France

Hollande prolonge l'état d'urgence après l'attentat qui a fait au moins 84 morts à Nice

Slate.fr, mis à jour le 15.07.2016 à 8 h 33

Un camion a attaqué la foule juste après le feu d'artifice du 14-Juillet.

A Nice, le 14 juillet 2016 | Valery HACHE / AFP

A Nice, le 14 juillet 2016 | Valery HACHE / AFP

Ce que l'on sait de l'attentat à Nice le 14-Juillet:
– un camion a foncé sur la foule sur deux kilomètres sur la Promenade des Anglais après le feu d'artifice, le conducteur a été abattu 
– Le bilan encore provisoire s'élève ce vendredi matin à 84 morts, selon le ministère de l'Intérieur, 18 personnes blessées sont en état d'«urgence absolue»
– François Hollande a évoqué dans une intervention télévision dans la nuit une «attaque dont le caractère terroriste ne peut être nié»
– Le suspect n'est pas encore identifié, un document d'identité a été retrouvé dans le camion
– L'état d'urgence qui devait prendre fin le 26 juillet sera prolongé de trois mois, a annoncé François Hollande.

8h10: Les témoignages racontent ce qu'il s'est passé sur la Promenade des Anglais à Nice. «On a entendu des bruits. Comme il y avait les feux d’artifices, on ne s’est pas inquiétés. C’est après qu’on a compris ce qu’il se passait», raconte une femme sur France Bleu Azur, d'après Le Monde qui a interrogé des habitants de Nice. «Le camion était presque sur nous, j'ai vu le visage du conducteur», raconte Cyprien à L'Obs.

7h40: Le gouvernement a réagi dans la nuit. A commencer par François Hollande. «C’est toute la France qui est sous la menace du terrorisme islamiste», a-t-il déclaré.

 

Ainsi que toute la classe politique française et internationale. 

De l'autre côté de l'Atlantique aussi. Barack Obama dans un communiqué«Nos pensées et nos prières vont aux familles et aux proches des victimes, et nous souhaitons un rétablissement rapide aux nombreux blessés.» (...) «En ce 14-Juillet, nous nous rappelons de la résilience extraordinaire et des valeurs démocratiques qui ont fait de la France une source d'inspiration pour le monde entier. Nous savons que la force de la République française perdurera longtemps après cette tragédie dévastatrice.» 

7h30: Le plan vigipirate passe en alerte-attentat dans les Alpes Maritimes. Une cellule d'information a été mise en place par le gouvernement. Tous les spectacles qui devaient avoir lieu à Nice sont annulés. La Promenade des Anglais restera fermée.

4h20: Bernard Cazeneuve a annoncé que le bilan s'était encore alourdi: 80 morts, 18 personnes en urgence absolue.

3h50: «L'horreur vient à nouveau de frapper la France», a affirmé François Hollande lors d'une brève allocution, confirmant un bilan provisoire de 77 morts, dont plusieurs enfants, lors d'«une attaque dont le caractère terroriste ne peut être nié». Il a annoncé que l'état d'urgence, qui devait se terminer le 26 juillet, serait prolongé de trois mois.

3h40: selon une source policière citée par l'AFP, des papiers d'identité au nom d'un Franco-Tunisien de 31 ans domicilié à Nice ont été retrouvés à l'intérieur du camion.

3h15: François Hollande, qui s'exprimera à 3h30, a exprimé son «soutien et sa solidarité» aux Niçois dans une conversation avec le maire LR Philippe Pradal ainsi que le président LR du conseil régional de PACA, Christian Estrosi.

2h35: selon Christian Estrosi, ancien maire de Nice, le bilan est désormais d'au moins 77 morts.

2h10: selon de derniers chiffres communiqués par le député LR des Alpes-Maritimes Eric Ciotti sur BFM TV, le dernier bilan est de 75 morts et 15 personnes en urgence absolue.

Le camion responsable de l'attaque à Nice, le 14 juillet 2016. VALERY HACHE / AFP.

1h58: dans un communiqué publié par la Maison Blanche, Barack Obama condamne «dans les mots les plus forts» ce qui «paraît être une horrible attaque terroriste».

1h29: Le parquet antiterroriste de Paris vient de se saisir de l'enquête sur l'attaque survenue dans la soirée à Nice.

1h23: l'Elysée a publié une photo de la conversation téléphonique que François Hollande a eu avec son Premier ministre Manuel Valls. L'Elysée a annoncé au même moment que le chef de l'Etat était de retour à Paris.

1h11: les premières réactions internationales commencent à affluer, telle celle du Premier ministre canadien Justin Trudeau.

Aux Etats-Unis, Donald Trump a annoncé le report de sa conférence de presse de demain, lors de laquelle il devait annoncer le nom de son candidat à la vice-présidence.

1h07: le responsable des nouveaux médias du journal Nice-Matin, Damien Allemand, a publié sur Medium un long témoignage sur l'attaque:

«Au loin, un bruit. Des cris. Ma première pensée: un malin a voulu faire son petit feu d’artifice de son côté et ne l’a pas maîtrisé… Mais non. Une fraction de seconde plus tard, un énorme camion blanc filait à une allure folle sur les gens donnant des coups de volant pour faucher un maximum de personnes. Ce camion de la mort est passé à quelques mètres de moi et je n’ai pas réalisé. J’ai vu des corps volaient comme des quilles de bowling sur son passage.»

0h56: Une source de la police de Nice a indiqué au Figaro «qu'à ce stade, 73 personnes sont décédées après l'attaque de ce soir à Nice»

0h52: les premiers témoignages, évidemment glaçants, commencent à tomber. «Nous étions en bas, au bord de l'eau, et tout d'un coup, on a entendu des grands cris, on n'a pas compris. Tout le monde s'est retourné et on a vu un gros camion, genre 35 tonnes, blanc, qui rentrait dans la foule, qui est monté sur le trottoir et qui écrasait tout le monde», a expliqué un témoin à Europe 1.

Une journaliste de France 24 présente sur place évoque «un véritable carnage. [...] Les corps des victimes décédées sont à même le sol, recouverts d'un drap blanc. Il y en a une tous les dix mètres quasiment». Un journaliste de l'AFP présent sur place a parlé de «chaos absolu».

0h40: Sur France Info le député LR Eric Ciotti, président du conseil départemental des Alpes-Maritimes, manifestement choqué, annonce craindre que le bilan ne dépasse les soixante morts.

0h38: Sur Twitter Wassim Nasr, journaliste de France24 invite à noter qu'aucune revendication de la par de l'EI ne s'est encore faite entendre.  

0h37: Des sources policières citées par France Info réitèrent le bilan d'une soixantaine de morts 

0h35: comme lors des attentats de Paris, Facebook a activé son Safety Check pour permettre aux personnes présentes à Nice de se signaler en sécurité.


0h23: Contacté par Francetv info, le parquet de Nice fait part d'«une soixantaine de morts», précisant qu'il ne s'agit pour l'instant que d'une estimation.

0h12 Comme lors des attentats de Paris, le 13 novembre dernier, les internautes utilisent le hashtag #PortesOuvertesNice pour proposer un abri à ceux qui en chercheraient un.

0h10 L'Élysée a annoncé que François Hollande, qui était en Avignon, retournait à Paris pour rejoindre la cellule de crise installée place Beauvau.

La promenade des Anglais à Nice. En rouge, la place Masséna, où un périmètre de sécurité a été installé.

Un camion blanc fonce sur la foule à Nice

Selon la préfecture des Alpes-Maritimes citée par l'AFP, un camion blanc a foncé dans la foule réunie à Nice sur la Promenade des Anglais pour le feu d'artifice du 14 juillet, un peu après 23 heures. La préfecture des Alpes-Maritimes a évoqué le scénario d'un attentat et conseillé aux habitants de rester cloîtrés.

Aucun bilan chiffré précis n'a pour l'instant été publié, mais le maire LR de la ville, Christian Estrosi, a évoqué sur Twitter des «dizaines» de morts. Le sous-préfet de Nice Sébastien Humbert a évoqué sur BFM TV «peut-être une trentaine» de morts et «peut-être une centaine de blessés» au cours de cette «attaque criminelle de grande ampleur», ajoutant que le chauffeur du camion avait été abattu.

 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte