Monde

Plusieurs dizaines de morts dans un attentat à Bagdad

Temps de lecture : 2 min

Un double attentat dans le centre de Bagdad dimanche - des voitures piégés, qui visaient deux immeubles gouvernementaux, ont tué au moins 74 personnes et blessé 275 autres, selon un bilan encore provisoire fourni au bureau du New York Times dans la capitale irakienne. Les premières images montrent des façades des immeubles entièrement dévastés.

Cette attaque intervient tout juste deux mois après un attentat suicide devant les ministères des Finances et des affaires étrangères, qui avait fait 122 morts, la plupart des fonctionnaires travaillant dans ces deux bâtiments.

La violence a pourtant baissé ces derniers mois dans le pays, mais les attentats de dimanche montrent bien que le calme est précaire, rappelle AP, et que les insurgés viennent de montrer qu'ils avaient la capacité de frapper extrêmement violemment y compris dans un secteur censé être une des zones les plus sûres de Bagdad.

Le nombre d'attentats a bien baissé, rappelle AlJazeera, mais ces six derniers mois ont vu une remontée de la violence.

En janvier, l'Irak est appelée à voter et les autorités irakiennes ont d'ores et déjà prévenu que les terroristes, et les voisins de l'Irak, feront tout pour montrer que le pays reste instable. Et que les promesses du Premier ministre, qui a assis sa popularité et ses espoirs de réélection sur le retour de la sécurité, sont vaines.

Newsletters

Faute d'alcool, sept Russes boivent du gel hydroalcoolique et meurent

Faute d'alcool, sept Russes boivent du gel hydroalcoolique et meurent

Deux autres fêtards sont dans le coma.

La presse étrangère donne un écho inédit aux voix minoritaires de France

La presse étrangère donne un écho inédit aux voix minoritaires de France

Les médias internationaux ont eu la bonne idée de tendre l'oreille. Et tout à coup, le mythe d'un doux universalisme français s'est effondré.

Le bilan économique de Donald Trump n'est peut-être pas celui que vous croyez

Le bilan économique de Donald Trump n'est peut-être pas celui que vous croyez

Sur aucun point on ne peut dire que, après ses quatre ans de mandat, l'Amérique est réellement «great again».

Newsletters