Sports

Même s'il chute, Chris Froome a besoin d'un vélo à l'arrivée pour gagner le Tour de France

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 14.07.2016 à 18 h 54

Le coureur cycliste britannique a été obligé de monter à pied dans le Mont Ventoux après une chute dûe au freinage d'une moto.

 Christopher Froome porte son vélo au 178e kilomètre de l'étape au Mont Ventoux du Tour de France, le 14 juillet 2016 | BERNARD PAPON / AFP

Christopher Froome porte son vélo au 178e kilomètre de l'étape au Mont Ventoux du Tour de France, le 14 juillet 2016 | BERNARD PAPON / AFP

Christopher Froome a dû rager, chaque coureur redoute ce moment, celui où un élément indépendant de sa volonté vient troubler sa course. Le maillot jaune a fait plusieurs dizaines de mètres à pied en courant après avoir cassé son vélo sur celui de Richie Porte sur une moto qui a freiné à cause de la foule. Tout cela se passe dans les trois derniers kilomètres d'une étape de montagne importante, celle du Mont Ventoux, la 12e de ce Tour de France 2016.

La course

Son vélo cassé, il se met à courir, l'assistance est d'abord venue d'une voiture qui n'était pas de son équipe (Sky), mais le vélo ne convenait pas et il a continué à marcher. Il s'est fait doubler. Puis la voiture Sky est arrivée et lui a redonné un vélo. Il a donc terminé l'étape avec quarante-quatre secondes de retard sur Richie Porte, le premier, 1'21'' sur le groupe Yates-Quintana (qu'il avait réussi à dépasser).

«Il fallait courir», a dit Froome à l'arrivée. Le coureur a finalement été reclassé dans le même temps que Bauke Mollema, les commissaires ont rendu les secondes perdues à cause de sa chute et il conserve donc le maillot jaune.

En possession de son vélo

Heureusement qu'il a rapidement pu récupérer un vélo car il ne pourrait pas gagner s'il n'avait pas eu son vélo. Le «Guide du juge à l'arrivée» de l'Union cycliste internationale (UCI) précise que «pour être classé, tout coureur démonté peut terminer le parcours en portant, traînant, ou roulant sa machine, sans le secours de quiconque. Le coureur sera classé s’il est en possession de son vélo».

Plusieurs exemples célèbres ont eu lieu: en 1988, le Belge Claudy Criquielion, victime d'une chute dans la dernière ligne droite des championnats du monde sur route, avait franchi la ligne son vélo à la main. Au dernier tour du Pays Basque, un coureur avait franchi la ligne en vainqueur en brandissant son vélo.

En 1991, l'Ouzbek Djamolidine Abdoujaparov avait lourdement chuté à 150 mètres de la ligne d'arrivée du tour sur les Champs-Elysées, ligne qu'il devait absolument franchir pour être présent au classement final et valider son maillot vert du classement par points. «Le problème n'était pas médical mais réglementaire. À ma connaissance, un coureur doit passer la ligne d'arrivée avec son vélo pour être classé, même à pied», écrivait en 2011 le médecin du Tour Gérard Porte. «Je décidais donc de l'accompagner à pied, avec son vélo à la main jusqu'à la ligne d'arrivée. L'affaire prit quelques minutes.»

Chris Froome est donc prévenu: le 24 juillet, s'il lui prend la fantaisie de trottiner sur les Champs-Elysées, il devra le faire un vélo à la main.

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (944 articles)
Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte