l’expliquions dans la matinée, l’agence Amaq, liée à Daech, expliqué que le groupe jihadiste a affirmé que le tueur de Nice était un «soldat de l’Etat islamique». Très vite, les médias français ont relayé la nouvelle, et Le Figaro estime même que «le doute n’est plus permis» sur l’origine de l’attaque. Mais peut-on se fier à cette affirmation? Mohamed Lahouaiej-Bouhlel agissait-il vraiment au nom de Daech? Ou le groupe a-t-il été purement opportuniste? Bernard Cazeneuve a déclaré que le chauffeur s’est certainement «radicalisé rapidement», après avoir estimé que ses liens avec l’islam radical étaient loin d’être certains. De plus, certains spécialistes ont souligné que la revendication est arrivée plus de 24 heures après l’attaque, chose rare pour le groupe. 

Ainsi, sur son compte Twitter, la journaliste du New York Times et spécialiste du groupe islamiste Rukmini Callimachi explique que «si nous utilisons le temps de revendication pour déterminer à quel point Daech est au courant d’une opération, Nice est hors du périmètre», écrit-elle. 

Le New York Times toujours, est d'ailleurs très mesuré dans ses conclusions autour du communiqué d’Amaq, comme l’a relevé notre journaliste Aude Lorriaux. S’il n’y a plus de doute pour Le Figaro, le journal américain estime que «la revendication doit être prise avec précaution. L’Etat islamique a souvent clamé par le passé la responsabilité pour des violences perpétrées en son nom, même s’il n’y avait pas de signe de son implication directe.»

De plus, comme l’a fait remarquer à Aude Lorriaux Stéphanie Lamy, spécialiste des guerres sur le web et les réseaux sociaux, il faut bien faire attention à l’agence Amaq, qui est une agence «semi-officielle»

La prudence reste donc de mise sur le sens à donner aux quelques mots de l’agence Amaq. David Thomson, autre spécialiste du jihadisme, estime de son côté Daesh n’a pas été opportuniste. 

Les développements de l'enquête autour du tueur, qui devront permettre de déterminer les liens précis de l'homme avec Daech, sont donc très attendus.  

16h05: Sur son site, Libération fait un récit minute par minute de cette tragique soirée de 14 juillet. Interrogeant des Niçois et des touristes présents ce soir-là, le journal a interrogé le mari de Fatima Charrihi, l'une des 84 victimes de l'attaque. «Il est arrivé à grande vitesse. Il a renversé et tué ma femme. Et il a continué sa route sur le trottoir, emportant même les bancs, sans ralentir.» Un peu plus loin sur la promenade, Romain assistait aussi au feu d'artifice. «Je l’ai vu rétrograder de vitesse pour reprendre de la puissance avant de percuter un grand nombre de personnes. Les gens rebondissaient comme des balles de ping-pong ou de tennis.»

Quand enfin le conducteur est abattu, il ne reste qu'un champ macabre devant la plage niçoise. Patrice, ancien policier découvre des «poussettes écrasées, un petit vélo d’enfant pulvérisé. Le corps d’une toute petite fille était un peu plus loin. Il y avait une poupée, je l’ai rapportée près du cadavre de l’enfant, qu’on a recouvert avec un drap. C’était peut-être un peu ridicule face au carnage, mais il y avait tant d’enfants.»

Le récit complet est à lire sur le site de Libération.

13h45: Après avoir estimé n'avoir aucun indice indiquant une radicalisation du chauffeur du camion, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve semble avoir révisé son opinion à la sortie du conseil de Défense. «Il semble que [Mohamed Lahouaiej-Bouhlel] s'est radicalisé très rapidement, a-t-il déclaré. La modalité de son crime odieux est nouvelle, sans armes lourdes ni explosifs.» Il a également donné plus de détails la menace terroriste en France:

«Depuis le début d'année, 160 individus impliqués de près ou de loin dans des actes terroristes ont été arrêtés. Cela a permis d'éviter un nombre significatif d'attentats, dont certains auraient pu être perpétrés pendant l'Euro 2016. Nous sommes face à un attentat d'un type nouveau, car cet individu n'était pas connu des services des renseignements.»

13h35: Dans le cadre de l'enquête, le Raid est allé perquisitionné tôt samedi matin le domicile d'un proche du tueur de la ballade des Anglais Mohamed Lahouaiej-Bouhlel. Ils se sont rendu rue Marceau à Nice, et ont forcé la porte d'un appartement. Sauf qu'ils ne sont pas tombés sur le suspect, mais sur un couple d'octogénaires, comme le raconte Nice Matin sur son site. «J’ai eu très peur, raconte au site Françoise Caputo, 80 ans. Je suis déjà malade. Nous étions en train de dormir. Ils sont rentrés et ont même cassé une porte intérieure. Ils étaient tous là à nous dire “Ne vous inquiétez pas madame, on est la police”. Mais enfin, quand on casse une porte on doit savoir qui c’est!» La personne que le Raid cherchait habitait en fait dans l'appartement d'en face, sur le même palier. Il fait désormais partie des cinq personnes interpellées par les enquêteurs. 

12h30: Avant même que Daech ne revendique l'attaque, le site du New Yorker prévenait contre les conséquences d'une telle communication et de sa médiatisation. Pour le journal, la revendication d'Omar Mateen, tueur d'Orlando, était largement incohérente, et il était aussi une personne instable, violent avec sa famille et peu familier avec l'Islam. Et pourtant, dès lors qu'il s'est revendiqué, les médias ont alors donné un sens idéologique à son acte. «Daech a créé une structure pour n'importe quel tueur de masse pour lui permettre d'obtenir une appartenance posthume et une notoriété. Lier des atrocités à Daech nous fournit aussi un fil narratif très tentant, une façon aisée de trouver un peu de sens dans l'horreur. Peu importe ce qui émerge de l'enquête à Nice, il faudra résister à cette tentation.»  

10h30: Daech a revendiqué l'attaque. Comme l'a relevé le journaliste spécialisé David Thomson sur Twitter, l'agence du groupe Amaaq affirme être à l'origine de l'attaque et présente le tueur de Nice comme l'un de ses «soldats».  

Sur le communiqué, note France TV info, on peut lire: «L'auteur de l'opération [...] menée à Nice en France est un soldat de l'Etat islamique. Il a exécuté l'opération en réponse aux appels lancés pour prendre pour cible les ressortissants des pays de la coalition qui combat l'EI.»

Cette revendication reste mystérieuse car, pour l'instant, aucun élément de l'enquête ne laisse penser que Mohamed Lahouaiej-Bouhlel était radicalisé. Mais toujours selon le journaliste, Daech n'a jamais été opportuniste dans ses revendications. 

10h00: Au total, cinq personnes ont été interpellées à Nice. Deux connaissances du conducteurs du camion ont été interpellées près de la gare SNCF de la ville, ainsi qu'une autre personne à son domicile, en début de matinée. L'ex-femme de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel et un contact du tueur ont également été entendus par les policiers vendredi. 

9h30: Dans une interview accordé à France TV info, le père de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, l'auteur de l'attentat, explique que ce dernier avait des graves troubles psychologiques. Depuis son domicile dans l'est de la Tunisie, Mohamed Mondher Lahouaiej-Bouhlel affirme ainsi que son fils n'avait aucun lien avec le milieu islamique, mais qu'il a fait une dépression au milieu des années 2000. «De 2002 à 2004, il a eu des problèmes qui ont provoqué une dépression nerveuse, explique-t-il. Il devenait colérique, il criait, il cassait tout ce qu'il trouvait devant lui.» Le décrivant comme un homme «toujours seul, toujours déprimé», il affirme également qu'il n'avait «aucun lien avec la religion». «Il ne faisait pas la prière, il ne jeûnait pas, il buvait de l'alcool, il se droguait même.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte