France

EN DIRECT. Attaque de Nice: pour Valls, l'assaillant est «sans doute lié à l'islamisme radical»

Slate.fr, mis à jour le 15.07.2016 à 21 h 48

Un camion a attaqué la foule juste après le feu d'artifice du 14-Juillet, faisant au moins 84 morts.

La police scientifique présente sur le lieu de l'attentat vendredi matin. | Boris Horvat / AFP

La police scientifique présente sur le lieu de l'attentat vendredi matin. | Boris Horvat / AFP

Ce que l'on sait de l'attentat à Nice le 14-Juillet:
– Un camion a foncé sur la foule sur deux kilomètres sur la Promenade des Anglais après le feu d'artifice, le conducteur a été abattu 
– Le bilan encore provisoire s'élève ce vendredi matin à 84 morts, selon le ministère de l'Intérieur, et 52 blessés en état d'«urgence absolue»
– François Hollande a évoqué dans une intervention télévision dans la nuit une «attaque dont le caractère terroriste ne peut être nié»
– Le suspect a été identifié. L'homme de 31 ans s'appelait Mohamed Lahouaiej Bouhlel
– L'état d'urgence qui devait prendre fin le 26 juillet sera prolongé de trois mois, a annoncé François Hollande
– Trois jours de deuil national auront lieu les 16, 17 et 18 juillet

21h45: invité du journal télévisé de France 2, Manuel Valls a estimé que l'auteur de l'attentat était «sans doute lié à l'islamisme radical». Intervenant à la même heure sur TF1, Bernard Cazeneuve a lui répondu «non» à la question «Est-ce que ce soir vous êtes en mesure de nous dire qu'il est lié à l'islam radical?».

19h25: Du feu d'artifice jeudi soir à l'enlèvement du camion de la promenade des Anglais en fin d'après-midi, le récit en images dans notre Grand Format sur l'attentat de Nice

Marie-Christine Poujoulat / AFP

18h20: Veerender Jubbal est Sikh. Cela implique qu'il porte un turban et se laisse pousser la barbe. Il y a quelques mois, lors des attentats de Paris en novembre, ces deux traits qui le caractérisent lui ont joué des tours. Un de ses selfies publiés par le passé sur internet a été récupéré par un troll qui l'a photoshoppé pour y ajouter une veste d'explosifs et le faire passer pour l'un des terroristes du 13 novembre. L'information a été démentie, et Veerender pensait ne plus avoir à subir ce genre de préjugés et de hoax. Il avait d'ailleurs quitté les réseaux sociaux. 


Sauf que, après l'attaque de Nice, son visage et ce montage photo sont réapparus sur internet, comme l'explique le site Complex. Certains internautes affirment alors qu'il est lié à l'attentat. 

Une affirmation là encore complètement fausse... 

17h55: Il y a quelques semaines, le gouvernement lançait une application pour téléphone qui semblait très utile. Baptisée «Système d’alerte et d’information des populations», ou SAIP, l'application devait permettre d'alerter en temps réel les citoyens en cas d'attentat terroriste ou d'accident de grande ampleur. Sauf que, la nuit dernière plusieurs minutes après l'annonce de l'attaque, l'application indiquait «aucun accident en cours». L'annonce n'est tombée que trois heures plus tard, à 1h34. «Une source gouvernementale» explique à Libération que «les ordres ont été transmis correctement aux développeurs de l'application SAIP, la société parisienne Deveryware, mais ils n'ont pas eu d'effet.» Ce ne serait donc pas la faute du gouvernement mais des développeurs. 

Comble de l'inefficacité, l'alerte tant attendue est apparue sur les écrans de téléphone un peu après 17h30 ce vendredi 15 juillet... 

17h27: Dans les heures qui ont suivi l’attaque, Snapchat a publié un «live» sur l’attaque de Nice avec des images très fortes, voire carrément choquantes, notamment parce qu’elles sont tournées à hauteur d’homme, dans la foule. Vincent Manilève, journaliste à Slate.fr, raconte le malaise et les critiques qui ont suivi la mise en ligne de ces vidéos.

«Faut-il, comme certaines chaînes de télévisions l’ont fait, montrer des images choquantes? Prévenir les utilisateurs avec un simple message empêchera-t-il le jeune public de voir ces images? Snapchat devra répondre à ces questions s’il veut un jour se faire sa place dans le monde des médias.»

17h10: Voici l'essentiel de ce qu'il faut retenir de la conférence de presse de François Molins, le procureur de la République de Paris, au Palais de justice de Nice. 

– Au total, 84 personnes sont décédées, dont dix enfants et adolescents, mais «le bilan pourrait être revu à la hausse». Parmi les 202 blessés, 25 personnes sont en réanimation et 52 en état «d'urgence absolue».

«Aucune revendication n'a été faite à ce stade mais je rappelle que ce type d'attentat correspond aux appels au meurtre d'organisations terroristes».

– Mohamed Lahouaiej Bouhlel, le conducteur du camion, a tiré à trois reprises sur les forces de l'ordre au niveau du Negresco, avant d'être neutralisé à hauteur du Palais de la Méditerranée. Il a été retrouvé mort sur le siège passager du camion. 

– Le conducteur est «totalement» inconnu des services de renseignements, nationaux et locaux. Le camion frigorifique de 19 tonnes a été loué le 11 juillet pour deux jours.

– À présent, l'enquête devra déterminer si l'auteur de l'attaque a eu des complices, comment il s'est procuré son arme et s'il a été en lien avec des organisations terroristes, a ajouté François Molins.

17h00: Selon un communiqué de presse du ministère de la Justice, le suspect «n’a jamais été incarcéré et ne faisait plus l’objet d’aucun suivi de la part de l’autorité judiciaire au moment de l’attentat». Il a, en revanche, été visé par plusieurs procédures et a été condamné, le 24 mars 2016, pour des faits de violence lors d’une altercation à la suite d’un accident de la circulation.

16h52: Au lendemain du drame, la tour Eiffel sera illuminée en bleu, blanc et rouge.

16h49: L’Allemagne, l’Italie et l’Espagne ont annoncé le retour des contrôles aux frontières communes avec la France, en concertation avec les autorités françaises. Les États-Unis, eux, n'ont pas changé leurs consignes à destination de leurs ressortissants. Ils les appellent à une «extrême vigilance», mais ne leur conseillent pas «de se détourner de la France comme destination touristique», rapporte BFMTV.

16h40: Une Britannique, présente à Nice au moment du drame, s'est fait remarquée pour sa réaction déplacée au micro de la chaîne de télévision Sky News. «Cela va paraître horrible et un peu égoïste mais ça a ruiné notre virée shopping», a-t-elle déclaré.

Après avoir été largement critiquée sur les réseaux sociaux, elle s'est finalement excusée dans un message publié sur Facebook. «Mes sincères condoléances au peuple français qui a perdu des êtres chers cette nuit à Nice. Je suis profondément désolée si l'interview que j'ai donnée à Sky News vous a paru être sans compassion. J'étais très stressée et sous le choc. Mes mots ont dépassé ma pensée. Encore une fois désolée.»

16h34: À Nice, les familles de victimes sont orientées vers la Maison pour l'accueil des victimes, un lieu où s'organise l'identification ou le relai d'information concernant la disparition d'un proche. L'Express, qui s'est rendu sur place, rapporte des scènes insoutenables. «Les regards sont souvent perdus. Les yeux rougis, gonflés. D'autres cèdent à l'hystérie comme cet homme, qui pénètre en hurlant et en courant dans le bâtiment, bousculant les policiers municipaux», écrit le magazine.

16h22: Le quotidien Nice-Matin a lancé, au lendemain du drame, une cagnotte en ligne dont les fonds récoltés seront reversés aux associations d'aide aux victimes: 

«Parce que c’est aussi le rôle d’un média de s’engager pour la population de son territoire, de créer l’impulsion et d’être utile. L’argent servira à financer des aides pour les familles touchées (soutien psychologique, accompagnement juridique, difficultés financières…)», écrit le quotidien sur son site.

Dans le même temps, l'antenne du Secours Populaire dans les Alpes-Maritimes a appelé à la vigilance sur leur page Facebook. D'après l'un des membres de l'association, des individus se faisant passer pour des bénévoles auraient profité du drame pour faire du porte-à-porte afin de récolter de l'argent au nom du Secours Populaire.

16h12: Selon BFMTV, l'ex femme de l'auteur identifié de l'attentat de Nice a été placée en garde à vue.

15h54: Après le concert de Rihanna prévu à Nice et le feu d'artifice marseillais du 15 juillet, c'est au tour de la Marche des fiertés de Marseille d'être annulée par mesure de sécurité.

15h43: Dans son allocution, aux côtés de Manuel Valls et Marisol Touraine, François Hollande a affirmé que la France devait faire face à un combat qui s'apprête à être «long». «Nous avons un ennemi qui va continuer à frapper», a déclaré le président de la République avant d'ajouter: «C'est eux le mal, et nous sommes capables de le vaincre». 

15h34: «Pourtant l'Euro s'est terminé et nous avions tous poussé un grand ouf de soulagement», se souvient Valery Hache, photographe pour l'AFP, mobilisé à Nice le soir du 14-Juillet. Le photographe raconte avoir vu des gens paniqués courir, avec pour seuls mots à la bouche «Il y a des terroristes à Nice!». Un témoignage à lire le blog Making-of de l'AFP.

15h21: Selon des informations de l'AFP, reprises par Le Matin —un quotidien suisse—, plusieurs victimes des attentats du 13 novembre ont perdu des proches à Nice. «On est solidaires. On va essayer d'être à la hauteur pour les aides», confie Camille Langlande, vice-présidente de l'association Life for Paris et ancienne otage du Bataclan.

15h13: Si les pages pro-Daech n'hésitent pas à récupérer la tuerie sur les réseaux sociaux, selon David Thomson —journaliste et auteur du livre Les Français jihadistes—, aucune revendication officielle n'a pour l'instant été publiée.

15h05: «Il était tellement jeune... Qu'est-ce qui lui est passé par la tête?», déplore en pleurs une voisine de l'auteur de l'attentat de Nice au Figaro. Si elle est toujours sous le choc, elle reconnaît cependant que Mohamed Lahouaiej Bouhlel a eu des comportements «bizarres». L'homme lui avait demandé de «louer sa boîte-aux-lettres». Quand elle a refusé, il l'avait alors traitée de «méchante»

14h54: Les touristes désertent Nice, selon Le Figaro«Nous n'avons plus le coeur à faire du tourisme», explique un couple de Japonais. Et ce, malgré le fait, que l'on remarquait en 2015 que les touristes deviennent de plus en plus immunisés au terrorisme

14h33: Selon des informations du Monde, l'auteur de l'attentat était armé d'un pistolet de calibre 7,65mm et de deux armes longues en plastique dans son camion.

14h27: L'aéroport de Nice a été évacué à cause d'un colis suspect. Un périmètre de sécurité a été mis en place vers 13h30, ce vendredi, pour que les démineurs puissent faire exploser le bagage. Les passagers peuvent dès à présent regagner l'enceinte de l'aéroport.

14h12: «Une personne dans la foule a sauté sur le camion pour essayer de l'arrêter, c'est à ce moment-là que les policiers ont pu neutraliser le terroriste», a raconté Eric Ciotti, le président des Alpes-Maritimes, à l'antenne d'Europe 1, ce vendredi matin. Comme aux Etats-Unis, au moment de l'attentat de Boston, le héros est une figure obligée des catastrophes françaises.

14h05: Des personnes se réunissent en mémoire des victimes de l'attentat de Nice en Espagne, Italie, Turquie, Australie ou Japon par exemple, elles déposent des fleurs comme en Allemagne, envoyent des prières et des drapeaux sont en berne, comme en Angleterre.

 

13h41: «Aucune force de défense sur Terre ne peut défendre une foule d'un fou dans un camion», martèle l'éditorialiste Simon Jenkins dans le Guardian. Pour lui, «depuis la fin du 19e sicèle, les véhicules motorisés sont une arme de terreur et de mort» Alors, que faire? Faut-il considérer un camion comme une arme? Interdire les camions? «La seule raison sensée est d'accepter le degré de risque qu'ils vont toujours poser, et ne pas prétendre que cela va disparaître.» 

13h03: Les messages de prudence se sont multipliés depuis l'annonce de l'attentat jeudi soir. «Ne partagez pas des contenus sans en avoir vérifié la source pour ne pas contribuer à la diffusion de rumeurs», indique le ministère de l'Intérieur. Ces rumeurs «perturbent le travail des policiers», regrette le police nationale. Pour autant, «la prise en charge de la désinformation est beaucoup plus rapide qu’avant», avance Vincent Manilève sur Slate.fr, même si «de graves erreurs demeurent».

12h27: «J'ai dû activer deux fois le Safety check sur Facebook en une semaine», raconte Kristen Crouch, une Américaine qui était à Dallas le 7 juillet et à Nice le 14... Un témoignage à lire sur L'Obs.

12h18: Selon CNN, il s'agirait de l'attentat le plus meutrier réalisé par un individu seul en Occident.

12h11: Selon des informations du Monde, l'auteur «était Tunisien et possédait une carte de séjour».

12h04: Encore une fois, le monde entier fait preuve de solidarité à l'égard des Français, au lendemain de l'attentat de Nice. Comme l'illustre cette photo, prise à Moscou.

 

11h59: Le journaliste David Thomson, auteur du livre Les Français jihadistes, désigne Nice comme l'une des villes les plus touchées par la propagande djihadiste.

11h49: Le procureur de Paris, François Molins, tiendra une conférence de presse ce 15 juillet à Nice, à 17h.

11h46: L'auteur de l'attentat de Nice avait loué le camion qui a servi à l'attaque dès mercredi, selon Nice-Matin. Le camion est ainsi devenu un tout nouveau genre d’arme, relativement facile à se procurer. Le camion 19 tonnes qui a été utilisé jeudi soir était un camion réfrigéré loué deux jours plus tôt à une entreprise. Le fait qu'un particulier loue un camion de cette dimension n'est ni fréquent, ni choquant, explique à Slate.fr, la grande entreprise de locations de véhicules utilitaires Sit Location. Plus d'informations à ce sujet ici: Attentat de Nice: comment se procure-t-on un 19 tonnes en France?

11h44: Le 16 juin dernier, l'expert militaire Michel Goya évoquait la possibilité d'une attaque le jour de la fête nationale, le 14-Juillet. Fin octobre 2015, l'expert militaire Michel Goya avait publié un post intitulé «Le jour après la grande attaque», où il expliquait que des attaques terroristes de grande ampleur pourraient prendre «la forme d’un commando venu de Libye éclatant en cellules autonomes de massacre au cœur de Marseille ou d’une équipe de snipers frappant les foules parisiennes une nuit du nouvel an… ou tout autre procédé pourvu qu’il soit stupéfiant».

11h34: Le New York Times propose de suivre l'horrible parcours du camion meurtrier avec l'infographie d'une carte chronologique. 

11h19: Mohamed Lahouaiej Bouhlel a été identifié comme le chauffeur du camion, selon Nice-Matin. Une perquisition a eu lieu ce vendredi matin au domicile de l'homme de 31 ans dès 9h30, toujours d'après le quotidien régional

11h16: Selon Le Figaro, l'auteur identifié de l'attentat de Nice a été condamné pour une affaire de violence en mars dernier. L'homme de 31 ans est connu pour des affaires de droit commun.

11h06: «La foule nous a happé. (...) Le camion roulait au ralenti tellement c'était interminable. (...) Ça n'en finissait pas», raconte une femme présente sur la Promenade des Anglais au Figaro.

10h59: Trois jours de deuil national auront lieu les 16, 17 et 18 juillet, a annoncé Manuel Valls, comme au lendemain des attentats du 13 novembre 2015. Le Monde expliquait à cette époque en quoi consiste le deuil national. En moins de deux ans, c'est le troisième deuil national décrété sous la Ve République. Avant cela, il y en avait quatre depuis 1958 —sans compter le deuil national de 1930—.  

10h56: France Télévisions présente ses excuses. Après l'attentat survenu à Nice vers 23h, France 2 a notamment diffusé des images d'une victimes recouverte par des couvertures sur la Promenade des Anglais où un camion est venu foncer sur des dizaines de personnes. Pour notre journaliste Titiou Lecoq, la télévision française «a sombré» hier soir

«Sur France 2, la journaliste qui précise qu’ils rediffusent cette vidéo “au ralenti”. Histoire qu’on profite bien de tous les détails. La même journaliste qui nous dit qu'elle a “sans doute été filmée par un touriste”. Ce qui signifie que madame diffuse une vidéo dont elle ignore totalement la provenance. (...) Et ensuite, c’est l’incompréhensible. L’insoutenable. L’accélération du naufrage: France 2 interviewe un homme à côté du cadavre de sa femme.»

Le CSA s'est par ailleurs saisi des images et des comptes rendus des médias diffusés pendant la nuit du 14 au 15 juillet. 

10h33: «Non». «Non, non, non, non, non». Voilà tout l'objet d'un article du site parodique Le Gorafi, dire non. Cet article qui n'en est pas dit toute la tristesse et la colère au lendemain de l'attentat à Nice après le feu d'artifice du 14-Juillet.

10h20: «Ma mère est morte dans l'attentat. Elle pratiquait un vrai islam», raconte Hamza, 28 ans, à L'Express. Elle a perdu sa mère dans l'attentat à Nice ce 14 juillet.

10h: La France en guerre. Le Conseil de défense, réuni par François Hollande, a commencé peu après 9h. Assistent notamment à ce Conseil, autour du chef de l'État, le premier ministre Manuel Valls, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian et le chef d'état-major des armées Pierre de Villiers. Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, qui s'est rendu à Nice peu après l'attentat, doit assister à ces débats par visio-conférence. François Hollande a annoncé dans son intervention à 3h45 vouloir «renforcer [les] actions en Syrie et en Irak». «Nous allons maintenir à un haut niveau l’opération Sentinelle, celle qui permet de mobiliser 10.000 militaires en plus des gendarmes et des policiers», a-t-il précisé. 

9h40: Les hôpitaux de Nice sont mobilisés pour soigner les victimes des attentats, il y a toujours 18 personnes blessées en «urgence absolue», selon le dernier bilan. Le plan blanc a été déclenché, a annoncé François Hollande dans la nuit du 14 au 15 juillet. La grande majorité des adultes ont été pris en chagre au CHU Pasteur, tandis que les enfants, très nombreux parmi les victimes, ont été dirigés vers un hôpital psychiatrique, a précisé la ministre de la santé Marisol Touraine. Selon plusieurs médias, un appel au don du sang a été lancé dans la nuit par les hôpitaux, mais l'Etablissement Français du sang dément cette information ce 15 juillet au matin et dit avoir les «stocks disponibles».

9h35: Beaucoup des festivités aux alentours de Nice sont annulées, la Promenade des Anglais où a eu lieu l'attentat est fermée. Le feu d'artifice n'aura pas lieu à Marseille ce 15 juillet, le concert de Rihanna prévu à Nice non plus.

8h51: Le procédé de l'attentat –un semi-remorque fonçant sur la foule– semble nouveau. Les attaques à bord de véhicules sont préconisés par les terroristes islamistes, explique notre journaliste Camille Belsoeur. Cette attaque survient alors que l'on a pu lire les propos du patron de la DGSI, Patrick Calvar, auditionné à huis clos le 24 mai dernier par la commission d'enquête parlementaire sur les attentats de 2015«Je suis persuadé qu'ils passeront au stade des véhicules piégés et des engins explosifs, et qu'ainsi ils monteront en puissance», disait-il. «Nous savons très bien qu'ils vont recourir à ces modes opératoires: ils ont bien vu les effets provoqués par une opération massive.»

8h40: Les dessins, comme lors des précédents attentats à Charlie Hebdo en janvier 2015 et à Paris le 13-Novembre, sont une autre forme de réaction à l'horreur de ce qu'il s'est passé.

8h10: Des témoignages glaçants racontent ce qu'il s'est passé sur la Promenade des Anglais à Nice. «On a entendu des bruits. Comme il y avait les feux d’artifices, on ne s’est pas inquiétés. C’est après qu’on a compris ce qu’il se passait», raconte une femme sur France Bleu Azur, d'après Le Monde qui a interrogé des habitants de Nice. «Le camion était presque sur nous, j'ai vu le visage du conducteur», raconte Cyprien à L'Obs.

7h40: Le gouvernement a réagi dans la nuit. A commencer par François Hollande. «C’est toute la France qui est sous la menace du terrorisme islamiste», a-t-il déclaré.

 

Ainsi que toute la classe politique française et internationale. 

De l'autre côté de l'Atlantique aussi. Barack Obama dans un communiqué«Nos pensées et nos prières vont aux familles et aux proches des victimes, et nous souhaitons un rétablissement rapide aux nombreux blessés.» (...) «En ce 14-Juillet, nous nous rappelons de la résilience extraordinaire et des valeurs démocratiques qui ont fait de la France une source d'inspiration pour le monde entier. Nous savons que la force de la République française perdurera longtemps après cette tragédie dévastatrice.» 

7h30: Le plan vigipirate passe en alerte-attentat dans les Alpes Maritimes. Une cellule d'information a été mise en place par le gouvernement. Tous les spectacles qui devaient avoir lieu à Nice sont annulés. La Promenade des Anglais restera fermée.

4h20: Bernard Cazeneuve a annoncé que le bilan s'était encore alourdi: 80 morts, 18 personnes en urgence absolue.

3h50: «L'horreur vient à nouveau de frapper la France», a affirmé François Hollande lors d'une brève allocution, confirmant un bilan provisoire de 77 morts, dont plusieurs enfants, lors d'«une attaque dont le caractère terroriste ne peut être nié». Il a annoncé que l'état d'urgence, qui devait se terminer le 26 juillet, serait prolongé de trois mois.

3h40: selon une source policière citée par l'AFP, des papiers d'identité au nom d'un homme de 31 ans domicilié à Nice ont été retrouvés à l'intérieur du camion.

3h15: François Hollande, qui s'exprimera à 3h30, a exprimé son «soutien et sa solidarité» aux Niçois dans une conversation avec le maire LR Philippe Pradal ainsi que le président LR du conseil régional de PACA, Christian Estrosi.

2h35: selon Christian Estrosi, ancien maire de Nice, le bilan est désormais d'au moins 77 morts.

2h10: selon de derniers chiffres communiqués par le député LR des Alpes-Maritimes Eric Ciotti sur BFM TV, le dernier bilan est de 75 morts et 15 personnes en urgence absolue.

Le camion responsable de l'attaque à Nice, le 14 juillet 2016. VALERY HACHE / AFP.

1h58: dans un communiqué publié par la Maison Blanche, Barack Obama condamne «dans les mots les plus forts» ce qui «paraît être une horrible attaque terroriste».

1h29: Le parquet antiterroriste de Paris vient de se saisir de l'enquête sur l'attaque survenue dans la soirée à Nice.

1h23: l'Elysée a publié une photo de la conversation téléphonique que François Hollande a eu avec son Premier ministre Manuel Valls. L'Elysée a annoncé au même moment que le chef de l'Etat était de retour à Paris.

1h11: les premières réactions internationales commencent à affluer, telle celle du Premier ministre canadien Justin Trudeau.

Aux Etats-Unis, Donald Trump a annoncé le report de sa conférence de presse de demain, lors de laquelle il devait annoncer le nom de son candidat à la vice-présidence.

1h07: le responsable des nouveaux médias du journal Nice-Matin, Damien Allemand, a publié sur Medium un long témoignage sur l'attaque:

«Au loin, un bruit. Des cris. Ma première pensée: un malin a voulu faire son petit feu d’artifice de son côté et ne l’a pas maîtrisé… Mais non. Une fraction de seconde plus tard, un énorme camion blanc filait à une allure folle sur les gens donnant des coups de volant pour faucher un maximum de personnes. Ce camion de la mort est passé à quelques mètres de moi et je n’ai pas réalisé. J’ai vu des corps volaient comme des quilles de bowling sur son passage.»

0h56: Une source de la police de Nice a indiqué au Figaro «qu'à ce stade, 73 personnes sont décédées après l'attaque de ce soir à Nice»

0h52: les premiers témoignages, évidemment glaçants, commencent à tomber. «Nous étions en bas, au bord de l'eau, et tout d'un coup, on a entendu des grands cris, on n'a pas compris. Tout le monde s'est retourné et on a vu un gros camion, genre 35 tonnes, blanc, qui rentrait dans la foule, qui est monté sur le trottoir et qui écrasait tout le monde», a expliqué un témoin à Europe 1.

Une journaliste de France 24 présente sur place évoque «un véritable carnage. [...] Les corps des victimes décédées sont à même le sol, recouverts d'un drap blanc. Il y en a une tous les dix mètres quasiment». Un journaliste de l'AFP présent sur place a parlé de «chaos absolu».

0h40: Sur France Info le député LR Eric Ciotti, président du conseil départemental des Alpes-Maritimes, manifestement choqué, annonce craindre que le bilan ne dépasse les soixante morts.

0h38: Sur Twitter Wassim Nasr, journaliste de France24 invite à noter qu'aucune revendication de la par de l'EI ne s'est encore faite entendre.  

0h37: Des sources policières citées par France Info réitèrent le bilan d'une soixantaine de morts 

0h35: comme lors des attentats de Paris, Facebook a activé son Safety Check pour permettre aux personnes présentes à Nice de se signaler en sécurité.


0h23: Contacté par Francetv info, le parquet de Nice fait part d'«une soixantaine de morts», précisant qu'il ne s'agit pour l'instant que d'une estimation.

0h12 Comme lors des attentats de Paris, le 13 novembre dernier, les internautes utilisent le hashtag #PortesOuvertesNice pour proposer un abri à ceux qui en chercheraient un.

0h10 L'Élysée a annoncé que François Hollande, qui était en Avignon, retournait à Paris pour rejoindre la cellule de crise installée place Beauvau.

La promenade des Anglais à Nice. En rouge, la place Masséna, où un périmètre de sécurité a été installé.

Un camion blanc fonce sur la foule à Nice

Selon la préfecture des Alpes-Maritimes citée par l'AFP, un camion blanc a foncé dans la foule réunie à Nice sur la Promenade des Anglais pour le feu d'artifice du 14 juillet, un peu après 23 heures. La préfecture des Alpes-Maritimes a évoqué le scénario d'un attentat et conseillé aux habitants de rester cloîtrés.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte